Les Assemblées annuelles 2017 du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) se tiendront du 22 au 26 mai 2017 à Ahmedabad, en Inde. Ces assemblées - le plus important événement annuel de la Banque - permettent d'accroître la visibilité de l'organisation sur la scène internationale. En savoir plus

Chargé(e) en chef du secteur privé et de l’investissement dans la finance mixte

Share |

  • Titre du poste: Chargé(e) en chef du secteur privé et de l’investissement dans la finance mixte
  • Grade: PL3
  • Poste N°: 50093583
  • Référence: ADB/17/160
  • Date de publication: 10/05/2017
  • Date de clôture: 31/05/2017
  • Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement qui œuvre pour la croissance économique et le progrès social en Afrique. Elle compte 80 États membres, dont 54 en Afrique (pays membres régionaux).  Le programme de développement de la Banque africaine de développement vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Afin de se concentrer au mieux sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et de réaliser un plus grand impact sur le développement, la Banque a défini pour ses interventions en Afrique, cinq grands domaines (Top 5) à intensifier pour accélérer l’obtention de résultats à savoir: l'énergie, l'agro-industrie, l'industrialisation, l'intégration et l'amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence chargée de l’agriculture, du développement humain et social est un complexe sectoriel axé sur les objectifs prioritaires « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines » du Top 5 de la Stratégie décennale de la Banque. Le Complexe vise à : i) élaborer la politique et la stratégie dans ce domaine ; ii) fournir une solide expertise sectorielle aux régions, en constituant une réserve de personnes expérimentées pouvant être consultées pour leur expertise sur les transactions complexes ; iii) mettre au point de nouveaux instruments de financement ; iv) Le (la) Vice-Président(e) servira de porte-parole de la Banque en la représentant auprès des parties prenantes externes et en intervenant sur les aspects de l’objectif prioritaire « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ».

LE DÉPARTEMENT / LA DIVISION QUI RECRUTE :

Le Département du financement de l’agriculture et du développement rural travaille en étroite collaboration avec le Département de l’agriculture et de l’agro-industrie et les directions régionales pour soutenir la mise en pratique des principes énoncés dans le document intitulé « Nourrir l’Afrique : Stratégie pour la transformation agricole en Afrique 2016-2025 ».

La principale mission du département est d’élaborer la stratégie de la Banque relative au financement agricole et rural et au développement rural, d’exécuter les opérations non souveraines en vue de la transformation des chaînes de valeur, de représenter la Banque auprès des parties prenantes externes, de fournir une solide expertise sectorielle aux régions en rassemblant des experts pouvant être consultés sur les transactions et de résorber le déficit de financement pour faciliter le développement des chaînes de valeur agricole induit par le secteur privé. Le département doit mobiliser et déployer l’expertise requise, et soutenir la conception et la mise en œuvre des opérations de finance agricole et de développement rural pour le compte des chaînes de valeur des principales matières premières. Le Département du financement de l’agriculture et du développement rural comprend deux divisions, à savoir i) la Division de l’agriculture et de la finance rurale et ii) la Division du développement de l’infrastructure rurale.

La Division de l’agriculture et de la finance rurale sera chargée d’œuvrer avec le secteur privé pour transformer les chaînes de valeurs, en identifiant les possibilités d’investissements à long terme pour favoriser la sécurité alimentaire et doper la croissance économique en Afrique. Les prestations ci-après sont attendues de la division :

  1. l’exécution d’opérations non garanties par l’État ciblant les sociétés du secteur privé, ainsi que les fonds d’investissement et d’atténuation des impacts ;
  2. des placements dans les créances et des investissements en capital innovants et de qualité en vue de favoriser l’essor du secteur privé, en l’occurrence le développement et la transformation des chaînes de valeur ;
  3. la définition des modalités de mise en œuvre pratique avec les principaux partenaires d’exécution, en particulier avec les entreprises et autres fonds de placement du secteur privé ;
  4. la gestion du savoir, notamment les meilleures pratiques en matière d’agriculture et de finance rurale ;
  5. la création d’un environnement propice et la conclusion d’alliances avec les principales parties prenantes ;
  6. le suivi des performances et la recommandation de mesures correctives.

