You are here

2008 AEC - Intégration Financière et Rattrapage Technologique: Evidence Empirique à partir du Bassin Méditerranéen

16-Oct-2008

Utilisant les méthodologies de la frontière de production stochastique avec effet d'inefficience variable (Battese et Coelli, 1995) et celle de la métafrontière (Battese et al. 2004) ce papier analyse l'impact de l'intégration financière sur le rattrapage technologique et l'efficience productive des quatre pays suivants Algérie, Egypte, Maroc, Tunisie (AEMT) par rapport à un groupe de pays développés (Allemagne, France, Grande Bretagne, Japon) et ce pour la période 1985-2005. Nous montrons que l'efficience productive des pays AEMT (relativement à leur technologie et à la technologie des pays développés) a continuellement diminué. Nous identifions aussi une distanciation technologique de plus en plus forte des pays AEMT engendrée, entre autres, par le ralentissement de leur intégration financière à partir de la deuxième moitié des années quatre-vingt dix. Ce qui signifie que la stratégie de libéralisation financière engagée depuis le milieu des années 90 n’a pas engendré les résultats escomptés en termes d’intégration financière et de transferts technologiques.

Related Sections