Contexte

L’Assemblée générale des Nations Unies a appelé à une préparation efficace de la Conférence de Rio à tous les niveaux, afin de lui assurer des contributions de haute qualité.  

Au 17e Sommet de l’Union Africaine qui s’est tenu à Malabo en Guinée Equatoriale, en juin-juillet 2011, la CUA, le PNUE, la CEA et la BAD ont organisé une table ronde de haut niveau intitulée « Mobiliser le leadership africain pour un processus préparatoire régional efficace pour la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) ».  

Le Sommet a adopté une décision sur les préparatifs de l’Afrique pour Rio+20, qui salue les partenaires pour leur engagement et leurs initiatives dans la préparation de l'Afrique à l’évènement. De plus, cette décision approuve la représentation de l'Afrique par un porte-parole unique, dans le but de négocier avec une seule personne aux réunions préparatoires internationales pour Rio+20. La décision donne mandat à la République du Congo pour assurer la coordination au niveau politique en consultation avec les Etats membres et en collaboration étroite avec la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) et la CEA.

La CUA et la CEA co-président un comité directeur de haut niveau établi pour une coordination efficace du Processus préparatoire africain à Rio+20. Ce comité est composé de représentants de la Banque africaine de développement, la CUA, la République du Congo, la CEA, le PNUE et le PNUD. Le secrétariat de la CUA, la Banque africaine de développement et la CEA en assurent conjointement le secrétariat.  

La Conférence régionale préparatoire africaine pour Rio+20 s’est tenue à Addis Abeba, en Ethiopie du 20 au 25 octobre 2011. Elle était organisée par la CEA, en collaboration avec la CUA, la BAD, entre autres organismes.

L’objectif principal de la Conférence préparatoire était de délibérer sur l’objectif et les thèmes de Rio+20 et d’autres questions importantes pour l’Afrique, avec pour but d’atteindre un consensus sur les priorités et préoccupations majeures de l’Afrique, qui doivent être reflétées dans les résultats de la conférence Rio+20.

Le résultat principal de la Conférence fut la Déclaration consensuelle africaine pour Rio+20 adoptée par les chefs d’Etat et de gouvernement africains en janvier 2012.  

Le 18e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine a souligné que des efforts continus sont nécessaires pour s'assurer que les priorités et intérêts de l'Afrique figurent en bonne place dans les résultats de Rio+20.  

En tant que région, l’Afrique organisera donc une série d’événements en préparation à Rio+20 pendant la Conférence et les réunions qui la précèdent, y compris la 3e réunion du Comité préparatoire de la CDD, du 13 au 15 juin, suivie des quatre jours de dialogue sur le développement durable du 16 au 19 juin, qui seront organisés par le Brésil, pays hôte.

Conformément au mandat confié par l’Assemblée de l’Union Africaine, le comité directeur de cette dernière organisera deux consultations et un programme de formation en renforcement des capacités pour les négociateurs africains à Rio+20 sur la position commune de l'Afrique et la stratégie de négociation.

La Banque considère Rio+20 comme une opportunité importante dans son engagement pour aider à éradiquer la pauvreté et réduire les inégalités, rendre la croissance inclusive et la production et la consommation plus durables tout en luttant contre les changements climatiques.

Alors que l’échéance des Objectifs du millénaire pour le développement approche à grands pas, la Banque voit Rio comme une opportunité pour revigorer son partenariat global pour le développement et continuer avec un agenda de développement post 2015 ambitieux.

Quote

"For Africa and low income countries of the world, whose essential livelihood depends on nature, poverty and environment are two sides of the same coin."

Read more about what AfDB's President said at Rio+20