Fin de la réunion sur deux jours du Conseil d’administration de la Facilité africaine de soutien juridique

18/04/2016
Share |

Le Conseil d’administration de l’ALSF (de gauche à droite) Stephen Karangizi, directeur de l’ALSF ; Eve Sinare, Tanzanie ; Sixtus Vusi, président du Conseil d’administration, Cameroun ; Seward Cooper, Libéria ; et Pim de Keizer, Pays-Bas.


Le Conseil d’administration de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) s’est réuni à Abidjan, en Côte d’Ivoire, les 11 et 12 avril 2016, pour examiner la direction stratégique et les priorités de l’ALSF, ainsi que pour discuter de questions importantes et des rencontres à organiser en marge des Assemblées annuelles 2016 de la Banque africaine de développement (BAD), qui se tiendront en mai 2016 à Lusaka, en Zambie. 

Le conseil d’administration, chargé de la gestion efficace des opérations de ALSF, s’est réuni en cette qualité, pour s’assurer que les interventions sont suffisamment robustes et souples pour répondre aux exigences et aux besoins des gouvernements africains.

« Il s’agissait pour nous, de passer en revue et de discuter des interventions de la Facilité, susceptibles de contribuer au développement en Afrique », soulignent les membres du Conseil. 

Pour sa part, Stephen Karangizi, directeur de ALSF, a remercié les membres du Conseil d’administration d’avoir pris de leur temps pour partager leur expertise à un moment où la demande de services de ALSF est en pleine expansion.

« Dans une conjoncture où de nombreux gouvernements africains cherchent à élargir leur base de ressources afin de mettre en place les infrastructures indispensables à une croissance soutenue, nous anticipons une demande accrue pour nos services, ce qui nécessite une approche proactive », a poursuivi le directeur de la Facilité.

Le Conseil a également passé en revue, la réunion qui sera organisée le 25 mai 2016 sur le thème « Une prise de participation publique, et après ? » en marge des Assemblées annuelles 2016 de la BAD prévue  à Lusaka, en Zambie. Les membres du Conseil ont manifesté leur enthousiasme vis-à-vis de cette prochaine rencontre, qui vise à mettre en avant le débat renouvelé sur les risques et les opportunités de la prise de participation publique dans les PPP et les projets relatifs aux ressources naturelles.

Commentant la rencontre à venir, les membres du Conseil ont souligné que le moment est venu pour la Facilité de servir de plateforme pour permettre aux parties prenantes d’analyser sous un angle juridique la prise de participation publique dans tous les secteurs.

Hébergé par la BAD, ALSF aide depuis 2010 les gouvernements africains dans la négociation de transactions commerciales complexes. À ce jour, la Facilité a approuvé un total de 88 opérations pour un montant de 36,05 millions de dollars EU, répartis sur les infrastructures, la gestion des ressources naturelles et des industries extractives, et les interventions liées à la gestion des dettes et au renforcement des capacités. 

Le Conseil d’administration est un organe statutaire de l’ALSF qui se réunit deux fois par an. Les membres du Conseil sont issus d’horizons divers, ce, afin que la mission de la Facilité, qui consiste à prodiguer, des conseils juridiques et une assistance technique aux gouvernements africains puisse être menée avec efficacité.

À cette fin, l’objectif à long terme de ALSF est de s’assurer que les gouvernements africains aient la capacité juridique de négocier et de conclure des accords équitables et durables qui offrent aux pays africains une valeur économique maximale tout en protégeant leurs droits souverains.

Les cinq membres du Conseil sont Vusi Sixtus Ibrahim, président (Cameroun) Seward Cooper (Libéria), Eve Sinare (Tanzanie), Pim de Keizer (Pays-Bas) et Amadou Dieng (Sénégal).