Les femmes dans les États fragiles: agents actifs du changement

25/05/2010
Share |

Plusieurs responsables et dirigeants réunis dans le cadre des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) ont appelé, lundi 24 mai 2010 à Abidjan, à un  leadership des femmes pour construire la paix dans les Etats fragiles.

Au nombre de  ces responsables  figuraient le président de la BAD, Donald Kaberuka, la Secrétaire d’Etat norvégienne, Mme Ingrid Fiskaa, le gouverneur de la Banque centrale de Sierra Leone, Shehu Sesay et la présidente du Réseau des femmes du fleuve Mano, Saran Draba Kaba,  Cet appel intervenait à l’issue de discussions axées sur les résolutions  (1325 ET 1889) de l’ONU favorisant la participation des femmes dans la paix et la sécurité.. Leur rôle étant d’autant plus important que  70 %  des victimes sont des civils, dont la plupart des femmes et des enfants.

Le président Donald Kaberuka  qui a tenu à dépasser  l’unique cadre des Etats fragiles, a rappelé l’engagement pris par la BAD au Sommet des femmes entrepreneurs, en mars 2010, à Nairobi. Dans son discours, il  avait indiqué qu’il fallait entrevoir l’autonomisation des femmes  dans  une perspective d’entreprenariat. Il avait aussi  souligné que sans l’accès des femmes aux services financiers qui  est essentiel, toute croissance  économique demeurait problématique.

Le président de la BAD a  à cet égard précisé que tous les engagements pris  par l’institution à ce Sommet par la BAD  seront respectés. M.Kaberuka a d’ailleurs annoncé que dans la poursuite du renforcement des partenariat avec les femmes entrepreneurs leaders, Mme Graça Machel, fondatrice de New Faces, New Voices, coprésidente du Sommet  prendra part aux assises de la BAD.

La Banque africaine de développement a aussi exprimé son engagement à travers son Plan d’action Genre (2009-2011) destiné à soutenir l’intégration de plans juridiques efficaces et de réponses juridiques pour la protection des  femmes, des jeunes filles et des garçons dans les Etats fragiles.

La BAD est  aussi résolument engagée à renforcer les capacités de tous les pays membres régionaux en matière d’intégration du genre dans le cadre des efforts visant à atteindre l’égalité de genre et l’autonomisation des femmes.