Le FAD accorde au Mali un financement de 22,5 millions de dollars pour soutenir le complexe numérique de Bamako

09/09/2011
Share |


Promouvoir les compétences et l’entrepreneuriat en Afrique de l'Ouest dans le domaine des Technologies de l’information et de la Communication

Le conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé un prêt du Fond africain de développement de 22,5 millions de dollars le 7 septembre 2011 pour créer le complexe numérique de Bamako. « Ce projet est important pour mon pays à cause de son aspect sous régional et que c’est le premier de son type. C’est un projet structurant et innovant dans sa conception, son positionnement et sa vision. Il jettera aujourd’hui les bases pour créer demain un vivier de compétences dans un domaine aussi stratégique que les Technologies de l’information et de la communication (TIC). Il va soutenir et renforcer les politiques nationales pour l’amélioration et l’adéquation formation-emploi », a souligné S.E. M. Modibo Ibrahim Toure, Ministre des postes et de nouvelles technologies du Mali à la cérémonie de signature qui s’est tenue aujourd’hui à la BAD en Tunisie.

La BAD est la principale source de financement de ce projet de 37 millions de dollars avec les contributions du Gouvernement du Mali (3 millions de dollars) et l'Agence française de développement (11,5 millions de dollars).

Les principaux objectifs de ce projet dans les technologies de l’information et de la communication sont:

  • L’augmentation de leur utilisation et l’amélioration des compétences de la population du Mali et d’autres pays Ouest- Africains.
  • Le renforcement des partenariats public-privé (PPP) pour soutenir la recherche et l’innovation dans ce domaine.

 «Le Mali lance une nouvelle approche qui brise les murs entre les systèmes d'enseignement et les entreprises. Nous espérons pouvoir faire davantage d’opérations de ce type qui combineront les PPP, les universités et centre de formation aux entreprises, et améliorer l'apprentissage des étudiants de l’Afrique de l’ouest en utilisant les nouvelles technologies», a déclaré la directrice du développement humain de la BAD, Mme Agnès Soucat.

Le complexe numérique de Bamako est composée de trois principaux pôles de développement des TIC:

  • Un Techno Centre destiné à former le capital humain, à accroître la compétitivité et créer des emplois, surtout pour les jeunes. Il s'efforcera de former 30 ingénieurs en TIC, 120 techniciens, 600 fonctionnaires et 150 demandeurs d'emploi par an, et accroître la participation des femmes dans le développement des TIC.
  • Un Techno Parc qui constituera essentiellement d’un centre de données, un incubateur d'entreprises et de sociétés de technologie.
  • Un Techno Village  - un centre de congrès servant à présenter les dernières innovations des TIC dans les divers secteurs de développements, l'organisation d'événements réunissant des experts des TIC, des chercheurs et des universitaires d'Afrique et du monde.

«Le Complexe Numérique de Bamako va promouvoir l'économie numérique au Mali en contribuant à la modernisation de l'administration publique, le renforcement des PPP dans la prestation de services aux citoyens du Mali et d'autres pays ouest-africains", a déclaré M. Gilbert Mbesherubusa, Directeur, du département de Transport et des TIC à la BAD.

Le soutien de la BAD au complexe numérique de Bamako contribue à la mise en œuvre des recommandations du sommet de Kigali « Connecter l’Afrique » de 2007, ou la communauté internationale s'est engagée à créer un environnement propice à l'amélioration des TIC en Afrique. Suite au Sommet la BAD a approuvé un prêt de 14 millions de dollars pour soutenir un centre d'excellence TIC à Kigali.

Le projet de création du Complexe Numérique de Bamako est conforme à un des piliers de la stratégie de la Banque sur l’enseignement supérieur, la science et la technologie afin de renforcer les capacités du continent pour la recherche et l'innovation et de promouvoir une croissance inclusive en Afrique.

Contact(s) technique : Michel Guedegbe, Ali Yahiaoui

Contact médias : Nawsheen Elaheebocus