MISE EN GARDE CONTRE L’UTILISATION FRAUDULEUSE DU NOM DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT (BAD) En savoir plus

Coordonnateur - Fonds Spécial Climdev-Afrique (CDSF)

Share |

  • Titre du poste: Coordonnateur - Fonds Spécial Climdev-Afrique (CDSF)
  • Grade: PL2
  • Poste N°: 50095956
  • Référence: ADB/19/089
  • Date de publication: 02/05/2019
  • Date de clôture: 31/05/2019
  • Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le Programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique nécessaire aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5), dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence chargée de l’électricité, l’énergie, le climat et la croissance verte est un complexe sectoriel axé sur la Stratégie décennale visant à assurer la transition de l’Afrique vers une croissance verte et le premier objectif prioritaire « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie » des High 5 de la Banque. Le rôle de ce Complexe est de superviser la formulation des stratégies et des politiques portant sur les systèmes énergétiques ; d’apporter une expertise technique approfondie aux régions ; de mettre au point de nouveaux instruments de financement innovant ; d’améliorer la cohérence des politiques de la Banque et de la représenter auprès des parties prenantes extérieures intervenant dans les domaines des finances, du changement climatique et de la croissance verte.

LE DÉPARTEMENT QUI RECRUTE :

Le Département du changement climatique et de la croissance verte poursuit les principaux objectifs suivants :

  • Intégrer le changement climatique et la croissance verte dans les opérations au titre des High 5 de la Banque ;
  • Assurer le suivi et la préparation de rapports concernant la mise en œuvre des interventions de la Banque en matière de changement climatique en s’appuyant sur le Plan d’action du changement climatique et le Cadre relatif à la croissance verte de la Banque ;
  • Gérer l’accès de toutes les Vice-présidences chargées des opérations à des sources de financement de plus en plus nombreuses pour les interventions environnementales et climatiques au sein de la Banque ;
  • Aider les pays africains à concevoir et mettre en œuvre leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) et à accroître leur accès au financement mondial de la lutte contre le changement climatique ; et
  • Piloter tous les efforts déployés à la Banque pour limiter et inverser les effets du changement climatique sur le continent.
  • Le Département comprend deux divisions, à savoir : la Division de l’adaptation au changement climatique et de la croissance verte et la Division du financement climatique. Il existe également en son sein un Fonds spécial dénommé ClimDev.

LA DIVISION QUI RECRUTE :

L’Initiative Climat pour le développement de l’Afrique (ClimDev-Afrique) a été lancée en 2008 dans le cadre d’un partenariat entre la Banque, la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA) et la Commission de l’Union africaine (CUA) et approuvée par les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine. Le Fonds spécial ClimDev-Afrique (CDSF) constitue l’un des trois éléments de ClimDev-Afrique, en plus du Centre africain pour la politique en matière de climat à la CEA et de l’Unité de lutte contre le changement climatique et la désertification à la CUA.

Le Fonds spécial ClimDev-Afrique (CDSF), hébergé au sein du Département du changement climatique et de la croissance verte, est un fonds à la demande qui finance des activités d’investissement sur le terrain dans toute l’Afrique pour la production et l’utilisation des informations climatiques, l’objectif étant de susciter un développement résilient aux effets du changement climatique. L’objectif ultime du Fonds spécial est de faire en sorte que les politiques et pratiques de développement en Afrique tiennent pleinement compte des risques et opportunités liés au climat à tous les niveaux, à travers notamment : i) le renforcement des capacités scientifiques et institutionnelles des centres climatiques régionaux et nationaux en vue de produire, de diffuser largement et d’utiliser des informations climatiques fiables et de haute qualité dans la perspective du développement de l’Afrique ; ii) le renforcement des capacités des décideurs et des institutions chargées de l’élaboration des politiques grâce à des analyses et données concrètes sur le changement climatique et ses répercussions en Afrique ; iii) l’appui à la mise en œuvre de pratiques d’adaptation et de résilience qui mettent en évidence l’importance de tenir compte des informations sur le climat et la réduction des risques de catastrophes (RRC) dans la planification et les pratiques de développement.

La Banque africaine de développement assure la gestion du CDSF en étroite collaboration avec les autres institutions panafricaines, notamment la CUA et la CEA. Le Comité de pilotage du programme ClimDev-Afrique (CDSC) est chargé de l’orientation politique générale et de la supervision technique du CDSF.

LE POSTE :

En tant que Coordonnateur du CDSF, le titulaire du poste assurera la gestion du Fonds et veillera à son bon fonctionnement afin que les pays africains, la société civile, le secteur privé et les organisations non gouvernementales aient un accès efficace et prévisible au financement climatique alloué par le Fonds pour mettre à la disposition du continent des services d’information climatique. Le Coordonnateur pilotera les efforts visant à mobiliser des ressources pour le Fonds et à établir des partenariats avec les initiatives existantes dans le domaine des services d’information climatique pour l’Afrique. Le CDSF aidera les pays africains à s’adapter au changement climatique et à mettre en œuvre leurs engagements au titre de l’Accord de Paris. Et il jouera un rôle déterminant en matière de renforcement des capacités pour permettre à la Banque de canaliser des fonds en vue de réaliser ses cinq grandes priorités (High 5) et d’atteindre son objectif visant à consacrer 25 milliards d’USD au financement climatique entre 2020 et 2025.

Fonctions et responsabilités

Sous la supervision et la direction générales du Directeur du Département du changement climatique et de la croissance verte, le Coordonnateur du Fonds spécial ClimDev-Afrique assumera les tâches suivantes :

  1. Gérer une équipe de projet de manière à atteindre les objectifs du CDSF.
  2. Coordonner l’évaluation technique et fiduciaire des propositions soumises au CDSF en collaboration avec les autres départements concernés de la Banque.
  3. Coordonner le traitement des projets CDSF dans le cadre du Comité de pilotage de ClimDev (CDSC) et en collaboration avec les autres départements concernés de la Banque.
  4. Suivre la mise en œuvre des projets du portefeuille et veiller à ce que des rapports d’achèvement des projets soient établis pour chaque activité financée par le Fonds.
  5. Piloter l’exécution globale du portefeuille du CDSF par rapport aux objectifs de décaissement et autres objectifs énoncés dans son cadre de gestion des résultats.
  6. Piloter les relations du CDSF avec les donateurs du Fonds et le CDSC, en collaboration avec les autres départements concernés de la Banque, et faire rapport à ce sujet.
  7. Préparer le programme de travail et le budget annuels du CDSF ; produire des rapports annuels et autres communications pertinentes sur les activités du CDSF.
  8. Assurer la coordination avec les institutions et les parties prenantes externes, notamment la délégation de l’UE, le Fonds nordique pour le développement et l’Agence suédoise de coopération pour le développement international (SIDA).
  9. Organiser des ateliers et des événements de sensibilisation pour mieux faire connaître et promouvoir les objectifs du CDSF.
  10. Participer aux rencontres internationales pertinentes consacrées au changement climatique et aux risques de catastrophe afin de mettre en évidence le travail du CDSF.
  11. Piloter les efforts déployés par la Banque pour mobiliser des fonds supplémentaires pour le CDSF en collaboration avec d’autres départements concernés de la Banque en assurant la liaison avec les donateurs et autres mécanismes de financement.
  12. Élaborer et mettre en œuvre une stratégie de communication solide pour le CDSF.
  13. Élaborer et examiner le manuel des opérations, le cadre de gestion des résultats et les autres cadres pertinents pour assurer le bon fonctionnement et l’efficacité du Fonds.
  14. Gérer et comptabiliser le décaissement des ressources administratives.
  15. Entretenir des relations avec les gouvernements nationaux, les communautés économiques régionales, la société civile et les acteurs du secteur privé ainsi qu’avec les partenaires extérieurs (Banque mondiale, Organisation météorologique mondiale, Fonds vert pour le climat), et assurer la coordination avec les projets/programmes pertinents financés par les partenaires de développement régionaux.
  16. Piloter les initiatives de la Banque visant à fournir des conseils sur la gestion des risques climatiques et l’adaptation, le financement destiné à la réduction des risques de catastrophe et la résilience aux catastrophes, notamment en ce qui concerne l’analyse des mesures de prévention des catastrophes et de riposte, les besoins financiers pour l’adaptation et les mécanismes permettant aux institutions et gouvernements africains d’accéder plus facilement au financement climatique.
  17. Fournir aux régions une expertise approfondie en matière de financement climatique et dans le domaine de la gestion des risques de catastrophes dans le cadre de la demande de financement pour les projets liés au climat et aux risques de catastrophes naturelles.
  18. Maintenir une réserve saine de projets admissibles au financement du CDSF.