LE POSTE :

Au sein de la Division de l’agriculture et du financement de l’agriculture, la mission principale assignée au Chargé en chef de l’investissement dans le secteur privé et le financement mixte est d’œuvrer particulièrement au développement et au renforcement des 18 chaînes de valeur agricoles prioritaires énoncées dans la Stratégie « nourrir l’Afrique » dans les zones agro-écologiques ciblées. Les principales responsabilités du ou de la titulaire du poste consistent à :

1.  identifier les possibilités d’investissement du secteur privé dans les chaînes de valeur ;

2.  diriger les partenariats stratégiques avec des clients clés du secteur privé, des institutions financières et des banques commerciales, des fonds de capital-investissement, ainsi que des fonds d’investissement et d’atténuation des impacts, dans le but de financer les parties prenantes aux chaînes de valeur, dans les 18 principales chaînes de valeur agricoles prioritaires ;

3.  développer des opportunités de financement mixte dans le domaine de l’agriculture ;

4.  créer et gérer un solide portefeuille de clients agricoles existants et potentiels, d’investisseurs dans toutes les principales chaînes de valeur, et générer un impact durable en termes de développement ;

5.  évaluer, structurer, négocier et clôturer les transactions sur la dette et les prises de participation ; utiliser de bonnes techniques de négociation pour développer des solutions et surmonter les impasses dans toutes les transactions ;

6.  mobiliser des ressources et des initiatives de finance mixte afin de résorber le déficit de financement et de favoriser ainsi un développement des chaînes de valeur agricoles induit par le secteur privé ;

7.  diriger l’appui et l’expertise auprès des directions régionales pour les opérations non garanties par l’État qui proposent des solutions permettant d’atteindre les entreprises productives des exploitants de petites parcelles (notamment les femmes et les jeunes) ;

8.  suivre, et établir des rapports sur, la mise en œuvre des instruments financiers et la contribution desdits instruments à l’objectif et au plan d’action visant à nourrir l’Afrique.

Fonctions et responsabilités

Sous la supervision du chef de la Division de l’agriculture et de la finance rurale, le Chargé en chef de l’investissement dans le secteur privé et du financement mixte assumera des responsabilités dans les domaines ci-après.

Contrôle technique

  1. Proposer une vision stratégique et un contrôle technique pour identifier les entreprises du secteur privé qui peuvent être les teneurs de marché dans les principales filières de création des chaînes de valeur et trouver les voies et moyens de répondre à leurs besoins financiers ;
  2. Soutenir les initiatives de levée de fonds en étudiant d’une part la possibilité d’exploiter rationnellement les capitaux émanant des banques centrales africaines, des fonds de pension africains, des fonds souverains africains, des fonds de capital-investissement africains et d’institutions analogues opérant dans les marchés financiers et de capitaux internationaux, et d’autre part la possibilité de canaliser ces fonds dans le secteur de l’agriculture (dispositifs de financement innovants) ;
  3. Créer une boîte à outils et des opportunités de financement mixte pour tous les investissements effectués dans l’agriculture ;
  4. Exécuter des investissements dans des titres de créance et des prises de participations dans des entreprises du secteur privé, dans des fonds d’investissement et d’atténuation des impacts ou dans des fonds de capital-investissement (finance agricole et financement innovant) ;
  5. Constituer et maintenir en place une forte réserve d’entreprises potentielles bénéficiaires d’investissements afin de lancer de nouveaux investissements prenant la forme de prêts et de prises de participations, de suivre les nouvelles opportunités d’affaires et d’assurer un lien étroit avec les clients potentiels sur le continent africain et au-delà ;
  6. Régler les problèmes qui se posent pendant les négociations et la structuration des transactions avec les entreprises pouvant éventuellement bénéficier des investissements, mener parallèlement les vérifications d’usage ;
  7. Soutenir les investissements dans les portefeuilles existants, y compris les activités stratégiques et à valeur ajoutée, en collaboration avec la direction de la société de portefeuille et les co-investisseurs ;
  8. Établir des partenariats avec d’autres institutions financières internationales, des investisseurs, y compris les sociétés de capital-risque, les fonds de capital-investissement et les investisseurs stratégiques en mettant un accent particulier sur les partenariats public-privé (aux niveaux des pays et du continent) dans le but d’amener les parties prenantes à aligner leurs interventions sur les objectifs de développement socio-économique durable ;
  9. Améliorer la qualité, la diligence et l’intégrité de l’exécution de projets en concevant et en appliquant des contrôles qui réduisent au minimum les dérapages ;
  10. Concevoir et mettre en pratique des systèmes de suivi-évaluation des performances et des activités d’établissement de rapports (y compris les indicateurs clés de performance) afin d’assurer une évaluation transparente des résultats et des impacts du financement des chaînes de valeur agricoles pour une diffusion à la fois interne et externe.

