La Banque mondiale et la Banque africaine de développement renforcent la transparence des données relatives à l’aide au développement

23/11/2016
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a publié le 23 novembre, ses données sur AidFlows (www.aidflows.org), une plateforme en ligne permettant de visualiser l’envergure de l’aide au développement, en vue de promouvoir davantage de transparence en la matière. Ces nouvelles données permettent d’obtenir des informations sur les fonds que la BAD a engagés et versés à ses bénéficiaires, dont l’Afrique du Sud, le Sud-Soudan, la Guinée et la Sierra Leone.

« Une telle transparence nous permet d’être responsables et de démontrer notre engagement auprès de nos partenaires et des parties prenantes », a souligné Frannie Léautier, vice-présidente principale de la BAD. « Grâce à une plus grande transparence, les parties prenantes sont en mesure de suivre les résultats des opérations de la BAD. Une telle approche permettra donc de s’assurer que les fonds profitent bien aux bénéficiaires auxquels ils étaient destinés ».

AidFlows est une plateforme unique qui contient des données détaillées et faciles à lire sur l’aide au développement provenant d’un ensemble de banques multilatérales de développement et de l’OCDE. Lancée en 2010, cette plateforme consacrée au partage de données mondiales sur le financement de l’aide au développement était alors la première en son genre. AidFlows permet au public d’accéder aux données concernant l’ensemble des flux de fonds consacrés au développement et versés aux bénéficiaires par divers partenaires de développement. Il a été possible d’étendre AidFlows grâce à des initiatives de données ouvertes au sein de divers gouvernements et institutions publiques et privées du monde entier.

« Nous nous réjouissons des efforts de la BAD pour accroître le niveau de transparence et d’ouverture des données relatives à l’aide, et nous sommes ravis qu’ils nous aient rejoints sur AidFlows », a déclaré  Axel van Trotsenburg, vice-président pour le Financement du développement de la Banque mondiale. « L’ajout de la BAD à ses contributeurs aidera AidFlows à fournir des renseignements plus détaillés permettant de déterminer où les fonds de l’aide au développement sont dépensés ainsi que d’orienter et de soutenir les décisions politiques ».

L’ajout des données de la BAD renforce le partenariat avec AirFlows et permet d’accéder à des informations plus détaillées sur les flux d’aide au développement dont bénéficie l’Afrique. AidFlows est le fruit d’un partenariat entre l’OCDE, la Banque mondiale, la BAD, la Banque asiatique de développement, la Banque interaméricaine de développement et la Banque islamique de développement. 

Contacts :

Pour des informations complémentaires, veuillez consulter : http://www.aidflows.org