Burkina Faso : 11,5 milliards de francs CFA de la Banque africaine de développement en appui à la réforme du secteur énergétique

Le projet va permettre de doubler le taux d’électrification en milieu rural et d’assurer un accès fiable à l’électricité à 25 % de la population

31/08/2018
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement et le gouvernement burkinabè ont signé, mardi 28 août 2018 à Ouagadougou, des accords de financement du Programme d’appui aux réformes dans le secteur de l’énergie (PARSE). Ce financement, d’un montant de quelque 11,5 milliards de francs CFA, avait été approuvé par le Conseil d’administration de la Banque le 18 juillet 2018.

Le PARSE vise à permettre au Burkina Faso de répondre convenablement aux besoins croissants en électricité des ménages et des entreprises, en soutenant la nouvelle vision du gouvernement dans le domaine de l’énergie, telle que déclinée dans la Politique sectorielle adoptée en décembre 2017. Cette vision, dans la droite ligne du New Deal pour l’énergie en Afrique de la Banque, est basée sur la diversification du mix énergétique, le renforcement du parc de production d’énergies conventionnelles, la promotion de l’efficacité énergétique et sur le renforcement de la coopération régionale grâce au développement des interconnexions.

Le programme complètera utilement deux opérations en cours d’exécution : le Projet d’électrification périurbaine de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso (PEPU), d’un montant de quelque 21 milliards de francs CFA, visant l’extension du réseau de distribution pour électrifier les quartiers périphériques de ces deux villes principales du Burkina ; et le projet de la Dorsale Nord, d’un montant de 39 milliards de francs CFA environ, en partenariat avec l’Agence française de développement et la Banque mondiale, pour la construction d’une ligne de transport de très haute tension au départ de Birmin Kebbi (Nigeria) jusqu’à Ouagadougou, via Niamey (Niger).

Le responsable-pays de la Banque africaine de développement au Burkina Faso, Pascal Yembiline, a réitéré l’engagement de la Banque à soutenir les efforts du gouvernement pour atteindre l’objectif d’un accès universel à l’énergie : « Le Programme national de développement constitue un cadre référentiel adapté pour poser les bases de cette approche inclusive de l’énergie », a-t-il déclaré.

Pour sa part, la ministre burkinabè en charge de l’Économie, des Finances et du Développement, par ailleurs gouverneur de la Banque, Rosine H. Coulibaly Sory, a exprimé sa grande satisfaction, assurant qu’il sera fait un usage judicieux des ressources mises à disposition, afin qu’elles profitent aux populations.


Related Sections

Contacts