Un jeune intellectuel africain reçoit le prix du meilleur travail de recherche à la Conférence économique africaine 2012

05/11/2012
Share |

Vendredi, lors de la journée de clôture de la Conférence économique africaine 2012 organisée à Kigali, au Rwanda, les organisateurs ont sélectionné le meilleur travail de recherche présenté par un jeune intellectuel africain. L'objectif de ce prix est de reconnaître et d'encourager la recherche chez les jeunes Africains.

Dick Nuwamanya Kamuganga, économiste ougandais de l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève, a remporté ce prix pour son article intitulé « La coopération commerciale régionale intra-africaine peut-elle améliorer la durée des activités d'exportation ? », présenté le troisième jour de la conférence, lors d'une séance consacrée au thème Commerce et intégration au niveau régional.

Son article a été choisi parmi 500 propositions, parmi lesquelles 43 avaient été initialement retenues. Au terme du processus, seuls quatre articles ont été soumis à un panel de juges, qui les ont examinés et ont choisi celui d’entre eux méritant de recevoir le prix du meilleur article de la conférence rédigé par un jeune chercheur africain.

Les critères essentiels pour l'attribution du prix étaient les suivants : l'article devait avoir été rédigé par un seul auteur ; le chercheur devait être âgé de moins de 40 ans et venir d'un pays d'Afrique ; l'article devait faire preuve d'innovation et de pertinence dans le domaine de la politique économique, et enfin, il ne devait pas avoir été présenté où que ce soit avant la conférence économique de Kigali.

Sébastien Levine, Conseiller économique du Programme des Nations Unies pour le développement, a expliqué : « Non seulement ce prix donne un coup de fouet à la notoriété du chercheur, mais il inspire les jeunes Africains et les encourage à contribuer à la recherche ». Il a ajouté que cette récompense fera partie intégrante des prochaines conférences économiques africaines, organisées chaque année par le PNUD en partenariat avec la Banque africaine de développement et la Commission économique pour l'Afrique.

L'article de M. Kamuganga étudie si la coopération intra-africaine régionale en matière de commerce augmente la probabilité de voir les relations à l'exportation se perpétuer plus longtemps, une fois établies au niveau du marché des produits de l'exportateur. Il examine également les autres facteurs sous-jacents qui réduisent ou augmentent la durée d'une relation d'exportation africaine au niveau du marché des produits de l'exportateur, une fois qu'elle a été établie.

L'article affirme que la croissance des exportations de manière durable est une grande priorité qui permettra à tous les pays africains d'enregistrer une croissance économique viable. Il examine enfin les effets de la coopération intra-régionale en matière d’échanges commerciaux sur la durabilité des exportations africaines à destination de l'Afrique et du reste du monde.  

Les conclusions de M. Kamuganga poussent à penser que les initiatives africaines de coopération, ou d'intégration, en matière de commerce au niveau régional ont des effets non négligeables sur l'amélioration de la durée de vie des exportations africaines. Ces résultats montrent également que la profondeur de l'intégration régionale a son importance dans la réduction des risques liés aux exportations africaines de pays qui ne participent à aucune coopération régionale.

L'étude de M. Kamuganga révèle que des facteurs tels que les coûts d'exportation, les temps de transit (temps nécessaire à l'exportation), les procédures d'exportation, la solidité financière et les travers politiques et institutionnels qui entravent les exportations créent un cadre naturel qui explique que les exportations africaines sont à haut risque.

Son article soutient que le sous-développement financier en Afrique peut jouer un rôle décisif dans la réduction de la durée de vie des relations d'exportation africaines.

Le chercheur affirme encore que la coopération africaine en matière d’échanges commerciaux au niveau régional réduirait fortement le temps nécessaire aux exportations et les coûts commerciaux frictionnels liés aux infrastructures. Les avantages de la coopération en matière de commerce au niveau régional auraient toutefois à comprendre une diminution des procédures aux frontières, une harmonisation des documents, des normes relatives aux produits et l'élimination de tarifs douaniers.

La Conférence économique africaine qui s'est déroulée du mardi 30 octobre au vendredi 2 novembre, à Kigali, a exhorté les dirigeants africains à établir des politiques et des stratégies qui intéressent les citoyens, de manière à atteindre non pas la simple croissance, mais bien la croissance équitable et inclusive.