Panel de haut niveau sur les Etats fragiles

La Banque africaine de développement (BAD) a mis en place un Groupe spécial chargé de conseiller l'institution sur l'élargissement de sa stratégie d’engagement avec les États fragiles.

La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, dirige ce Groupe de haut niveau. Les huit éminents membres qui le composent possèdent une vaste expérience  sur la question de la fragilité des États en Afrique et de son impact sur le développement. La fragilité de l'Etat demeure un obstacle de taille au développement de l'Afrique; et le surmonter est une priorité essentielle pour la BAD.

«Avec l'aide de la présidente Ellen Johnson Sirleaf et un groupe d'experts, nous élaborons une nouvelle approche pour aider ces pays à se relever plus rapidement et minimiser l'impact de la fragilité sur les pays voisins,» a déclaré Donald Kaberuka, président du Groupe de la BAD.

En raison de la nature dynamique des conflits et des crises sur le continent, l'appui aux États fragiles doit s'attaquer aux racines de cette fragilité. Dans le même temps, l'aide doit prendre en compte les dimensions régionales de la fragilité. Le comité fournira des conseils d'experts sur l'assistance à apporter au-delà de l’aide financière, en vue de la construction de l’Etat et du renforcement de la paix.

« Nous pensons qu’il faut prendre en charge les situations particulières que vivent les États fragiles. Elles ne sont tout simplement pas les mêmes que celles des pays en situation normale. Les capacités des États fragiles sont faibles, les ressources rares, et les urgences plus impératives, car tout ce qui se fait vise à s’assurer que l’on commence à consolider les acquis.  Il s’agit aussi de fournir des résultats aux populations d'une manière beaucoup plus rapide pour gérer leurs attentes et éviter tout risque de retomber dans un conflit», expliquait récemment la présidente Johnson Sirleaf.

Le Groupe de haut niveau sur les États fragiles fera au président de la BAD des recommandations pour consolider le leadership de la BAD, renforcer son appui opérationnel aux États fragiles et aider les pays à risque à ne pas tomber dans «les pièges de la fragilité». Cet appui permettra également à la BAD de mieux aborder les dimensions régionales de la fragilité et des conflits.

Le Groupe de haut niveau a pour mandat de :

  • Mener des consultations de fond avec les pays touchés, les communautés économiques régionales, l'Union Africaine, les partenaires au développement, la société civile et les autres parties prenantes ;
  • Orienter la réflexion stratégique de la BAD sur le dialogue et la coopération avec les pays fragiles sortant d’un conflit ou en situation de conflit ;
  • Sensibiliser les pays en situation de fragilité ou sortant d’un conflit sur l’engagement de la Banque à les assister.

Les conclusions finales du Groupe de haut niveau seront consignées dans un rapport contenant les recommandations, mesures, politiques et stratégies que la BAD pourrait mettre en œuvre pour  améliorer l'efficacité de son soutien aux États fragiles.