Tunisie : quelles politiques pour résoudre les inégalités d’accès aux soins ?

12/05/2014
Share |

Dans sa dernière note économique la Banque africaine de développement (BAD) analyse les inégalités d’accès aux soins en Tunisie. Le constat est sans appel : malgré les progrès accomplis, d’importantes inégalités demeurent, en matière de consommation de soins et d’état de santé des populations entre gouvernorats. Si elle s’élevait à 74,5 ans en 2009 à l’échelle nationale, l’espérance de vie ne dépasse pas 70 ans à Kasserine et à Tataouine, mais atteint 77 ans dans les gouvernorats de Tunis ou de Sfax.

Toutefois, l’analyse révèle que les inégalités en termes de dépenses de santé a ont diminué entre 2000 à 2010, profitant d’un meilleur accès aux produits pharmaceutiques grâce à une meilleure couverture du territoire national par les officines. Néanmoins, les inégalités se sont aggravées, s’agissant des traitements relatifs aux maladies longue durée et des actes chirurgicaux. Les soins dentaires restent caractérisés par des inégalités exceptionnellement fortes et des difficultés d’accès pour les classes défavorisées.

Du côté de l’offre des soins de santé, le rapport préconise de redynamiser les prestations de base et de repenser les incitations spécifiques mises en place pour encourager les médecins à s’installer dans les régions désertées, après les avoir évaluées. Afin d’étendre et de diversifier l’offre de soins, des partenariats public-public et, éventuellement, public-privé, pourraient être institués.

Du côté de la demande, le rapport souligne la nécessité de réduire les obstacles financiers à l'accès aux soins, grâce à un meilleur ciblage des catégories de population démunies qui bénéficient de l’assistance médicale gratuite.