You are here

Tunisie – Assistance d’urgence aux établissements scolaires affectés par les intempéries dans le gouvernorat de Nabeul

29-Apr-2019

En 2018, la Tunisie demeure confrontée à d’importantes pressions sur ses finances publiques. Afin d’apaiser les tensions sociales, beaucoup de ressources ont été allouées à des dépenses courantes. En effet, les transferts sociaux s’élèvent à environ 2,2 % du PIB en 2018 contre 1,9 % du PIB et 1,6% du PIB respectivement en 2017 et 2016. De plus, l’augmentation des prix du pétrole conjuguée à la dépréciation continue du dinar amorcée en avril 2017 a entraîné une hausse des subventions à l’énergie qui ont atteint en 2018 2,8% du PIB contre 1,6% du PIB et 0,2% du PIB respectivement en 2017 et 2016. Malgré ces importantes augmentations des dépenses courantes, le déficit budgétaire projeté en 2018 s’élèvera à 5,2% du PIB contre 5,9% en 2017, enregistrant ainsi une première baisse depuis 2014 et principalement due à une bonne performance des recettes fiscales. En effet, les autorités ont entrepris d’importants efforts de consolidation des finances publiques dans le cadre de la loi de finances 2018. Ces dernières ont prévu une augmentation des recettes fiscales de 10 % par rapport à 2017, grâce à l’augmentation de la TVA et à une hausse trimestrielle programmée du prix des carburants, afin de les aligner sur les prix du marché international. Néanmoins la nécessité de contrôler le déficit budgétaire en réduisant les dépenses de fonctionnement, affecte la capacité de l’Etat à répondre rapidement aux besoins suscités par les intempéries dans le Nord du pays et en particulier réparer les dégâts causés dans les secteurs sociaux.

Related Sections