Revue annuelle sur l’efficacité du développement (RAED) 2015

L’innovation comme accélérateur du développement

Chaque année, la Banque africaine de développement (BAD) publie la Revue annuelle sur l’efficacité du développement (RAED),  afin de donner un aperçu de la façon dont la BAD contribue au développement de l’Afrique. Cinquième édition de la série, la RAED  est placée sous la thématique de l’innovation. Innover c’est non seulement prendre des idées dans le monde entier et les adapter aux conditions particulières de l’Afrique, mais
c’est aussi utiliser les nouvelles idées du continent tout entier pour améliorer les vies.

La RAED répond à trois questions : quels sont les progrès en matière de développement en Afrique ? Dans quelle mesure la BAD contribue-t-elle au développement de l’Afrique? Et comment la BAD se gère-t-elle pour mieux appuyer le développement de l’Afrique?

La Revue démontre que, de nombreux aspects du travail de la Banque sont liés à l’innovation, comme
l’expansion des marchés grâce à l’intégration régionale, la promotion du développement des compétences en science et en technologie et, surtout, le soutien à la création des infrastructures de base dont dépend l’innovation.

La RAED montre  la contribution de la BAD au développement de l’Afrique. La revue analyse également la manière dont la BAD gère ses opérations et sa propre organisation. La RAED discute ouvertement les points forts et améliorations possibles et note les réformes nécessaires, à mettre en œuvre, pour devenir un partenaire encore plus solide dans le développement.

A travers de telles initiatives comme la Revue annuelle sur l’efficacité du développement, la Banque réaffirme son engagement pour une transparence lors qu’elle rend compte des résultats de ses efforts.

Telecharger Le Rapport Complet

Telecharger Le Resume Analytique


Niveau 1: Le développement en Afrique

L’Afrique est aujourd’hui à un moment fort dans son destin de développement économique. En effet, plusieurs éléments amélioration générale de la gouvernance économique qui connaît la plus forte croissance au monde. Cette croissance économique robuste donne aux pays —des prix élevés des produits de base, de nouvelles liaisons commerciales et une —se conjuguent pour faire de l’Afrique le continent africains les moyens de stimuler l’investissement public, de renforcer les services sociaux et d’apporter la prospérité à une partie toujours plus importante de leurs populations.


Pour autant, malgré ces progrès remarquables, le contient continue à faire face à des défis. Les pays africains n’ont
pas encore fait les changements structurels nécessaires pour que la croissance devienne auto-suffisante, en créant
des emplois et des opportunités qui permettraient de sortir la majorité des Africains de leur situation de pauvreté.


Dans cette partie, nous évaluerons les progrès de développement de l’Afrique, en soulignant à la fois les
domaines avec de bons résultats et d’autres nécessitant des efforts supplémentaires. En particulier, nous
mentionnons où l’innovation peut accélérer le développement. Cette partie utilise 26 indicateurs du Niveau 1
du Cadre de mesure des résultats d’«une seule Banque» pour examiner les performances de 2014. Nous
utilisons un système de feux tricolores qui indiquent comment l’Afrique a progressé par rapport à d’autres pays
en développement.

Telecharger Le Niveau 1  Telecharger Infographie


Niveau 2: La contribution de la BAD au développement de l’Afrique

En tant que première institution financière en Afrique, la BAD apporte des investissements, des connaissances techniques et des conseils politiques pour transformer les vies et les modes de vie sur le continent et pour aider les pays africains à atteindre leurs objectifs de développement. À la fin de 2014, notre portefeuille d’opérations était évalué à plus de 31,7 milliards de dollars.


La Stratégie de la Banque (2013–2022) définit cinq priorités fondamentales, qui sous-tendent la structure de
ce chapitre: les infrastructures, l’intégration régionale, le secteur privé, les compétences et la technologie, la
gouvernance et la responsabilisation. Nous rendons compte de nos activités sur divers objectifs transversaux:
le renforcement de la sécurité alimentaire, la promotion de l’égalité des genres, la réduction des conflits et de la
fragilité.


Dans ce chapitre, nous rendons compte des progrès que nous avons réalisés en fonction de 39 indicateurs au
niveau 2 du Cadre de mesure des résultats du Groupe de la Banque, pour la période 2012–2014. Un système de
feux tricolores montre si nous avons ou non atteint nos objectifs. Nous esquissons également certains de nos
plans et de nos objectifs pour les trois années à venir. Beaucoup de nos projets ont donné de bons résultats, atteignant leurs objectifs et favorisant le développement dans l’ensemble de l’Afrique. Nous avons aussi dirigé et soutenu un certain nombre d’initiatives importantes au niveau du continent.

Telecharger Le Niveau 2


Niveau 3 La bonne gestion des opérations de la BAD

La Banque africaine de développement, nous n’avons de cesse d’améliorer la performance de nos stratégies et de la gestion de nos projets. Ces dernières années, nous avons mis en place de nombreuses mesures nouvelles qui nous aident à obtenir de meilleurs résultats. Dans ce chapitre, nous évaluerons la gestion de notre portefeuille de projets à partir de 22 indicateurs correspondant au niveau 3 du Cadre de mesure des résultats pour une seule Banque. Nous examinerons comment nous concevons et contrôlons nos projets pour veiller à faire le meilleur usage de nos ressources dans le sens d’une croissance inclusive et verte. Nous nous demanderons si notre portefeuille est optimisé pour être efficace et efficient dans les résultats que nous obtenons, et si nous tirons les enseignements des projets passés pour améliorer notre performance. Nous évaluerons enfin les progrès en fonction de nos ordres du
jour transversaux d’égalité des genres et de réponse à la fragilité et au changement climatique.


Le retour au siège de la Banque à Abidjan, les restrictions budgétaires et l’épidémie d’Ébola en Guinée, 
au Libéria et en Sierra Leone ont eu des incidences sur beaucoup de nos opérations, retardant les missions
de supervision et les consultations sur les documents de stratégie pays. Malgré cela, nous avons atteint
bon nombre de nos cibles concernant la gestion du portefeuille et nous nous sommes également fixés des
objectifs ambitieux pour les années à venir.

Telecharger Le Niveau 3   Telecharger Infographie


Niveau 4: L’efficience de la BAD en tant qu’organisation

Dans le dernier niveau du Cadre de mesure des résultats de la BAD, nous évaluons l’efficience de notre gestion interne, grâce à quinze indicateurs qui permettent de mesurer si nous avons amélioré nos structures et nos processus de gestion. Dans ce chapitre, nous examinerons les progrès que nous avons accomplis dans la décentralisation de notre personnel et de nos fonctions au niveau des pays, et dans le renforcement de la gestion de notre personnel. Nous nous demanderons dans quelle mesure les réformes de nos modes de fonctionnement, notamment par l’introduction de nouveaux systèmes informatiques, ont amélioré notre efficience. Nous ferons le bilan des réformes structurelles mises en œuvre pour faciliter l’application de la Stratégie de la Banque et répondre aux besoins de nos pays partenaires. Enfin, nous évoquerons le retour de la Banque à son siège permanent d’Abidjan et verrons dans quelle mesure ce transfert majeur a eu des conséquences sur nos opérations.

Afin d’atteindre les niveaux d’exigence exprimés dans la Stratégie de la Banque, nous devons procéder à une révision continue de notre organisation, chercher les opportunités d’augmenter nos performances et d’améliorer les valeurs pour nos pays partenaires. Cette période a donc été particulièrement dynamique pour la Banque car nous avons réaligné nos structures et nos ressources pour appliquer cette stratégie.

Telecharger Le Niveau 4