Projet d'appui a la gestion financière (PAGEF)


Aperçu

  • Référence: P-AO-KF0-002
  • Date d’approbation: 14/11/2007
  • Date de début: 29/11/2010
  • Date d'évaluation: 12/07/2007
  • Statut: En coursOnGo
  • Agence d'implémentation: MINISTERE DU PLAN
  • Emplacement: Territoire National

Avantages économiques et sociaux

Le principal impact attendu du projet est sa contribution à l'atteinte des objectifs de croissance économique et de réduction de la pauvreté tels que figurant dans le DSRP-I à travers une amélioration globale de la gouvernance économique et financière du pays. Il doit aussi s'apprécier dans le cadre des actions menées par les autres partenaires dans le renforcement de la gestion écono en vue d'une croissance mieux partagée avec réduction des inégalités et de la pauvreté. L'assistance technique, les études et les actions de formation menées dans le cadre du projet auront un impact réel sur le renforcement des capacités de gestion des finances publiques, qui constitue un élément majeur de la viabilité du cadre macroéconomique indispensable à la croissance. En outre, la sécurisation des ressources publiques, permise par l'évaluation appropriée du patrimoine, le renforcement du système de contrôle interne et externe p exécution budgétaire plus conforme aux objectifs de la stratégie de lutte contre la pauvreté du Gouvernement, avec une réduction sensible des inégalités qui constituent des fléaux sociaux en Angola. Ainsi, le renforcement de l'efficacité et de la transparence dans la gestion des finances publiques permettra un meilleur partage des fruits de la croissance dans cette phase de relance économique et de reconstruction nationale du pays.

Impact du projet sur les thèmes transversaux

  1. Impact sur la réduction de la pauvreté : L'impact du projet sur la pauvreté se transmettra essentiellement à travers l'amélioration de la gestion financière qui contribue à la stabilité macroéconomique indispensable à une croissance saine, tout en permettant l'uti effective des ressources publiques dans les secteurs à fort impact su les activités du secteur privé et la réduction des inégalités et de la pauvreté, notamment les infrastructures, la santé et l'éducation. Une telle orientation contribuera nécessairement à la baisse du taux de chômage (estimé à 45%) et à l'amélioration sensible des indicateurs sociaux assez alarmants et au progrès vers les OMD D'ici fin 2010, l'indice de GINI et le pourcentage de la population pauvre devraient se situer significativement en dessous des niveaux préoccupants actuels de 0,62 et 68% respectivement.
  2. Impact sur la Gouvernance : Le PAGEF contribuera significativement à l'exercice effectif de fonctions clés de la gouvernance financière. Selon les recommandations du PEMFAR, le renforcement du système d'audit et de contrôle est crucial pour l succès des reformes des finances publiques en Angola. En effet, le PAGEF se propose de contribuer à sécurisation des ressources publiques, à l'amélioration de la crédibilité du budget, de la fiabilité des comptes de l'Etat, grâce notamment au renforcement de la gestion du patrimoine de l'Etat et de la qualité du contrôle interne, indicateur clé du risque fiduciaire. En outre, un contrôle externe effectif sur des éléments plus complets et fiables, favorisé par le PAGEF, réduit le déficit en matière d'obligation de rendre compte et renforce mécanismes anti-corruption. Au terme du PAGEF à l'horizon 2010/2011, le patrimoine de l'Etat sera évalué correctement et intégré dans le CGE dans six Ministères et cinq provinces, environ une quinzaine de structures étatiques visées feront l'objet d'audit interne avec suivi des recommandations, les écarts dans les indicateurs de performance budgétaire seront réduits de moitié et les rapports de la Cour des comptes (TdC) feront l'objet de publication. En outre de la fiabilité du CGE et des capacités de la TdC permettra à cette institution de présenter au Parlement des rapports d'exécution budgétaire et financière de qualité, ce qui accroît les pouvoirs de contrôle des représentants du peuple sur la gestion de l'Exécutif conformément aux dispositions constitutionnelles. Par projet améliorera la participation par le renforcement des capacités de la société civile, en lui permettant de jouer un rôle effectif dans le processus de transparence dans la gestion des ressources publiques.
  3. Impact sur le développement du secteur privé : Selon l'indice global de la compétitivité 2007 de la Banque mondiale, l'environnement des affaires en Angola serait le moins incitatif des 128 pays ayant fait l'objet d'évaluation, avec un score de 2,5 sur 7. Les principaux facteurs de cette contre-performance se situent particul niveau des infrastructures, l'inefficacité des services publics, la qualité inadéquate du capital humain (santé, éducation) et la situation macroéconomique. Suivant les mécanismes indiqués ci-dessus (paragraphes 7.11, 7.2.1 et 7.2.2), le PAGEF contribuera à atténuer ces contraintes au développement du secteur privé, soit directement (efficacité de l'administration financière et impact des finances publiques sur la stabilité macroéconomique) ou indirectement (utilisation effective des ressources publiques pour l'amélioration de l'éducation, de la santé et des infrastructures). Par ailleurs, une clarification du cadre de gestion, de transactions, ainsi que la mise en place d'in juridiques relatifs au patrimoine de l'Etat renforceront la transparence, qui contribuera à la confiance et la transmission de signaux positifs au secteur privé.
  4. Impact sur l'environnement : Le présent projet, de par s éléments constitutifs, n'a pas d'impact négatif direct sur l'environnement. Il a donc été classé en catégorie III d'après les critères de la Banque.
  5. Impact sur le genre : Les femmes représentent 52 % de la population totale en Angola. L'enquête budget-consommation de 2001 a montré que le niveau de la pauvreté est très peu lié au genre du chef de famille. En effet, la pauvreté extrême touche 27,3% des ménages dont le chef est homme et 30,1% des ménages dont le chef est une femme. En milieu rural, les femmes constituent pour environ 70% de la main d'#uvre agricole active. Environ 85% des chefs de famille femme pour leur propre compte ou dans des entreprises du secteur privé informel. Vu la modicité de ses salaires, l'administration publique n'attire que 25% des chefs de famille hommes et 15% des chefs de famille femmes. Les femmes bénéficieront nécessairement des effets positifs du PAGEF sur la pauvreté (para. 7.1.1) et sur le secteur privé (para. 7.2.3). Par ailleurs, sur la base des résultats d'études sur le genre, le PAGEF se propose d'accorder une attention particuli renforcement des capacités des ONG féminines en matière d'informations de manière à accroître leur participation dans les décisions publiques qui affectent leurs vies (para. 3.4.7 et 4.5.24). En outre, le Gouvernement s'engage à promouvoir la participation des femmes dans les formations organisées au niveau des structures bénéficiaires.

Contacts clés

GEBRE-SELASSIE Kalayu - OSGE2


Coûts

Source Montant
FADUAC 5.900.000
GovernementUAC 670.000
TotalUAC 6.570.000