Transferts De Fonds Des Migrants, Gouvernance Et Croissance Economique Dans L'uemoa


Theme

Accelerating policy and institutional harmonization, people's integration across the continent


Authors

  • Par Adeve Komian Ametowoyo

Download paper (240 kB)


Abstract

Les transferts de revenus des migrants sont devenus une source majeure de financement pour les pays en développement depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. Cette dynamique s’est également étendue aux pays d’Afrique subsaharienne notamment ceux de l’UEMOA, où les transferts des migrants jouent un rôle essentiel dans la réduction de la pauvreté. En revanche, leur impact direct sur la croissance à long terme n’est pas établi. Les études empiriques récentes conduites sur ce sujet ne permettent pas de dégager un consensus. Cet article vise à mettre en exergue le rôle de la gouvernance dans la relation entre transferts de fonds et croissance économique dans les pays de l’UEMOA à partir de données de panel sur la période 1996-2014. Les estimations par la méthode de panel dynamique de Blundell et Blond mettent en évidence un effet négatif mais non significatif des transferts sur l’évolution du PIB par tête. Ceci indique que les transferts des émigrés sont beaucoup moins vecteurs de croissance dans les pays de l’UEMOA. L’introduction de variables de gouvernance a rendu significatif cette relation négative entre transferts et PIB par tête notamment pour les variables : « maitrise de la corruption »,  « liberté de parole et responsabilité », et « état de droit ». Cependant, l’analyse de l’interaction entre les variables de gouvernance et les transferts révèle que les variables « la liberté de parole et responsabilité » et « Etat de droit » et dans une moindre mesure « la stabilité Politique et absence de violence » apparaissent comme les facteurs de gouvernance qui peuvent influencer davantage la relation entre transferts et croissance. L’impact de ces variables sur le transfert a rendu positif la relation entre les transferts et le PIB par tête même si elle n’est pas statistiquement significative. Ceci laisse présager qu’une amélioration de la gouvernance devrait contribuer à améliorer positivement l’effet des transferts sur le niveau du PIB par tête.

AEC Partners

United Nations Economic Commission for Africa logo
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.