Gestion des personnes

  1. Diriger une équipe de niveau professionnel et fournir une assistance au personnel dans la prestation de services efficaces et de qualité en appui aux opérations institutionnelles. Définir des objectifs de performance réalistes et inciter les membres de l’équipe à les atteindre, que ce soit à titre individuel ou en équipe ;
  2. Évaluer les besoins de formation des membres du personnel en service dans les directions régionales et les bureaux extérieurs, suivre et évaluer leur performance, et recommander des mesures de gestion des personnes au responsable de la division ;
  3. Travailler en collaboration avec les autres membres de la division, apporter sa contribution, partager son expertise et son expérience et promouvoir un environnement collégial ;
  4. Bâtir des relations fortes et comprendre les besoins institutionnels afin de contribuer à la recherche de solutions pratiques et efficaces.

Leadership

  1. Veiller à une utilisation rationnelle des ressources financières et humaines. D’un point de vue technique, le travail nécessite des compétences analytiques et stratégiques, ainsi que des connaissances personnelles et une expérience pratique dans les principaux axes d’intervention de la Banque ;
  2. Garantir une production de qualité dans la limite des ressources disponibles, en faisant le meilleur usage des actifs humains, financiers et technologiques, en suivant et en appliquant des objectifs d’efficacité ;
  3. Superviser l’identification, la préparation et l’évaluation des projets complexes devant être financés par le Groupe de la Banque et vérifier la qualité des projets.

Communication institutionnelle

  1. Assurer une communication efficace entre la direction et le personnel de la Banque, les autorités des pays membres et les hauts cadres d’autres organisations ;
  2. Surveiller la mise en œuvre des meilleures pratiques sur le terrain et, le cas échéant, assurer la liaison avec des homologues d’autres organisations ;
  3. S’acquitter des autres tâches qui lui sont confiées par son supérieur hiérarchique.

Critères de sélection

  1. Être titulaire au moins d’un Master 2/DESS/DEA en finance ou d’un diplôme équivalent dans une discipline connexe ;
  2. Justifier au minimum de sept (7) années d’expérience pratique pertinente dans la banque d’investissement, la consultation, les prises de participation privées ou les capitaux à risque, avoir travaillé pendant trois années dans ce domaine au sein d’une institution bilatérale ou multilatérale internationale ;
  3. Posséder une solide expérience des questions liées à la dette ou à l’investissement en capital dans les pays en développement, tout comme une expérience de l’investissement à risque et des pays émergents, de même qu’une connaissance satisfaisante de leurs politiques et procédures opérationnelles ;
  4. Posséder des capacités avérées de leadership dans les questions liées à la négociation et à la structuration de la dette et des opérations sur fonds propres, ou dans la revue technique des rapports et la consultation avec d’autres bailleurs de fonds, entre autres ;
  5. Bien connaître l’Afrique et les besoins en matière de développement rural, les possibilités offertes, les problèmes de développement et les solutions probables ;
  6. Maîtriser la structuration de projets, notamment la planification de projet, la stratégie de gestion des risques, la stratégie de gestion de la communication, les leçons apprises et leur transfert, sans oublier les autres facteurs clés de succès, ainsi que les stratégies, politiques, procédures et pratiques des institutions de même nature ;
  7. Avoir une connaissance et une compréhension approfondies des éléments essentiels à une prestation de services efficace et à l’évaluation des impacts en termes de développement, moyennant des investissements dans le secteur agricole en Afrique ;
  8. Posséder des aptitudes éprouvées et avérées de négociation, de manière à générer des résultats positifs avec des homologues de haut rang, tant internes qu’externes ;
  9. Avoir une bonne connaissance de l’exécution et de la structuration des investissements sous forme de prêts et de prises de participations dans les projets et programmes sectoriels relevant de son champ d’activités ;
  10. Avoir la capacité à établir des réseaux, ce qui s’avère nécessaire pour nouer des relations et des partenariats bénéfiques avec un large éventail de clients internes comme externes, en vue d’obtenir des résultats efficaces. La prudence et le tact doivent être de mise dans l’établissement de telles relations et de partenariats, l’objectif étant de combler les besoins et les intérêts à long terme des clients au sein et en dehors de l’institution ;
  11. Être capable de communiquer et d’écrire efficacement en français ou en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue ;
  12. Être apte à utiliser les applications standard de la suite Microsoft Office (Word, Excel, Access, PowerPoint) ; la connaissance de SAP est souhaitable.

INFORMATION SUR LE POSTE :

 

LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT A ENGAGÉ LES SERVICES DE DEVEX POUR FACILITER CE RECRUTEMENT. POUR POSTULER, VEUILLEZ CLIQUER SUR « POSTULEZ » COMME AFFICHÉ SUR LA PAGE DE PUBLICATION OU Y ACCÉDER A TRAVERS LE LIEN SUIVANT :

http://www.surveygizmo.com/s3/3553428/Chief-Private-Sector-and-Blended-Finance-Investment-Officer-PL3

 

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D'EMPLOI Y AFFÉRENTES

 

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG