Avec 6% de croissance l’Afrique affiche une bonne résilience face à la crise en 2013

22/05/2014
Share |

L’Afrique subsaharienne a enregistré en 2013 une croissance de 5 % et de 6 %, en excluant l’Afrique du Sud. C’est qui ressort du Rapport annuel 2013 de la Banque africaine de développement (BAD) publié le 21 mai à Kigali, dans le cadre des Assemblées annuelles de l’institution.

Le document précise que le continent a continué de faire preuve de résilience face à la lente reprise de l’économie mondiale, quoique de grandes variations existent entre pays et régions.  

L’Afrique de l’Ouest a affiché le taux de croissance le plus élevé, environ 7 % (le même niveau qu’en 2012), suivie de l’Afrique de l’Est, avec environ 6 %, soit à peu près 2 points de pourcentage de mieux qu’en 2012.  L’Afrique centrale, marquée par l’éclatement d’un conflit armé en République centrafricaine qui assombrit les perspectives de croissance à court terme de la sous-région, a enregistré une croissance d’environ 4 % (contre 6 % en 2012).

Pour sa part, l’Afrique du Nord a affiché un taux de croissance de 1,9 %, soit une baisse d’environ 8 points de pourcentage par rapport à 2012. En Afrique australe, le taux de croissance a avoisiné les 3 %, pratiquement le même qu’en 2012. Les pays à faible revenu, y compris les États fragiles, ont affiché un taux de croissance de près de 5 % en moyenne. Pour les principaux pays exportateurs de pétrole, la croissance a été plus forte en Angola, au Gabon et au Nigeria, avec  5 % ou plus.

Quant aux pays tirés par l’investissement, notamment ceux en transition, souhaitant faire de l’industrie manufacturière et des services les moteurs de leur économie, ils ont enregistré un taux de croissance de l’ordre de 3 à 7 %.

Au niveau global, l’inflation en Afrique a reculé de 2 points de pourcentage pour s’établir à 6,7 % en 2013, contre 2 % aux États-Unis et dans l’Union européenne, et une moyenne mondiale de 6 %. Dans l’ensemble, les pays ont maintenu une situation budgétaire prudente.

Le déficit budgétaire moyen en pourcentage du PIB est passé à 3,9 % en 2013, contre 2,9 % en 2012. Le déficit du compte courant a grimpé à 2,5 % en 2013, contre 1,5 % en 2012.

Pour les pays exportateurs nets de pétrole, l’excédent budgétaire a chuté  de 2,3 % du PIB en 2012 à 0,8 % en 2013, tandis que le déficit du compte courant des pays importateurs de pétrole était de 8 %, contre 7,6 % en 2012.

S’agissant des perspectives de croissance du continent, celles-ci  devraient s’établir à près de 4,8 % en 2014 et 5,7 % en 2015.

En Afrique centrale, le taux de croissance devrait être d’environ 6 % en 2014 et 2015, bien que le conflit armé en République centrafricaine ait rétréci les perspectives de croissance.

L’Afrique de l’Est devrait enregistrer un taux de croissance de quelque 6 % en 2014 ; mais ce taux pourrait augmenter au regard des nouvelles découvertes de pétrole et de gaz faites dans la région et des investissements attendus dans la prospection et les infrastructures de transport.

L’Afrique du Nord devrait connaître un taux de croissance de 3,1 % en 2014 et de 5,5 % en 2015.  Mais tout dépendra de l’évolution de la situation socioéconomique dans la région.

En Afrique australe, le taux de croissance global devrait être de 4 % en 2014 et de 4,4 % en 2015, avec certains pays comme la Zambie pouvant dépasser les 7 %.

L’Afrique du Sud, moteur de la région, devrait afficher un taux de croissance de 2,7 % en 2014 et de 3 % en 2015, légèrement mieux que ces dernières années. Le taux de croissance moyen de l’Afrique de l’Ouest devrait s’élever à 7 % en 2014 et 2015, grâce au développement des secteurs des ressources naturelles et à la diversification.