Journée mondiale de l’eau 2014 : la BAD et le lien entre l’eau et l’énergie

18/03/2014
Share |

 

L’eau et l’énergie sont étroitement liées et interdépendantes. La génération et le transport d’énergie utilisent des ressources hydrauliques, particulièrement pour les sources d’énergie hydroélectrique, nucléaire et thermique.

Les perspectives mondiales sur l’utilisation de l’eau pour produire de l’énergie et des aliments convergent. Le point critique provenant du lien entre eau et énergie indique le besoin de résoudre les inégalités, de partager les ressources plus largement et de les utiliser de manière plus rationnelle. Cela demande l’élaboration de politiques et de cadres transversaux qui jettent un pont entre les secteurs et les ministères, ouvrant la voie à la sécurité énergétique et à l’utilisation durable de l’eau dans une économie verte. Une attention particulière est portée à l’identification de meilleures pratiques qui peuvent faire d’une « industrie écologique » économe en eau et en énergie une réalité.

Que fait la banque ?

La Stratégie de la Banque africaine de développement pour la période 2013-2022 vise à atteindre une croissance verte et inclusive. Ces deux principaux thèmes de la Stratégie demandent une collaboration intersectorielle aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Banque afin de répondre à ces nouvelles priorités dans les projets et les programmes financés par la Banque.

Il est essentiel de suivre les progrès réalisés dans le cadre de la nouvelle stratégie décennale. Le Cadre de mesure des résultats du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) se concentre sur les progrès en matière de développement en Afrique (niveau 1), la contribution de la Banque au développement en Afrique (niveau 2), la performance opérationnelle de la Banque (niveau 3) et son efficience organisationnelle (niveau 4).

Le Département de l’eau et de l’assainissement (OWAS) de la BAD reconnaît qu’il lui faut jouer de plus en plus un rôle de direction dans le secteur de l’eau sur le continent. La BAD joue déjà un rôle essentiel dans le développement socioéconomique de ses pays membres régionaux.  Elle  est donc positionnée de manière stratégique pour assumer un rôle de premier plan dans le dialogue sur le développement avec l’Afrique. C’est un domaine où elle bénéficie d’un avantage comparatif et d’atouts qui facilitent le dialogue efficace dans le secteur de l’eau sur des questions difficiles telles que les réformes sectorielles, la sécurité de l’approvisionnement en eau et l’adaptation au changement climatique.

Le Département a élaboré un programme multisectoriel de long terme au Kenya qui répond aux objectifs de la Banque en matière de croissance verte et inclusive, et qui atténue les effets du changement climatique. Le programme de mise en valeur polyvalente des ressources en eau de Thwake, qui comporte quatre phases, comprend la construction d’un barrage en enrochements de 77 mètres de haut, la production de 20 MW d’énergie hydroélectrique, ainsi que des infrastructures d’alimentation en eau, d’assainissement et de traitement des eaux usées pour une grande région rurale et une ville « numérique ». Il développe aussi l’irrigation dans les comtés semi-arides de Kitui et de Makueni. Le programme renforcera la résistance à la sécheresse et renforcera la sécurité de l’approvisionnement en eau et l’indépendance alimentaire des pays cibles, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté.

Renforcement des capacités

Le Département de l’eau et de l’assainissement de la Banque mène des activités de renforcement des capacités au moyen d’une série de séminaires périodiques intitulés « Knowing Water » (Connaître l’eau). L’un des derniers séminaires s’est tenu au bureau régional de la BAD à Nairobi. Afin de mieux apprécier les possibilités offertes par le lien entre alimentation en eau et alimentation en énergie, OWAS a organisé un séminaire sur la production de « pico-énergie » et de « micro-énergie » au moyen de l’optimisation de l’alimentation en eau potable et des réseaux de collecte des eaux résiduaires. Les systèmes sélectionnés peuvent utiliser des turbines Francis ou Pelton pour convertir la pression excédentaire disponible en conduites d’alimentation en eau ou des canalisations d’eaux résiduaires traitées en courant alternatif pour une utilisation sur place ou une distribution sur le réseau. C’est l’une des nombreuses manières dont le Département de l’eau et de l’assainissement de la Banque s’efforce de remplir son rôle de direction dans la promotion de la collaboration autour du thème de l’eau sur le continent.