Initiative « Énergie durable pour tous » (SE4ALL)

Contexte

En septembre 2011, le Secrétaire général des Nations unies a lancé l’Initiative “Energie durable pour tous” (dite en anglais Sustainable Energy for All, SE4All par acronyme), dans le but d’atteindre trois objectifs à l’horizon 2030 : assurer un accès universel à des services énergétiques modernes ; doubler le taux global d’amélioration de l’efficacité énergétique ; et doubler la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique global.

L’Afrique joue un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de SE4All. Hébergée par la Banque africaine de développement (BAD), la Plateforme africaine de SE4All a été officiellement lancée lors des Assemblées annuelles de la BAD à Marrakech, en mai 2013, en partenariat avec la Commission de l’Union africaine, l’Agence de planification et de coordination du NEPAD et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). « La plateforme africaine de l’Initiative Énergie durable pour tous joue un rôle déterminant dans la conclusion de partenariats transformateurs nécessaires pour faire de l’accès à l’énergie pour tous une réalité », comme le souligne le président de la BAD et membre du Conseil consultatif de SE4All, Akinwumi Adesina.

Plateforme africaine de SE4All : mission et organisation

La Plateforme africaine, maillon de la structure internationale de mise en œuvre de l’Initiative SE4All, collabore étroitement avec l’équipe mondiale de facilitation de l’Initiative. La Plateforme africaine est dotée d’un Comité de surveillance et des opérations et d’un Secrétariat. Le Comité de surveillance et des opérations, qui fournit les orientations stratégiques en matière d’opérations édictées par le Secrétariat de la Plateforme africaine, réunit les représentants de la BAD, de la Commission de l’Union africaine, de l’Agence du NEPAD, du PNUD et de l’une des Communautés économiques régionales – actuellement la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) –qui se succèdent selon un principe de rotation. Le secrétariat de la Plateforme africaine est responsable de l’exécution des activités de la Plateforme et de son programme de travail.

La Plateforme africaine de SE4All a pour mission de coordonner et de faciliter la mise en œuvre de l’Initiative sur le continent africain. Elle promeut une approche inclusive et globale de la mise en œuvre de SE4All dans les 44 pays africains qui y ont adhéré, et œuvre à ce que l’Afrique se l’approprie pleinement. La Plateforme donne des orientations aux gouvernements africains et aux acteurs de l’énergie, fournit une assistance technique, encourage la communication et la constitution de réseaux de contacts et contribue à la mobilisation des ressources. En étroite collaboration avec les différents partenaires impliqués, la Plateforme africaine aide en outre à définir les processus d’action de SE4All à l’échelle nationale et contribue à modeler l’Initiative au plan mondial. Elle a ainsi dirigé la mise au point du modèle de l’Agenda d’action et a œuvré à ce qu’il soit adopté comme le cadre général du développement du secteur de l’énergie, de sorte de garantir une cohérence et les synergies nécessaires pour atteindre les objectifs de l’Initiative SE4All. À la mi-2016, les Agendas d’action de SE4All et les Prospectus d’investissement sont en cours d’élaboration, respectivement dans 28 et 18 pays d’Afrique. Ils sont développés à travers un processus mené avec de multiples intervenants : acteurs gouvernementaux, partenaires au développement, secteur privé et société civile. Sollicitée par plusieurs gouvernements, la Plateforme a fourni une assistance technique directe à plus de 10 pays africains, afin de les aider à faire avancer leurs programmes d’action nationaux SE4All.
En 2015, la Plateforme africaine a aussi entrepris de déployer le Programme de développement du marché de mini-réseaux verts, en collaboration avec le Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA) aux fins d’encourager l’adoption des mini-réseaux comme une solution intégrale pour améliorer l’accès à l’énergie en milieu rural.

À la faveur de l’adoption, en septembre 2015 à New York, des Objectifs de développement durable, dont l’un est dédié à l’énergie (ODD n°7), les efforts doivent désormais se focaliser sur la mise en œuvre des activités décrites dans les Agendas d'action respectifs et sur la mobilisation des investissements nécessaires pour concrétiser les opportunités de projets identifiés dans les Prospectus d’investissement. Aussi la Plateforme africaine joue-t-elle un rôle fondamental dans cette évolution, en étroite collaboration avec ses partenaires dans l’Initiative.

Plateforme africaine : réseau de soutien

Deux entités soutiennent la Plateforme africaine de SE4All dans ses opérations :

Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA)

Le SEFA est l’un des instruments de SE4All pour l’Afrique. Créé en 2011 à la Banque africaine de développement, avec un appui initial de 56 millions de dollars EU du Danemark, pour permettre à la BAD de promouvoir ses engagements en matière de petits et moyens projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergique, le fonds travaille en étroite collaboration avec la Plateforme africaine. En 2013, le SEFA a été converti en un fonds multi-bailleurs, avec une contribution de 5 millions de dollars EU des États-Unis – premier volet de l’engagement pluriannuel américain –, par le biais de l’initiative Power Africa du président Obama. Le SEFA opère à travers trois composantes de financement, toutes orientées sur le déblocage d’investissements privés au profit de petits et moyens projets dans les énergies renouvelables : des subventions pour faciliter la préparation de projets “bancables” ; des prises de participations pour combler le déficit de financement et renforcer la capacité de gestion ; et l’appui au secteur public pour créer un environnement propice aux investissements privés.

Centre des technologies climatiques en Afrique (ACTC)

Le Centre des technologies climatiques en Afrique (ACTC par sigle en anglais) est destiné à faciliter le développement et le transfert des technologies climatiques dans les pays africains, dans le but d’aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la vulnérabilité au changement climatique. Ce projet étalé sur trois ans doit aboutir à la mise en place d’une plateforme de diffusion des connaissances et rassembler des acteurs clés. L’objectif est de développer des mécanismes de financements innovants en faveur du transfert de technologies relatives à l‘atténuation et à l’adaptation en matière de changement climatique sur le continent. Le Centre, qui s’inscrit dans la lignée de l’Initiative SE4All, appuie entre autres, l’intégration des technologies propres et à faible émission de carbone dans les programmes d’actions de SE4All et les prospectus d’investissements. Il fournit des prestations de conseil et de renforcement des capacités, pour créer un environnement propice au transfert des technologies climatiques dans le secteur de l’énergie.

Contacts
Le Secrétariat de la Plateforme africaine de SE4All est hébergé par la BAD au sein du Département de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique.

Daniel-Alexander Schroth, Coordinateur de la Plateforme africaine de SE4All
www.se4all-africa.org