L'agriculture africaine

L’Afrique possède une grande variété de zones agro-écologiques, qui vont des forêts ombrophiles marquées par deux saisons des pluies à une végétation relativement clairsemée, sèche et aride, arrosée une fois l’an. Si cette diversité constitue un énorme atout, elle représente tout de même un grand défi pour le développement agricole de l’Afrique.

D’une part, elle offre un immense potentiel en termes de denrées et produits agricoles susceptibles d’être produits et commercialisés sur les marchés intérieurs et extérieurs. D’autre part, cette diversité exclut toute solution générale aux problèmes que pose le développement agricole sur l’ensemble du continent. Par conséquent, la programmation et la mise en œuvre d’interventions dans ce secteur doivent être adaptées aux conditions propres à chaque zone agro-écologique et à la situation socioéconomique des ménages ruraux vivant dans les différents pays du continent.

Au cours des trois dernières décennies, les gains de productivité agricole en Afrique ont été obtenus dans une large mesure par une expansion continue des cultures pluviales, en particulier, les cultures vivrières, sur des terres de plus en plus marginales et/ou par la réduction des périodes traditionnelles de jachère entre deux cycles de culture.

Soumis à la forte pression démographique, les ménages ruraux ont été contraints d’adopter des pratiques agricoles qui assurent leur survie. Malheureusement, les stratégies de sécurité alimentaire des ménages n’ont pas accordé beaucoup d’importance à l’accroissement de la productivité des exploitations agricoles par l’intensification du rendement par parcelle de terre cultivée – c’est-à-dire par l’accroissement du rendement des cultures à l’hectare.

Hormis l’agriculture commerciale qui couvre une gamme relativement restreinte de cultures, l’utilisation d’intrants agricoles – c’est-à-dire de semences améliorées, d’engrais inorganiques, d’insecticides et de pesticides – est nettement moins répandue en Afrique que dans les autres régions en développement du monde. Souvent, la quantité d’engrais inorganique utilisée à l’hectare est inférieure à dix kilogrammes de nutriments. Pour l’heure, l’utilisation des produits agrochimiques et/ou de techniques de lutte intégrée contre les maladies végétales et les parasites reste largement limitée aux cultures d’exportation.

L’expansion continue des cultures s’est faite aux dépens des autres systèmes d’utilisation des ressources naturelles. L’une des conséquences de ce phénomène a été la destruction rapide des ressources forestières par le défrichement et la surexploitation des terres aux fins de production de bois de feu et d’autres utilisations domestiques. Un autre effet plus subtil de cette situation est la détérioration des systèmes de transhumance du bétail, provoquée par l’utilisation à des fins de culture de superficies de plus en plus étendues de terres autrefois réservées au pâturage de saison sèche.

La surexploitation des ressources halieutiques constitue un problème grave quand les ressources communautaires sont exploitées pour générer des profits personnels. L’absence de dispositions réglementaires appropriées et, lorsqu’elles existent, leur mauvaise application, ont eu pour conséquence directe la baisse actuelle du volume des prises et compromettent sérieusement les chances d’une reconstitution suffisante des stocks de poisson à l’avenir.