Alimentation en eau et assainissement au Kenya : Libérer le potentiel pour une croissance inclusive

13/08/2013
Share |

 

Nakuru, quatrième plus grande ville du Kenya, est un important centre industriel et touristique. Avant l’intervention du Groupe de la Banque africaine de développement, la mauvaise qualité des réseaux d’alimentation en eau et d’assainissement avait entraîné le déclin, voire le départ, de certaines industries. Cela a favorisé la propagation de maladies véhiculées par l’eau, outre le fait que femmes et enfants passaient de longues heures à s’approvisionner en eau, ou devaient l’acheter à des prix prohibitifs.

FAD : financer les infrastructures et renforcer les capacités

Le FAD a investi un total de 18 millions d’UC (27 millions de dollars EU environ,) en appui à l’amélioration des services d’alimentation en eau et d’assainissement dans les zones urbaines, périurbaines et rurales, sous l’égide de l’ Office des services d’eau de la Vallée du Rift. Le projet comportait les composantes suivantes : i) un soutien institutionnel aux prestataires de services en eau et assainissement ; et ii) des investissements dans les infrastructures d’alimentation en eau et d’assainissement.

Efficacité et durabilité accrues

  • La production d’eau à Nakuru est passée à 50 000 m3/jour, contre moins de 30 000 m3/jour auparavant ; et la disponibilité en eau à 18 heures par jour désormais, contre moins de 6 heures par le passé ;
  • Une meilleure information auprès des clients et une amélioration de la perception des recettes, passée de 40 % à 95 %;
  • Démarrage effectif de la compagnie des eaux et de l’assainissement;
  • L’amélioration de la perception des recettes a favorisé les investissements du secteur privé pour la réhabilitation et l’extension du réseau de distribution.