Ouganda : Programme d’amélioration de l’infrastructure agricole communautaire

10/09/2012
Share |


Contexte

Le Programme d‘amélioration de l’infrastructure agricole communautaire – Projet I (CAIIP-1) a été lancé à l’issue de la revue du secteur de l’agriculture et du développement rural de l’Ouganda, conduite en 2005 par le gouvernement ougandais en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAD). Etant une émanation du Plan de modernisation de l’Agriculture, cette revue a identifié un déficit de financement des infrastructures, notamment, celles d’accès aux marchés, de transformation des produits agricoles, et de gestion de l’environnement et des ressources naturelles. L’objectif plus global du projet consiste à contribuer à la réduction de la pauvreté et à la croissance économique en Ouganda à travers l’amélioration de la commercialisation des produits agricoles. Plus en détail, les objectifs spécifiques de cette opération consistent améliorer l’accès des agriculteurs aux marchés, à assurer des prix compétitifs et à accroître les revenus grâce à l’amélioration des infrastructures rurales gérées par des communautés redynamisées.

Le projet

Le CAIIP-1 est un projet cofinancé par le Fonds africain de développement (45 millions de dollars EU), le FIDA (32 millions de dollars EU), et l’État ougandais (6 millions de dollars EU). Couvrant 26 districts du centre et de l’Est de l’Ouganda, ce projet appuie la réhabilitation des voies d’accès communautaires et des routes de districts qui permettront d’avoir accès aux marchés pour les zones de production les plus importantes. Aussi, le CAIIP1 vise la construction de marchés agricoles ruraux et la fourniture d’équipements pour aider les agriculteurs à revaloriser leurs produits avant la commercialisation.

Le projet a été conjointement préparé par la BAD, les départements ministériels de l’Ouganda (agriculture, administration locale et travaux publics), les partenaires au développement qui œuvrent dans le secteur, la société civile, les acteurs du secteur privé et les communautés locales. Le CAIIP1 sera clôturé en décembre 2013.

Résultats

Figurent parmi les principaux objectifs du projet, la réhabilitation de 3.289 km de routes communautaires praticables en toute saison en plus de 538 km de routes de desserte des districts, la construction de 74 marchés agricoles ruraux, et la mise en place de 123 unités contenant des équipements pour la transformation de produits agricoles et pour le stockage (notamment : 14 décortiqueuses de café, 39 moulins à maïs, 33 décortiqueuses de riz et 37 réfrigérants à lait).  

Grâce à ces multiples interventions, la Zone bénéficiaire du Projet a vu le prix du quintal de manioc passer de 8.000 UGX à 20.000 UGX; celui du kilogramme de maïs passer de de 50 UGX à 1.000 UGX, celui du litre de lait passer de 150 UGX à 600 UGX par saison. Le prix du régime de banane (“matooke”), quant à lui, est passé de 4.500 UGX à 10.000 UGX par saison.

Les changements positifs intervenus dans les prix des produits agricoles sont dus à l'amélioration significative du réseau routier dans les régions de forte production qui, auparavant, ne pouvaient  accéder aux marchés afin d’acquérir les intrants agricoles appropriés. Par ailleurs, les acheteurs des produits agricoles accèdent plus facilement à leurs plantations en raison d'une réduction de plus de 50% des coûts de transport et du temps de voyage entre ces zones rurales et les grandes villes au sein de la zone du projet.

En outre, les pertes après récolte ont été réduites d'environ 20%, notamment pour les denrées périssables comme le chou, la tomate, l'ananas, et la pastèque. A noter également que les interventions du projet ont conduit à l'émergence de plusieurs pôles de croissance, de centres commerciaux en plus de la construction de maisons en matériau durable, de nouvelles écoles et des formations sanitaires. De même, les effectifs scolaires ont augmenté du fait que les enfants se rendent désormais plus facilement à l’école en traversant facilement marais et collines.

Conclusion

Tel que conçu, le projet a été salué par le gouvernement en Ouganda, ce qui a conduit à l’extension de son périmètre d’action aux régions du Nord et de l'Ouest du pays à travers respectivement le CAIIP2 et le CAIIP3. Grâce à une récente politique de construction de routes en faveur des districts participants, les membres de la communauté pourront tirer pleinement et durablement profit des opportunités offertes par ce projet.