L’engagement de la Banque auprès des États fragiles

Répondre aux situations de fragilité constitue l’une des priorités du Groupe de la Banque. Vingt États africains sont dits fragiles. Ils abritent plus de 200 millions de personnes, soit 20 % environ de la population africaine.
En 2008, la BAD a renforcé son action en se dotant d’une stratégie d'engagement accru dans les États fragiles [lien] et d’un Fonds dédié aux États fragiles [lien]. Le Fonds permet de répondre aux besoins de ces pays de manière flexible et rapide, en mobilisant des ressources de la Banque. Son approche, qui se veut un soutien supplémentaire, se décline en trois volets : l’octroi d’un soutien supplémentaire, l'apurement des arriérés, une assistance technique et le renforcement des capacités.

L'Afrique a connu une croissance positive ces dernières années, mais le risque d'une récession demeure, et ce, à cause de fragilités et de conflits persistants. Aussi est-il impératif de favoriser la croissance future. Ces dix dernières années, la Banque a acquis une expérience inestimable, devenant ainsi le partenaire financier privilégié des États fragiles en Afrique. En passant en revue la Stratégie des États fragiles de la Banque, le Panel de haut niveau dédié aux Etats fragiles et le Groupe de la Banque s’efforcent d’initier une démarche plus efficace, capable de faire face aux nombreux défis que pose le développement dans les États fragiles.

« Les financer de manière ciblée à leurs seules conditions n'est pas seulement important, mais cela peut aussi grandement déterminer le succès ou l'échec. Cela est particulièrement vrai lors des premières années d’après-guerre, quand le peuple nourrit de fortes attentes. Il veut récolter les fruits de la paix. Il veut voir les résultats tangibles d'un gouvernement élu et de la paix nouvelle. » Ellen Johnson Sirleaf. Présidente du Libéria et présidente du Panel de haut niveau sur les États fragiles

Les recommandations formulées dans le rapport final du groupe d'experts serviront à : (i) informer sur la treizième reconstitution des ressources du FAD, afin d'attirer des fonds supplémentaires pour les États fragiles ; (ii) fournir des idées pour une stratégie révisée de l'engagement du Groupe de la Banque dans les États fragiles, à même d’optimiser l'efficacité opérationnelle et l'affectation des ressources en ce domaine ; et (iii) alimenter la stratégie décennale du Groupe de la Banque (2013-2022) en faveur d’une croissance inclusive et durable sur le continent africain.