LE ROYAUME UNI DOUBLE SA CONTRIBUTION AU FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT (FAD)

27/11/2007
Share |

LE ROYAUME UNI DOUBLE SA CONTRIBUTION AU FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT (FAD)

Ce fait historique «témoigne de la confiance envers la Banque africaine de développement » souligne M. Donald Kaberuka, Président de la BAD

Tunis, 27 novembre 2007 - Le Royaume-Uni a annoncé aujourd’hui qu’il doublait sa contribution à la 11è reconstitution des ressources du FAD. C’est le premier actionnaire à le faire. La contribution du Royaume-Uni s’élèvera ainsi à 417 millions de livres sterling, soit environ 863 millions de dollars EU, ce qui correspond effectivement au double du montant de sa contribution à la précédente reconstitution. M. Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de africaine de développement, a accueilli favorablement cette annonce et a indiqué qu’il s’agissait là de la concrétisation de l’engagement de doubler l’aide en faveur de l’Afrique, ce qui aura pour effet de stimuler l’activité au guichet concessionnel de la Banque et, partant, de renforcer ses interventions en faveur des pays d’Afrique à faible revenu  pendant la période 2008-2010. Il a exprimé son espoir de voir d’autres donateurs en faire autant en vue de placer encore plus haut les ambitions du FAD XI. 

Il a déclaré:

« Je me réjouis beaucoup de cette annonce et me félicite du leadership permanent que le Royaume Uni n’a eu de cesse de montrer à travers son appui à l’Afrique et en honorant les engagements pris par le G8.

J’apprécie à sa juste mesure la confiance qui est ainsi témoignée à l’endroit de la Banque en tant qu’institution africaine. Je sais qu’en faisant cette annonce, le Royaume-Uni s’attend à ce que la Banque améliore sa performance. L’Afrique elle-même n’en attend pas moins de nous et nous sommes déterminés à honorer cet engagement.

La Banque a pris l’engagement d’apporter une contribution importante à la réduction de la pauvreté et à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) au moyen de la croissance par l’amélioration de la capacité de production en Afrique, la promotion de l’intégration économique, l’investissement dans l’infrastructure, le développement du secteur privé, le perfectionnement des compétences nécessaires pour être compétitif ainsi que l’engagement accru dans les Etats fragiles.

La Banque s’emploie à devenir une organisation dynamique, flexible et capable de mieux subvenir aux différents besoins des pays africains. Nous avançons dans la restructuration de la Banque en mettant les résultats au centre de nos opérations.

Nous réalisons des progrès dans le recentrage de notre action sur les pays, la décentralisation et la création de synergies avec d’autres parties prenantes. Ce programme de réformes se poursuivra.

Nous avons les moyens d’acheminer efficacement des ressources additionnelles vers l’Afrique. La dernière réunion de reconstitution prévue à Londres du 10 au 11 décembre conviendra d’un plan d’action détaillé et d’un cadre de résultats. Nous sommes prêts à être jugés sur la base de nos résultats.

Je forme le vœu que d’autres actionnaires se montreront tout aussi ambitieux et qu’ils annonceront également des contributions à la reconstitution des ressources à la hauteur des besoins de l’Afrique aujourd’hui et de la capacité croissante de la banque à donner des résultats concrets. »

M. Douglas Alexander, Ministre du Développement international du Royaume-Uni a rendu publique cette annonce aujourd’hui alors qu’il se trouvait en visite en Tanzanie. Il a déclaré:

« Cette contribution est la plus importante que le Royaume-Uni ait apportée au Fonds africain de développement. Elle démontre notre engagement à participer au renforcement des institutions africaines, notre confiance dans le processus de réformes en cours à la Banque africaine de développement et notre conviction que le Fonds peut efficacement appuyer le développement des pays les plus pauvres d’Afrique. Je lance un appel à tous les donateurs pour qu’ils augmentent leur appui au Fonds africain de développement à la dernière réunion de reconstitution prévue à Londres en décembre.

La Banque africaine de développement est une importante source de financement du développement en Afrique et joue un rôle crucial en nous aidant à œuvrer pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Au cours des dernières années, la Banque a mis en œuvre des réformes importantes afin de renforcer son efficacité. »  Le montant engagé pour la reconstitution du FAD-10 (2005-2007) était dans l’ordre de 5,40 milliards de dollars.

CONTACT: Yvan Cliche – Tel.: +216 71 10 23 87 – E-mail: y.cliche@afdb.org


Sections Connexes

Contact

Felix Njoku Téléphone: +216 71 10 26 12