Facilité du climat des investissements

La Facilité du climat des investissements (FCI) est une initiative public - privé par laquelle les donateurs, les entreprises locales et internationales ainsi que les ONG, collaborent avec les gouvernements et les organisations régionales africaines pour assainir le climat des investissements aux niveaux national, régional et continental.

La Facilité a été créée à Dar es Salaam en Tanzanie en avril 2008 et elle travaille de concert avec d’autres acteurs du domaine de l’amélioration du climat des investissements en identifiant, de manière proactive, les opportunités permettant de développer des programmes permettant de lever les principales entraves au développement des activités économiques à travers le continent.

La FCI met l’accent sur la mise en place d’un cadre propice aux investissements en encourageant, développant et travaillant avec des coalitions pour la réforme du climat des investissements et la promotion du dialogue entre la communauté des affaires et les gouvernements. L’assainissement du climat des investissements et l’appui aux efforts des gouvernements visant à mettre en place un cadre juridique, réglementaire et administratif qui incite les entreprises à investir, à se développer et à créer des emplois à tous les niveaux, permettront d’améliorer l’image de l’Afrique en tant que destination des investissements à travers des efforts concertés.

La Facilité soutient la conception et la mise en oeuvre des programmes retenus dans huit domaines ayant été identifiés comme entraves majeures à la mise en place d’un cadre favorable. Il s’agit des droits de propriété, des taxes et droits de douane, des infrastructures, de la concurrence, des conditions de création des entreprises et de la bureaucratie, des marchés financiers, du marché du travail, de la corruption et des activités criminelles.

La Facilité soutient les révisions et réformes législatives, le renforcement des capacités des institutions clés telles que les bureaux d’enregistrement des titres de propriété, les registres commerciaux et les tribunaux de commerce, la promotion du dialogue entre le secteur public et le secteur privé, la mise en œuvre des recommandations du MAEP NEPAD (Mécanisme africain d’évaluation par les pairs), la recherche  économique et sectorielle dans les domaines prioritaires ainsi que les activités médiatiques visant à améliorer l’image de l’Afrique comme destination recommandée pour des activités économiques.

La structure dirigeante comporte deux organes principaux: le Conseil d’administration et ses sous-commissions; et la Direction. Un troisième organe soutient ces deux derniers; il s’agit du Comité technique consultatif.

Le plan d’activités de la FCI recommande le traitement d’environ 12 nouveaux projets chaque année. L’importance des projets varie entre moins de 500.000 dollars EU à plus de 1 million de dollars EU. Le PDG approuve les projets de petite taille (n’excédant pas 500.000 dollars EU) tandis que les opérations plus importantes nécessitent l’approbation du Conseil d’Administration. La FCI cible les projets comblant les lacunes spécifiques des programmes mis en œuvre par d’autres partenaires au développement. Elle vise généralement des projets relativement importants pour gagner des économies d’échelle.

La première phase des opérations de la FCI est axée sur trois thèmes stratégiques:  (i) premièrement les échanges intra africains – améliorer l’environnement import-export en Afrique tout en améliorant et en simplifiant les procédures administratives afin de faciliter les échanges transfrontaliers; (ii) faciliter le développement et l’expansion des activités économiques – en mettant l’accent sur les entraves au développement des TIC et des infrastructures, la création et l’enregistrement des entreprises et les droits de propriété, et (iii) faciliter l’environnement financier et des investissements – développer les marchés financiers, améliorer l’accès des entreprises aux financements, améliorer le cadre règlementaire des institutions de deuxième et de troisième ordre et faciliter l’amélioration des infrastructures numériques.

A la demande de la Facilité, la Banque joue deux rôles essentiels – partenaire régional de premier rang et gestionnaire des ressources financières.

Les besoins de financement de la FCI se chiffrent à 550 millions de dollars EU pendant toute sa durée (7 ans) avec un financement initial estimé à 120 millions de dollars EU pour les trois premières années de fonctionnement.

Pour plus d'infos www.icfafrica.org


*
*
*
*
* CAPTCHA
*
 
Please select a country

Explorez nos activités

Select a country

Explorez nos
activités