Un Index pour mesurer l’égalité des genres

Les Africaines contribuent de façon significative à l’économie du continent. Au plan économique – tant comme agricultrices que comme entrepreneures –, elles s’avèrent même plus actives  que les femmes dans toutes les autres régions du monde.

En Afrique, ce sont les femmes qui assurent l’essentiel de la production alimentaire et qui possèdent un tiers des entreprises.

Maints progrès sont constatés, ces derniers temps, dans l’autonomisation des femmes sur le continent, notamment au plan législatif, grâce à l’adoption ou l’amendement de lois qui font la promotion de l’égalité des droits pour les femmes. Un grand nombre de pays africains ont remédié aux inégalités en matière de genre dans l’enseignement primaire. Et les femmes occupent près d’un tiers des sièges au parlement dans onze pays d’Afrique – c’est plus qu’en Europe.

Cependant, les Africaines continuent de butter sur quantité d’obstacles qui les empêchent de libérer leur plein potentiel – qu’il s’agisse de s’imposer dans la vie publique de leurs pays et dans les conseils d’administration d’entreprises ou de développer leurs activités. Autant de freins qui entravent le potentiel de l’économie du continent.

Aujourd’hui encore, les femmes africaines consacrent beaucoup trop de leur temps à des activités improductives, comme aller chercher de l’eau ou du bois. Et elles ont beau travailler moitié plus que les hommes, l’écart de salaire entre hommes et femmes demeure très important.

Aussi, la Banque africaine de développement a-t-elle décidé de lancer le premier Indice de l’égalité des genres. Objectif de ce nouvel outil : éclairer les prises de décisions politiques destinées à intégrer la notion de genre, de sorte d’instaurer une croissance plus inclusive. Cet Indice est l’évaluation la plus complète à ce jour du degré de l’égalité des genres sur le continent, passant en revue le rôle des femmes en tant que productrices et agents économiques dans le développement humain et leur poids dans la vie publique.

Ce nouvel Indice n’est encore qu’un point de départ. La BAD a décidé de se rendre cette année 2015 à la rencontre des dirigeants politiques, des représentants de la société civile et des gouvernements, lors des grandes réunions régionales, afin d’échanger autour de  la meilleure façon d’enrichir l’Indice, qui se veut un outil à la disposition des gouvernements, pour leur permettre d’évaluer l’efficacité de leurs politiques en matière d’amélioration de l’égalité des genres.

Aidez-nous à améliorer ce rapport : lisez-le et communiquez-nous vos remarques et suggestions.