Le vice-président des Opérations de la Banque africaine de développement réaffirme l’excellence du partenariat avec le Maroc

Plus de 10 milliards de dollars américains mobilisés en près de cinquante ans de partenariat

02/02/2018
Share |

Le vice-président des Opérations de la Banque africaine de développement réaffirme l’excellence du partenariat avec le MarocDe gauche à droite : Leïla Farah Mokaddem, Responsable-pays de la Banque pour le Maroc ; Khaled Sherif, vice-président du Développement régional, de l’intégration régionale et de la prestation de services de la Banque et le Chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othmani.

Le vice-président du Développement régional, de l’intégration régionale et de la prestation de services de la Banque africaine de développement, Khaled Sherif, a rencontré, vendredi 2 février 2018 à Rabat, le chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othmani, accompagné de la Responsable-pays de la Banque pour le Maroc, Leïla Farah Mokaddem.

Lors de cette rencontre, le vice-président s’est félicité de l’excellence des relations entre le royaume du Maroc et la Banque. « En près de cinquante ans de partenariat, plus de 10 milliards de dollars américains ont été mobilisés dans des secteurs d’activité stratégiques qui créent de la valeur et de l’emploi. Pour ces raisons, notre partenariat avec le Maroc est exemplaire » a déclaré Khaled Sherif.

Et de saluer les avancées réalisées par le Maroc en matière de développement économique et social, outre son rôle moteur dans la coopération Sud-Sud : « Partenaire stratégique, le Maroc a toujours placé l’Afrique au cœur de ses priorités. Le Roi Mohammed VI s’est résolument engagé dans une forte dynamique de coopération Sud-Sud que nous saluons et soutenons », s’est réjoui Khaled Sherif.

Lors de cet échange, Saâd Eddine El Othmani a fait part de sa vision stratégique et énuméré les priorités du gouvernement, soulignant l’importance de la création d’emploi et de la préservation du contrat social. La rencontre a également permis de passer en revue les différents domaines de coopération entre le Maroc et la Banque, et de tracer les perspectives de son développement. « La coopération entre le Maroc et la Banque est exemplaire. Elle va au-delà de la simple relation financière », a ajouté le chef de gouvernement.

Soutenir l’élan de développement

Les discussions ont ainsi mis en évidence la convergence de vues et la volonté partagée de renforcer ce partenariat, notamment autour des High 5, les cinq priorités de la Banque : Eclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, en témoigne l’accès quasi universel des Marocains à l’électricité en seulement vingt ans ; Industrialiser l’Afrique, à laquelle fait écho le Plan marocain d’accélération industrielle ; Nourrir l’Afrique, à laquelle répond le Plan Maroc Vert par le développement d’une agriculture compétitive et résiliente ; et Intégrer l’Afrique.

« Nous réaffirmons ici la volonté de la Banque de soutenir encore plus l’élan de développement impulsé par le Roi Mohammed VI. Cet élan est porteur d’une croissance durable et créatrice d’emplois », a conclu Leïla Farah Mokaddem à l’issue de ces échanges.

Durant les cinq jours de sa mission, Khaled Sherif a été reçu par le ministre de l’Economie et des finances et gouverneur de la Banque pour le Maroc, Mohammed Bousaid, ainsi que par nombre de hauts responsables marocains des secteurs public et privé.

Le vice-président Khaled Sherif a également effectué une visite de terrain pour s’enquérir des réalisations et des impacts d’opérations financées par la Banque, à l’exemple du projet de modernisation de l’aéroport international Marrakech-Menara, mis en œuvre dans le cadre du troisième programme aéroportuaire.

Le Maroc, membre fondateur du Groupe de la Banque africaine de développement créé en 1963, a reçu son premier financement auprès de l’institution en 1978.

Le portefeuille actif de la Banque africaine de développement au Maroc compte à ce jour 33 projets et programmes, totalisant un engagement financier de près de 3,1 milliards de dollars américains. Ces financements, dont plus de 80 % sont dédiés aux infrastructures de base, couvrent différents secteurs, notamment l’énergie, les transports, l’eau et l’assainissement, l’agriculture ainsi que le développement social.


Related Sections

Contacts