Fonds africain de garantie pour les petites et moyennes entreprises

Contexte et objectifs

Un consensus général s'est dégagé sur le rôle clé que les petites et moyennes entreprises (PME) peuvent avoir sur la réduction de la pauvreté et la réalisation des Objectifs de développement du millénaire dans les pays africains. Afin de faire usage de leur potentiel, les PME ont besoin d’un accès accru au crédit bancaire. Les PME africaines n’ont historiquement pas accès au financement, et cela est susceptible d'être aggravée par les effets de la crise financière et économique sur le continent.

Des arguments économiques considérables plaident pour un soutien plus intensif aux  PME africaines. L'aide au développement des PME en Afrique reste très fragmentée, avec plusieurs bailleurs de fonds et institutions financières de développement (IFD) qui mettent en œuvre  de nombreux programmes pour les PME de manière non coordonnée. Une régionalisation du  soutien et la mise en commun des ressources sont nécessaires pour éviter les doubles emplois et le manque d’efficacité, dans l'esprit de la Déclaration de Paris et du Programme d'action d'Accra.

Le 1er juin 2012, lors des Assemblées générales annuelles de la BAD, qui se tenaient à Arusha en Tanzanie, Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement (AfDB), Dr. Donald Kaberuka, a annoncé aujourd’hui le lancement officiel du Fonds Africain de Garantie (FAG), un système de garantie, en adéquation avec le marché, qui vise à faciliter l'accès au financement pour les petites et moyennes entreprises africaines.

Le FAG, conçu et fondé par la BAD en partenariat avec les gouvernements du Danemark et de l’Espagne, fournira des garanties bancaires aux institutions financières afin de stimuler le financement des PME et de libérer leur potentiel à favoriser une croissance pour tous dans la région.

Le FAG est vraiment le fruit d’un partenariat public-privé, avec d’autres bailleurs, institutions financières de développement et investisseurs privés qui devraient à leur tour fournir un capital supplémentaire et ainsi augmenter les opérations du Fonds.

Les PME sont les meilleures candidates pour atteindre une croissance pour tous en Afrique puisqu’elles contribuent significativement à la génération de revenu et à la création d’emplois. Pourtant, l’accès au financement est signalé régulièrement comme l’un des obstacles majeurs au développement et à la croissance des PME. En effet, seulement 20 pourcent des PME africaines ont obtenu une ligne de crédit d’une institution financière. Le FAG contribuera à combler ces lacunes.

Domaines d’intervention/ Sous-secteurs

Le FAG a été mis en place pour remédier à cette inadéquation entre l'offre et la demande de financement des PME. Une joint-venture entre la Banque africaine de développement et les gouvernements danois et espagnol, AGF a été lancé en 2010 en partenariat avec des institutions financières pour les aider à augmenter leur exposition aux PME en Afrique.

Pour ce faire, le FAG dispose de deux lignes d'activités:

  1. Garanties partielles de crédit: Fourniture de garanties partielles pour les institutions financières dans les pays africains afin de les inciter à augmenter la dette et des investissements en fonds propres dans les PME. Fondée sur une évaluation des besoins des institutions financières et des PME de la région, le FAG offre trois types de garanties avec différentes structures de frais: a) un portefeuille et des garanties de prêts individuels, b) des mobilisations de fonds de garanties de la Banque, et c) des garanties sur titres.
  2. Développement des capacités: Une entité distincte aidera les institutions financières à développer leur capacité d'évaluation et de gestion des portefeuilles des PME. Le FAG AGF affectera une partie de son budget au renforcement des capacités, avec les institutions financières partenaires couvrant la majeure partie des coûts. Des subventions supplémentaires sont recherchées pour compléter le soutien au développement des capacités du FAG  actuellement d’un montant  de 2,5 millions de dollars engagés par Danida à cet effet. Le renforcement des capacités des PME sera géré et mis en œuvre par les prestataires de services locaux existants.

Les produits du FAG devraient avoir un impact positif progressif à travers les trois activités suivantes:

  • Améliorer l'offre de produits financiers aux PME: en aidant les banques à capitaux à mieux répondre aux besoins de financement actif et à long terme des PME.
  • Développer des segments pour les PME bancables: en changeant la perception de la Banque des PME bancables et accroissant en permanence leur exposition aux PME.
  • Accroître la capacité des banques à évaluer les PME: en fournissant une assistance technique et des stratégies visant à développer la participation des PME.

Bénéficiaires

Comme la définition des PME varie selon les pays et les institutions financières, le FAG ne prescrira pas de qualification d'autres caractéristiques pour les PME que celles définies par le secteur bancaire des pays où le FAG opèrera. Dans ce cadre, le FAG ciblera toutes les PME africaines avec une licence d'exploitation valable quel que soit le secteur, l'industrie, l'emplacement et la propriété. Le FAG  aura un processus. 

rigoureux de sélection de partenaires, avec les institutions financières partenaires qui démontrent un engagement clair pour la croissance de leur portefeuille de PME et l'amélioration de l'offre de produits financiers pour ce segment.

Les produits du FAG seront mis en œuvre dans neuf à quatorze pays d'Afrique au cours des deux premières années avec l'objectif de couvrir l'ensemble du continent d'ici à 2016.

Le FAG déploiera  ses activités dans ces régions en trois phases. Les pays de la  phase I ont été identifiés grâce à la phase de préparation du FAG et sont caractérisées comme des «économies en transition» en termes de diversification économique et de l'orientation à l'exportation, ils comprennent  le Ghana, le Mali et le Sénégal en Afrique de l'Ouest, le Cameroun en Afrique centrale, le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda en Afrique de l'Est et le Mozambique et  la Zambie en Afrique australe.

Activités et résultats attendus

Le FAG a commencé ses opérations dans la seconde moitié de 2011, basé sur un capital de garantie de 50 millions de dollars déjà approuvés par les trois actionnaires fondateurs (le Danemark, l'Espagne et la Banque africaine de développement). Le FAG sera un instrument régional permanent qui canalisera  les garanties et l'assistance technique aux institutions financières en Afrique avec l'objectif de générer une croissance accrue dans le secteur des PME, créant ainsi plus de possibilités d'emploi dans l'économie, en particulier pour les jeunes.

Le FAG fournit :

  1. Un portefeuille de garanties de prêts aux institutions partenaires de crédit (IPC),
  2. Les garanties financières aux IPC,
  3. Soutien au développement des capacités des IPC, et
  4. Soutien au développement des capacités des PME.

Grâce à la fourniture de ces produits et services, le FAG permettra d'améliorer l'accès au crédit pour les PME qui démarrent et faire croître leurs entreprises. Il contribuera également à aborder la question de la capacité technique limitée à la fois des IPC et des PME.

Le FAG mobilisera d'importantes ressources financières pour les PME africaines, contribuant ainsi au développement du secteur privé, à la création d'emplois et finalement à la réduction de la pauvreté. Il apportera un soutien contracyclique aux institutions financières en  facilitant l'accès aux liquidités et en renforçant leur capacité à fournir du crédit.

 Il fournira également un appui au renforcement des capacités pour les IPC et les PME, augmentant ainsi leur productivité et leur compétitivité. Enfin, le FAG contribuera à accroître l'efficacité de l'aide dans le contexte de la réduction de soutien au développement des PME en canalisant l’aide financière à travers un instrument régional.

Administration et structure de gouvernance 

Le FAG est mis en place comme une société limitée par actions en vertu du droit des affaires de l'île Maurice. Dès le départ, une branche sera établie à Nairobi, au Kenya, d'où le personnel de l'entreprise assurera la gestion quotidienne du Fonds. Une deuxième branche est susceptible d'être mise en place dans un pays francophone d'Afrique occidentale dans quelques années. Le FAG fonctionne comme une institution financière non bancaire avec un conseil d'administration responsable de la gestion globale et le Président directeur général à la tête des opérations.

Actionnariat et Gestion

 

La Banque africaine de développement (BAD): La BAD a investi 10 millions de dollars dans le FAG  et est représentée au conseil d'administration du FAG. La BAD a commencé à travailler sur la phase de préparation du FAG avec Danida en 2009. Le FAG est l’un des  projets concrets initiés de la BAD pour soutenir le développement du secteur financier et la croissance des PME à travers l'Afrique.

L'Agence danoise pour le développement international (DANIDA): Danida a investi 20 millions de dollars dans le FAG et est représentée au conseil d'administration du FAG. La création du FAG est une des cinq initiatives concrètes pour promouvoir la croissance du secteur privé et la création d'emplois en Afrique.

L'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement ( AECID) : l’AECID a investi 20 millions de dollars dans le FAG et est représentée au conseil d'administration du FAG. Le gouvernement espagnol a adhéré à l'initiative du FAG en 2010 dans le cadre de sa stratégie 2009-2012 sur la croissance économique et la promotion des entreprises en Afrique.

Felix A. Bikpo, PDG du FAG: M. Bikpo, ressortissant de la  Côte d'Ivoire, s'est joint au FAG en tant que PDG en août 2011. Avant de rejoindre le FAG, M. Bikpo était le PDG et fondateur de Finance succès, un fond de  private equity et de gestion d'actifs. Il a travaillé avec plusieurs banques et institutions financières, y compris Citibank, Ecobank groupe, groupe bancaire de l'Atlantique, Access Bank et le groupe Gari Fonds. Il a été Directeur Général d'Access Pan (la société holding du groupe bancaire Accès en charge des investissements à l'extérieur du Nigeria) et directeur exécutif au sein du Groupe Access Bank.

Il a dirigé la gestion de l'Atlantique banque du groupe (un groupe bancaire de l'Afrique de l'Ouest) en tant que PDG. Il a été directeur général à Ecobank groupe, Directeur général du Fonds Gari (Fonds africain de garantie Ouest) et a passé sept ans chez Citibank NA, en qualité de vice-président et directeur régional du contrôle financier. Il a dirigé divers projets pour aider à renforcer les marchés financiers à travers l'Afrique. M. Bikpo titulaire d'une maîtrise en économie de l'Université Nationale de Côte d'Ivoire, est également diplômé de l'Ecole d'économie et de commerce (ESSEC) à Paris, l'une des principales écoles de commerce françaises.

Comité consultatif: Le comité consultatif du FAG était composé de banquiers africains et non-africains, des représentants de banques centrales, des représentants des PME et d'autres spécialistes dans des domaines principaux couverts par le FAG,  et il sera maintenu après le lancement des produits du FAG. D’autres  représentants des parties prenantes ont été consultées au cours des missions, des réunions individuelles et par des consultants.

Ressources et Capital

Le capital social actuel du FAG s'élève à 50 millions d’USD. Au cours des 3 à 5 prochaines années, ce capital devrait atteindre 500 millions de dollars, avec un capital supplémentaire provenant de bailleurs de fonds bilatéraux, des investisseurs privés ainsi que d'IFD. Le FAG prévoit qu’en mobilisant trois fois son capital de garantie il va générer environ 2 milliards de dollars de nouveaux prêts aux PME dans le moyen terme et atteindre quelque 10.000 PME africaines. Cela permettra de sécuriser et de créer des millions d'emplois productifs et de de meilleure qualité dans la région.

Fonds Africain de Garantie
Mayfair Center, 7th Floor, Ralph Bunche Road, Upper Hill,
Nairobi, Kenya.
Tel: +254 733 997 747
Fax: +254 272 1517





CAPTCHA


EMMANUEL KAKUYU - Tanzania 05/05/2012 11:51
This is a great initiative for emerging SMEs and also for those having difficulties in accessing bank facilities good business plans notwithstannding.
Geoffrey Ndosi - Tanzania 12/03/2012 09:52
Awesome initiative; just found out about it. I think it is exactly the type of mechanism my young company is looking to collaborate with to better serve our target market.
Nathaniel Melly - Kenya 23/02/2012 12:48
I believe this is the right channeling of funds now that Kenya is moving into more administrative county governments that will now lead to competition among SMEs in each the various county governments in terms of economic prowess and productivity in the many sectors of economy.
Wesley Rotich - Kenya 15/11/2011 13:06
Good initiative to spur growth through increased funds for SME and micro sector leading to employment and reduced poverty.
Please select a country

Explorez nos activités

Select a country

Explorez nos
activités