Critères de sélection

  1. Être titulaire d’un Master ou d’un diplôme équivalent en sciences de l’environnement, en climatologie, en météorologie, en gestion des ressources naturelles, en économie de l’environnement ou dans d’autres domaines connexes. Le fait de posséder un doctorat (PhD) dans l’une ou l’autre de ces disciplines serait un avantage supplémentaire.
  2. Justifier d’un minimum de huit (8) années d’expérience dans la conception et la mise en œuvre de programmes et de projets portant notamment sur les services d’information sur le climat, l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets.
  3. Posséder au moins cinq (5) années d’expérience à des postes de direction.
  4. Avoir une expérience avérée dans le domaine du financement de la lutte contre le changement climatique et de la gestion de fonds fiduciaires.
  5. Avoir une connaissance approfondie des procédures des agences multilatérales de développement et des organisations régionales chargées de la lutte contre le changement climatique en Afrique.
  6. Posséder une expérience dans l’élaboration et l’utilisation de modèles relatifs au changement climatique et dans leur intégration dans les politiques nationales de développement.
  7. Avoir une bonne connaissance de la situation des services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) et des centres climatiques régionaux (CCR) en Afrique ainsi que des initiatives continentales et mondiales en matière d’information climatique.
  8. Avoir eu à travailler avec des instances ministérielles africaines (Conférence ministérielle africaine sur la météorologie (AMCOMET), Conseil des ministres africains chargés de l’eau (AMCOW), Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (AMCEN), etc.), des donateurs et autres organismes qui œuvrent pour le développement.
  9. Posséder une solide expérience en matière de passation des marchés, de comptabilité et d’information financière, de préparation de rapports sur la croissance verte et inclusive et la gestion de portefeuille.
  10. Avoir des compétences analytiques éprouvées et être capable de présenter, d’une manière diligente et efficace, des opinions sur des questions complexes d’adaptation au changement climatique/d’atténuation de ses effets et de réduction des risques de catastrophe.
  11. Jouir d’excellentes compétences techniques en matière de changement climatique et d’une connaissance approfondie des différentes conventions sur le changement climatique et des cadres de gestion des risques de catastrophe.
  12. Avoir une bonne connaissance des travaux menés par les centres Hydromet en Afrique axés sur la fourniture de services climatiques et météorologiques pour le développement.
  13. Avoir des antécédents avérés en matière de mobilisation de ressources pour les services climatologiques et les initiatives d’information sur le climat.
  14. Posséder d’excellentes compétences en matière d’analyse et d’interprétation des données. Être capable de rédiger de façon claire et concise et posséder de solides compétences quantitatives (gestion, analyse et interprétation des données).
  15. La maîtrise de l’outil informatique et de l’utilisation des logiciels de la Suite Microsoft Office (MS Word, MS PowerPoint, MS Excel), GIS et SPSS est un atout.

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG 


Postuler en ligne

Postuler

Pour postuler à ce poste, vous devez être ressortissants d'un des pays membres de la BAD.

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.