Deux projets de la BAD primés par le Trésor américain pour leur impact sur le développement

25/07/2013
Share |

Téléchargez les photos de la cérémonie

Deux projets de la Banque africaine de développement (BAD), respectivement en Ouganda et en Côte d’Ivoire, ont reçu les honneurs du Trésor américain lors d’une cérémonie de remise de prix, le 25 juillet 2013, à Washington, DC. La BAD est ainsi la première banque multilatérale à se voir gratifiée, la même année, de deux distinctions.

Ont été primés, respectivement, le Projet de sortie de conflit / Projet d’appui multisectoriel en  Côte d’Ivoire, axé sur la réhabilitation des services sociaux et la diminution des actes de violences à caractère sexiste dans la Côte d’Ivoire post-conflit ; et le Programme d’amélioration de l’infrastructure agricole communautaire dans les régions rurales d’Ouganda.

Le Prix d’Excellence en matière d’impact sur le développement du Trésor américain consacre  les projets hors pair répondant aux normes les plus élevées en matière de développement entrepris par des banques multilatérales de développement (BMD). Le programme vise à consacrer l’excellence de la conception et la mise en œuvre d’un projet, ainsi qu’à montrer l’important travail qu’accomplissent les BMD au sein des communautés, des pays et des régions, en faveur des  populations les plus démunies. Les deux projets de la BAD ont été primés parmi des dizaines d’autres sélectionnés pour l’occasion.

Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, a reçu les prix au nom de la Banque, des mains du Secrétaire du Trésor, Jacob J. Lew.

En 2012, le Projet d’interconnexion routière Mali-Sénégal de la BAD avait reçu le Prix de l’Impact sur le développement, parallèlement à d’autres initiatives financées par la Banque asiatique de développement, la Banque interaméricaine de développement et le Fonds mondial pour l’environnement de la Banque mondiale. 

Descriptif des projets

Au sortir de la crise politique et des troubles civils qu’a connus la Côte d’Ivoire au début des années  2000, ce projet a été conçu pour favoriser la reprise économique, aider à la réhabilitation des services sociaux et, notamment, mettre fin aux  violences faites aux femmes. Le système intégré mis en place prodigue soins sanitaires et suivi psychologique, ainsi qu’une assistance juridique aux victimes, et aide à leur réinsertion sociale et économique. Une campagne de sensibilisation sur les violences faites aux femmes a également été menée. Le projet a, en outre, permis d’équiper hôpitaux et centres de santé, de former des agents sanitaires et des dirigeants communautaires. La campagne de sensibilisation contre les violences faites aux femmes a, quant à elle, touché plus de 1,5 millions de personnes. Et les victimes ainsi que nombre d’autres femmes ont bénéficié d’une formation professionnelle dans une large gamme de métiers, outre un accès à la microfinance.

Lire l'entretien avec le chargé du projet.

Basé sur une approche communautaire, ce projet vise à  mettre en place des infrastructures agricoles et à accroître les revenus des agriculteurs. Les populations des communautés locales ont participé à l’inventaire des activités du projet, à la définition des priorités et à la sélection des projets à forte intensité de main d’œuvre, en vue de bâtir et d’améliorer les infrastructures agricoles, et d’en assurer la maintenance une fois achevées. Le projet a permis de réhabiliter des routes rurales, de construire des marchés et d’installer des équipements de transformation de produits agricoles. Ainsi, les prix à la production des denrées de base ont augmenté, tandis que les coûts et délais de transport vers les grandes villes du pays ont sensiblement baissé. Outre une hausse du taux de scolarisation, l’état de santé des populations s‘est améliorée grâce à un plus large accès aux centres de soins.

Lire l'entretien avec le chargé du projet.