La Gambie reçoit un don de1, 5 million de dollars pour lancer un vaste Programme stratégique de résilience climatique

01/06/2016
Share |

Avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD), la Gambie a reçu un don de 1,5 million de dollars au titre du Programme pilote pour la résilience climatique des Fonds d’investissement climatique (FIC/PPCR) pour mettre en place un programme stratégique national de résilience climatique. Dans ce cadre, le pays mettra en œuvre un programme à deux volets comportant des actions destinées à renforcer la résilience ainsi que des mesures visant à éliminer les facteurs qui aggravent la vulnérabilité face au climat. Le Programme bénéficiera de l’appui de deux banques multilatérales de développement : la BAD, en tant qu’organisation chef de file, et la Banque mondiale.

Comptant parmi les cinq pays les plus densément peuplés du continent et essentiellement rurale, la Gambie subit de plein fouet l’impact environnemental et économique des changements climatiques, notamment de graves dégâts dus à des tempêtes et à des inondations, sans compter la montée du niveau de la mer, qui l’expose à de nouvelles menaces. Le pays est également sujet à des sécheresses régulières, qui entravent la productivité agricole. Pour faire face, le gouvernement gambien a fait de la résilience climatique un des piliers de son ambitieux programme Vision 2020.

Pour pouvoir mener des activités qui lui permettraient d’intégrer les préoccupations climatiques dans son programme de développement national, le gouvernement gambien a demandé à participer au Programme pilote pour la résilience climatique. En mai 2015, la Gambie a été un des pays à être retenus dans le cadre du deuxième tour de sélection aux fins de l’application du Programme pilote. Grâce au financement provenant du PPCR, le pays pourra soutenir énergiquement le cadre politique de VISION 2020 et  mener des projets visant à renforcer la sécurité alimentaire et à préserver les moyens de subsistance, à mettre son infrastructure côtière aux normes de résilience climatique et à instaurer un environnement propice à l’intégration de la résilience climatique dans tous les programmes. Il faudra pour cela mettre en place un mécanisme de coordination institutionnelle plus robuste, dans lequel les rôles seront clairement définis, de même que les canaux de communication et l’appropriation des projets par des parties prenantes. 

« Nous sommes heureux que la Gambie ait reçu le feu vert pour ce financement du PPCR, qui lui permettra de mettre à exécution son ambitieux plan qui consiste à se doter d’une économie complètement résiliente face au climat. » a dit Olagoke Oladapo, responsable de l’équipe spéciale de la BAD pour le programme de la Gambie. « Il est indispensable de protéger les zones côtières du pays et de promouvoir des pratiques agricoles intelligentes sur le plan climatique pour assurer le bien-être économique, social et environnemental du pays. Grâce à ce programme, qui sera coordonné par le ministère de l’environnement en collaboration avec le ministère des finances et pourra compter sur des parties prenantes venues de tous les horizons, notamment les populations rurales qui sont le plus touchées par les impacts climatiques grandissants, nous sommes convaincus que la Gambie pourra mettre en place un formidable rempart capable de lui assurer le succès ».
Les caractéristiques du Programme stratégique sont les suivantes :

  • Renforcement des capacités institutionnelles dans tous les secteurs : évaluation et appui à la capacité institutionnelle pour que la résilience climatique soit prise en compte au niveau de la coordination, de la planification, de la mise en œuvre, du suivi et des rapports; évaluation de l’impact des changements climatiques sur le secteur des ressources naturelles, y compris la migration et les « points chauds » vulnérables ainsi que l’amélioration des systèmes d’information sur le climat et de la gestion des risques de catastrophe;
  • Collecte de données : appuyer la collecte, l’analyse et l’application de données hydrométéorologiques nationales; améliorer l’accès à l’information et aux services climatiques et leur utilisation dans la prise de décisions;
  • Analyse des lacunes : des études seront menées dans les domaines suivants lors de l’élaboration du programme stratégique :
    • Étude sur le verdissement de l’infrastructure côtière
    • Étude sur l’assurance climatique indicielle
    • Évaluation des options pour des modes de subsistance résilients au climat
    • Étude sur la vulnérabilité climatique dans 10 régions
  • Évaluation financière : évaluation des investissements nécessaires (ressources financières) pour mettre en œuvre le programme stratégique;
  • Approches communautaires : appui à la gestion des ressources naturelles par des approches communautaires de la gestion des bassins versants;
  • Gestion intégrée des zones côtières : appui à la gestion des zones côtières dans un environnement en pleine mutation et appui à la lutte contre l’érosion du littoral.

Une mission conjointe pluridisciplinaire devant avoir lieu en août 2016, la Gambie compte présenter, pour approbation, la version finale de son Programme stratégique à l’organe directeur du Programme pilote en mai 2017. La Gambie rejoint les 29 autres États de la planète, dont 9 en Afrique, qui sont les pays pilotes du PPCR.
À propos du Fonds d’investissement climatique (FIC)
 Créé en 2008 et doté d’une enveloppe de 8,3 milliards de dollars EU, le FIC est l’un des instruments de financement accéléré de lutte contre les changements climatiques les plus importants au monde. Il octroie aux pays en développement des dons et des prêts concessionnels et leur fournit des instruments d’atténuation des risques, ainsi que des capitaux mobilisés auprès du secteur privé, des banques multilatérales de développement (BMD) ou d’autres sources. Cinq BMD exécutent des programmes et des projets grâce à des financements des FIC : la Banque africaine de développement (BAD), la Banque asiatique de développement (BAsD), la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), la Banque interaméricaine de développement (BID) et le Groupe de la Banque mondiale.
Le Programme pilote pour la résilience climatique (PPCR), qui est doté d’un budget de 1,2 milliard de dollars, est une fenêtre de financement du CIF. Grâce à son approche à deux volets, le PPCR aide les gouvernements à intégrer la résilience climatique à la planification du développement dans tous les secteurs et auprès de toutes les parties prenantes. Il alloue aussi des fonds supplémentaires pour la mise en œuvre des programmes nationaux et la recherche de solutions novatrices émanant du secteur public comme du secteur privé à des problèmes pressants liés aux risques climatiques.