La Zambie se prépare à accueillir les Assemblées annuelles 2016 de la BAD

08/02/2016
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement zambien ont signé un aide-mémoire sur les modalités d’organisation des Assemblées annuelles 2016 de la Banque, qui doivent se tenir à Lusaka du 23 au 27 mai 2016.

Cet aide-mémoire a été signé au nom de la Banque par son vice-président par intérim et secrétaire général, Olivier Pinzi, et au nom de la Zambie par le secrétaire au Trésor, Fredson Yamba, à la fin de la mission préparatoire de la BAD, qui s’est rendue à Lusaka du 18 au 26 janvier 2016.

S’exprimant au cours de la cérémonie, Pinzi a déclaré que la mission a estimé que les autorités zambiennes avaient bien avancé dans leurs préparatifs des réunions en termes d’installations de conférence, d’hébergement et d’achats requis pour l’événement.

« D’ici au mois de mars de cette année, la mission se rendra à nouveau dans le pays pour évaluer les progrès accomplis », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Yamba s’est félicité du travail fructueux qu’a effectué la mission durant sa visite.

« Au nom du gouvernement, je voudrais vous remercier de votre diligence et de votre engagement dans votre travail avec le gouvernement et vous assurer à nouveau que nous respecterons nos engagements et garantirons aux délégués une réunion réussie », a-t-il indiqué.

Les Assemblées annuelles se tiendront au Centre international de conférences de Mulungushi, à Lusaka, sur le thème « Énergie et changement climatique », et porteront sur l’une des « Cinq grandes priorités » de la Banque, à savoir « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ». Ce thème fera également référence au Nouveau Pacte de l’énergie de la Banque et aux principales résolutions prises lors des récentes négociations de l’ONU sur le réchauffement climatique (COP21).

Ces Assemblées annuelles sont l’événement phare de la Banque, qui réunit quelque 5 000 délégués et participants ; en général, il s’agit de ministres des Finances, de l’Économie et du Commerce, de partenaires au développement ainsi que de représentants d’organisations internationales, du monde académique, de la société civile et des médias. Ils viennent essentiellement des 54 pays membres régionaux (africains) et des 26 pays membres non régionaux de la Banque.