La Banque africaine de développement débloque 16,68 millions d’euros pour le Projet dorsale à fibre optique d’Afrique Centrale

18/01/2018
Share |

La Banque africaine de développement débloque 16,68 millions d’euros pour le Projet dorsale à fibre optique d’Afrique Centrale

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) va œuvrer à la réalisation d’un système, en vue d’interconnecter par la fibre optique, la République centrafricaine, le Cameroun et le Congo.

C’est dans cette dynamique que le ministre centrafricain de l’économie, du plan et de la coopération, Gouverneur de la Banque, Felix Moloua et le Responsable-pays de la BAD pour la RCA, Joel Sibaye Tokindang, ont signé le 17 janvier 2018 à Bangui, un accord de don de 13,6 millions d’unités de compte (soit environ 16,68 millions d’euros) destiné à financer le « Projet dorsale à fibre optique d’Afrique Centrale (CAB) – Composante RCA ».

L’investissement, qui est d’un coût total de 33,28 millions d’euros, bénéficie d’un co-financement de l’Union Européenne à hauteur de 16,6 millions d’euros. Il convient de souligner qu’une convention a été déjà signée entre la Banque et l’ l’Union Européenne en décembre 2017.

Signé en présence des ministres centrafricains des Postes et télécommunications; de la Communication et des médias ; des Transports et de l’avion civile, des représentants des partenaires financiers en RCA et de plusieurs hauts cadres de l’administration centrafricaine, le projet contribuera à la transformation de l’économie à travers le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ce secteur a été identifié comme l’une des principales sources de croissance et de création d’emplois par le Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix pour la Centrafrique (RCPCA) adopté en octobre 2016.

Le projet prévoit ainsi l’installation de plus de 1.000 kilomètres de fibre optique permettant à la RCA de s’interconnecter au Cameroun et au Congo; la mise en place d’un centre national de données (Datacenter) couplé à une plateforme d’administration électronique ; l’opérationnalisation d’une vingtaine de Centres Communautaires Numériques et d’un Centre de Formation digitale ; et l’installation d’un Incubateur d’entreprises au sein de l’Université de Bangui. Le projet entend également contribuer au renforcement des capacités des principales parties prenantes nationales (Ministère des postes et télécommunications, régulateur, etc.).

Cette opération est en parfaite cohérence avec les High 5 de la Banque, et de ce fait, elle contribuera au désenclavement numérique de la RCA et son intégration à la sous-région. En outre, cette opération devrait véritablement aider le pays à entrer dans l’économie digitale et booster la croissance en favorisant, notamment une augmentation substantielle des recettes fiscales (de 10,2% en 2017 à 15% en 2021), une amélioration de la qualité des services et une réduction des coûts des transactions économiques par la pénétration des services d’Internet, qui devraient atteindre au moins 20% de la population centrafricaine en 2021.

L’Ambassadrice de l'Union européenne, Samuela Isopi, a réaffirmé l’engagement résolu de son Institution à accompagner le pays dans ses projets de développement et en particulier ceux favorisant l’intégration régionale, à l’instar de la présente opération.

S’exprimant à cette occasion, Felix Moloua s’est félicité de cet accord de don qui contribue à la mise en œuvre du RCPCA, saluant l’excellente coopération entre le Groupe de la Banque africaine de développement et la République centrafricaine.


You are currently offline. Some pages or content may fail to load.