Un approvisionnement électrique fiable pour encourager l’investissement en Côte d’Ivoire


Aperçu du projet - La centrale électrique d’Azito

Pays : Côte d’Ivoire

Secteur : Production d’électricité et d’énergie

Financement BAD et partenaires : Le coût total du projet est de 430 millions de dollars EU, à financer à raison de 80 % par des emprunts et de 20 % par des fonds propres. Ce financement a pu être assuré grâce à un prêt privilégié de 40 millions de dollars EU de la BAD et aux concours de plusieurs autres institutions de financement du développement (Société financière internationale, BIO, Banque asiatique de développement, Fonds d’infrastructure de l’Afrique nouvelle, Banque ouest-africaine de développement et les organisations DEG, FMO et Proparco).

Produits : 

  • Conversion de la centrale électrique actuelle, qui comporte deux turbines à gaz à cycle simple produisant chacune 144 MW de puissance électrique, en une installation à cycle combiné devant produire environ 430 MW de puissance électrique.
  • La conversion de cette centrale à cycle simple en une centrale à cycle combiné se traduira par une réduction annuelle de 782 000 tonnes d’émissions de CO2.
  • Pendant la phase d’emploi maximum de la main-d’œuvre pour la construction, environ 600 travailleurs seront recrutés. 
  • Le projet permettra d’ajouter quelque 140 MW de capacité à la centrale, sans faire appel à un approvisionnement en gaz supplémentaire.

Le projet d’expansion de la centrale électrique d’Azito consistera à agrandir cette centrale à gaz de 288 mégawatts (MW) située en Côte d’Ivoire en une centrale à cycle combiné à capacité supplémentaire de 140 MW assurée par une turbine à vapeur à récupération de chaleur. Ce projet constitue la troisième phase de la construction du complexe de production d’électricité d’Azito, les deux premières phases ayant été achevées en 1999 et en 2000.

La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), le service d’électricité privé de Côte d’Ivoire, est l’unique acheteur de cette électricité et s’obligera, au nom du gouvernement, à payer le prix de la totalité des capacités disponibles et de l’énergie produite par la centrale. Le projet utilisera les infrastructures existantes pour évacuer la puissance supplémentaire produite par la centrale.

Son exécution est assurée par un producteur d’électricité indépendant, Azito Énergie, sur la base d’une garantie de l’État sous la forme d’un contrat d’achat d’électricité à obligation d’enlèvement de 20 ans. Azito Énergie est une société ivoirienne à responsabilité limitée qui, à l’origine, était détenue majoritairement par Globeleq Generation Holdings Limited (contrôlée par Actis Infrastructure Fund II), une entreprise d’envergure mondiale pouvant se prévaloir d’un solide dossier de réalisation en tant que producteur d’électricité en Afrique. En février 2015, CDC Group et Norfund ont conclu un partenariat qui a abouti à la prise de contrôle directe de Globeleq Africa par l’intermédiaire d’Africa Power Limited.

Azito n’est pas un nouveau client de la Banque, qui lui a déjà accordé un prêt privilégié de 14 millions d’USD en 1998 pour contribuer au financement de la phase 1 de la centrale d’Azito. Ce prêt a été entièrement remboursé, avec toutes les autres obligations de remboursement sous les phases 1 et 2 de la construction. 

Objectif : 

Le but de ce projet est de répondre à une demande croissante, et particulièrement à celle que devrait générer le développement du secteur industriel du pays. Il vise également à améliorer la fiabilité de l’approvisionnement électrique afin de consolider la privatisation et d’encourager les investisseurs à financer d’autres projets.

État actuel du projet :

La réalisation de l’ouvrage se poursuit dans le cadre d’un contrat Ingénierie, Approvisionnement et Construction avec la société sud-coréenne Hyundai. Lancée en octobre 2013, la construction devrait durer 27 mois. Les travaux de construction ont jusqu’ici été achevés dans les délais prescrits, la date de mise en exploitation commerciale ayant été déclarée le 2 juin 2015. Le coût de ces travaux a également pu être contenu dans les limites budgétaires prévues et il n’a pas été nécessaire de faire appel à de nombreuses réserves pour imprévus.

Spécificité du projet : 

Le projet est aligné sur la stratégie de la BAD visant à accroître son soutien aux opérations du secteur privé dans les pays à faible revenu et notamment dans les États fragiles. 

Il présente aussi de solides perspectives de contribution au développement, soit : (1) satisfaire aux besoins en électricité croissants de la Côte d’Ivoire, (2) ranimer une économie qui peine à se remettre de la crise, (3) assurer un approvisionnement électrique fiable et de coût abordable, contribuant à une amélioration des services sociaux, (4) créer des emplois directs et indirects, (5) améliorer le taux d’émissions de CO2 par rapport à l’énergie produite grâce au rendement supérieur de la technologie du cycle combiné, relevant l’efficience d’installations existantes, (6) ouvrir de nouvelles perspectives d’exportation de courant vers le Pool énergétique de l’Afrique de l’Ouest par des interconnexions, et (7) améliorer la qualité de vie en Côte d’Ivoire. 


Contacts