Revues sur l’efficacité du développement 2015


Revue annuelle sur l’efficacité du développement (RAED) 2015

L’innovation comme accélérateur du développement

Chaque année, la Banque africaine de développement (BAD) publie la Revue annuelle sur l’efficacité du développement (RAED),  afin de donner un aperçu de la façon dont la BAD contribue au développement de l’Afrique. Cinquième édition de la série, la RAED  est placée sous la thématique de l’innovation. Innover c’est non seulement prendre des idées dans le monde entier et les adapter aux conditions particulières de l’Afrique, mais
c’est aussi utiliser les nouvelles idées du continent tout entier pour améliorer les vies.

La RAED répond à trois questions : quels sont les progrès en matière de développement en Afrique ? Dans quelle mesure la BAD contribue-t-elle au développement de l’Afrique? Et comment la BAD se gère-t-elle pour mieux appuyer le développement de l’Afrique?

La Revue démontre que, de nombreux aspects du travail de la Banque sont liés à l’innovation, comme
l’expansion des marchés grâce à l’intégration régionale, la promotion du développement des compétences en science et en technologie et, surtout, le soutien à la création des infrastructures de base dont dépend l’innovation.

La RAED montre  la contribution de la BAD au développement de l’Afrique. La revue analyse également la manière dont la BAD gère ses opérations et sa propre organisation. La RAED discute ouvertement les points forts et améliorations possibles et note les réformes nécessaires, à mettre en œuvre, pour devenir un partenaire encore plus solide dans le développement.

A travers de telles initiatives comme la Revue annuelle sur l’efficacité du développement, la Banque réaffirme son engagement pour une transparence lors qu’elle rend compte des résultats de ses efforts.


La Revue sur l’efficacité du développement de l’Ethiopie

La Revue sur l’efficacité du développement de l’Ethiopie 2015 passe en revue les problèmes de développement auxquels l’Ethiopie a été confrontée ces dernières années et évalue la contribution que la Banque apporte à leur résolution. Elle étudie également la mesure dans laquelle nous gérons efficacement nos opérations et notre organisation en Ethiopie.

L’Ethiopie est l’un des pays du monde connaissant la croissance la plus rapide, 10 % en moyenne au cours de la dernière décennie. En dépit d’un accroissement démographique élevé, le revenu par habitant du pays a triplé au cours des huit dernières années. Cette solide performance économique a fourni au Gouvernement éthiopien la plateforme nécessaire à la poursuite de son ambitieux programme de développement national. Au cours des huit dernières années, 2,5 millions de personnes sont sorties de la pauvreté et la proportion d’Ethiopiens vivant en dessous du seuil de pauvreté est tombée à un niveau inférieur à 30 %.

Au cours des 40 dernières années, la BAD a été un fournisseur d’aide important en appui au programme de développement national de l’Ethiopie, avec 118 projets pour une valeur totale de 4 milliards de dollars. Entre 2005 et 2013, nos investissements ont apporté une contribution substantielle pour étendre le réseau routier éthiopien et améliorer les conditions de transport de plus de 7,5 millions de personnes. Dans le domaine de l’électrification, notre contribution a aidé l’Ethiopie à fournir de l’électricité à environ 40 000 personnes. Notre appui dans le secteur de l’eau et de l’assainissement a apporté une contribution notable à l’état de santé des populations, car nous avons atteint notre objectif de fournir des services améliorés d’eau et d’assainissement à 250 000 personnes. Nous avons contribué à l’appui budgétaire en faveur du programme ambitieux de décentralisation des services, permettant de financer les coûts salariaux des enseignants, des travailleurs de la santé et d’autres prestataires de services de première ligne. Nous avons financé de bons projets du secteur privé en Ethiopie, notamment la compagnie aérienne nationale, et fourni des services financiers à de nombreux Ethiopiens qui gèrent des petites et des microentreprises à travers notre programme de microfinance qui a bénéficié à près de 2 millions de personnes.

Ce rapport examine la performance du portefeuille de la Banque en Ethiopie par rapport aux cibles et objectifs fixés dans notre Cadre de mesure des résultats, avec quelques illustrations de projets. Le portefeuille des opérations de la BAD en Ethiopie est d’une santé robuste avec des projets moins nombreux mais de taille plus importante, car la taille moyenne de nos opérations dans le secteur public est 3 fois supérieure à la taille moyenne des opérations en Afrique. En concentrant son portefeuille et en faisant preuve de sélectivité, la BAD est en mesure de faire face aux difficultés de mise en œuvre et de réaliser des niveaux d’impact plus élevés.

La BAD est engagée à appuyer les efforts que déploie l’Ethiopie en vue de réaliser ses objectifs de développement national. Nous continuerons à appuyer l’Ethiopie à combler son déficit d’infrastructure, à poursuivre l’intégration régionale et à soutenir l’agriculture, les services de base et l’environnement des affaires. En tant qu’organisation africaine de développement de premier plan, nous sommes prêts à accompagner l’Ethiopie dans la promotion de cette transformation et dans la réalisation de son ambition de passer au statut de pays à revenu intermédiaire à l’horizon 2025.


Revue 2015 sur l’efficacité du développement de la Sierra Leone

La Sierra Leone est un exemple de réussite de pays sortant d’un conflit. Après 10 années de guerre civile, son économie, ses infrastructures et ses institutions étaient fortement dégradées, et ses indicateurs de développement humain étaient parmi les pires au monde. Cependant, avec une série d’élections pacifiques et la fermeture du Bureau des Nations Unies pour la consolidation de la paix, la Sierra Leone a réussi à rétablir la stabilité politique et à lancer un ambitieux processus de reconstruction nationale et de développement.

Ces dernières années, la BAD a renforcé sa capacité à travailler efficacement dans les pays touchés par les conflits et la fragilité. En 2008, elle a mis en place la Facilité en faveur des États fragiles pour accorder 2,5 milliards de dollars supplémentaires aux pays opérant une transition du conflit vers le développement durable. En 2014, elle a adopté une nouvelle stratégie, intitulée “Remédier à la fragilité et renforcer la résilience en Afrique 2014–2019”, qui vise à faire de la Banque la locomotive de l’aide permettant aux pays africains de s’attaquer aux causes profondes du conflit et de la fragilité, et de réaliser un développement plus résilient et profitant à tous.

La présente Revue sur l’efficacité du développement examine la performance de la Banque au plan de sa contribution au redressement post-conflit de la Sierra Leone, de 2005 à 2014. Elle expose les résultats pratiques découlant de notre engagement à travailler plus efficacement dans les pays en situation de fragilité. Elle démontre également la manière dont la Banque aide ses pays partenaires à faire face à des chocs climatiques et à des revers, comme l’actuelle épidémie d’Ebola. Tout au long du document, nous présentons les données de résultats à partir du Cadre de mesure des résultats de la Banque, en nous servant des indicateurs de feux tricolores comme symboles pour montrer les résultats obtenus par rapport aux objectifs. Nous montrons également la réalité qui réside derrière les chiffres en présentant des exemples de nos opérations en cours et des témoignages de leurs bénéficiaires.

 

À l’instar des autres Revues sur l’efficacité du développement, celle-ci est rédigée dans un style direct et non technique, de manière à partager les objectifs, les opérations et les résultats de la BAD avec les partenaires et les parties prenantes en Sierra Leone et ailleurs. Non seulement elle témoigne de notre engagement pour la transparence, mais en plus elle est un outil de gestion utile pour nos objectifs, alors que nous continuons d’adapter notre appui dans un contexte difficile et en évolution rapide.