Des décisions difficiles pour la transformation économique : Donald Kaberuka, à propos de l’avenir du développement en Afrique

24/03/2015
Share |

 

Tout ce qui se produit aujourd’hui en Afrique dépend d’un tourbillon de forces, a déclaré Donald Kaberuka, dans un discours prononcé à Chatham House, à Londres, mercredi 18 mars 2015 –  entre enjeux démographiques et fortes migrations internes, transitions inachevées sur les plans économique et social, prix des matières premières et menace terroriste, notamment.

Intitulé « Des décisions difficiles pour la transformation économique : l’avenir du développement en Afrique », le discours du président de la Banque africaine de développement (BAD) s’est adressé à une salle comble, à Chatham House, au Royal Institute of International Affairs à Londres. Mo Ibrahim, entrepreneur soudano-britannique qui a connu le succès dans la téléphonie mobile, également président-fondateur de la Fondation Mo Ibrahim, présidait le débat.  .

Donald Kaberuka a évoqué les mesures que les pays africains devront prendre, avec la communauté internationale ou sans selle.

« 2015 est une année cruciale pour le développement : nous allons convenir, en septembre, d’un nouveau cadre qui succédera aux objectifs du Millénaire pour le développement ; à Addis-Abeba, nous nous mettrons d’accord sur un nouveau cadre de financement du développement ; et, nous conviendrons enfin, je l’espère, d’un cadre pour le changement climatique, à la fin de l’année à Paris. »

Toutes ces décisions doivent être prises avec le soutien de la communauté internationale, a-t-il ajouté.

« Si l’épidémie d’Ébola était déclarée aujourd’hui à Juba ou en plein Bangui, la communauté internationale serait-elle mieux préparée pour y répondre ? Je ne le pense pas. Parce que ces questions qui concernent des pays très pauvres ne figurent pas en tête des priorités. Or elles exigent que nous prenions des décisions. Et ce sont des décisions qui doivent être prises ensemble. »