MISE EN GARDE CONTRE L’UTILISATION FRAUDULEUSE DU NOM DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT (BAD) En savoir plus

Chargé de politique de la concurrence - PITD.2

Share |

  • Titre du poste: Chargé de politique de la concurrence - PITD.2
  • Grade: PL5
  • Poste N°: 50093573
  • Référence: ADB/17/307/2
  • Date de publication: 02/07/2018
  • Date de clôture: 01/08/2018
  • Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire nettement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines, dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir: l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera la mise en œuvre efficace de cette vision.

LE COMPLEXE :

Le Vice-président chargé du secteur privé, de l'infrastructure et de l'industrialisation est au cœur de la mission de la Banque consistant à développer le secteur privé, améliorer les infrastructures et accélérer l'industrialisation. Ses principales fonctions sont les suivantes : (i) renforcer l'environnement propice au développement du secteur privé [et du secteur financier] pour une croissance inclusive et un développement durable ; (ii) soutenir le développement d'infrastructures fiables et durables, y compris les villes et le développement urbain ; iii) donner une nouvelle impulsion à la performance industrielle et commerciale pour la transformation structurelle en Afrique. Le Complexe met à profit les connaissances, le cofinancement et les partenariats pour attirer les capitaux privés et collaborer avec les gouvernements pour mettre en œuvre le programme de développement de la Banque.

LE DEPARTEMENT/LA DIVISION RECRUTEUR :

En droite ligne avec la stratégie décennale de la Banque et des stratégies des Top 5, la Division pilote les activités de développement du commerce, y compris la politique du commerce, la facilitation du commerce et le climat des affaires. Les activités de la division sont mises en œuvre en étroite collaboration avec la division du transport et des logistiques du département d’infrastructure, les complexes de la gouvernance économique et de l’Agriculture et les départements régionaux de la Banque.

LE POSTE :

Le Chargé de politique de la concurrence rend compte au Chef de Division. Il/elle sera responsable de l’élaboration d’un programme de travail et d’activités visant à aider les PMR à renforcer l’environnement réglementaire, formuler des stratégies et outils de compétitivité, et engager des réformes pour créer un environnement concurrentiel permettant à tous les acteurs d’opérer de façon équitable sur le marché, avec un accent particulier sur l’industrie et les dimensions sectorielles. Le Titulaire travaillera avec les complexes sectoriels de la Banque.

Fonctions et responsabilités

Sous la supervision du Chef de Division du développement du commerce, le Chargé de  politique de la concurrence assume les fonctions suivantes :

1.  Entreprendre des analyses et diagnostiques sectoriels visant à identifier les facteurs qui constituent des obstacles à la concurrence sur les marchés. Ceci sera effectué grâce à la mise en place des outils d’évaluation rapide, des indicateurs standards de la concurrence, des outils d’analyse qualitative et quantitative visant à évaluer les facteurs liés à la concurrence dans les pays ;

2.  Mettre en exergue les défis liés à la concurrence dans les PMR et proposer des activités ou initiatives visant à les atténuer;

3.  Concevoir des plans d’actions/réformes, des programmes d’assistance technique sur la politique en matière de concurrence, pouvant conduire à une concurrence accrue. Ceci sera basé sur des analyses de faisabilité (hiérarchisation et séquence) des réformes, telles que l’élimination ou la suppression (i) des règlements qui limitent le nombre de firmes ou constituent un frein à l’investissement du secteur privé, (ii) du contrôle du prix et des variables du marché ; (iii) des mesures discriminatoires à l’égard de certaines firmes, et qui perturbent l’équité du marché ;

4.  Mettre en œuvre des programmes et initiatives de régulations qui promeuvent la concurrence du marché, y compris des assistances techniques sur les politiques en matière de concurrence grâce aux conseils techniques et aux dialogues politiques avec les pays ;

5.  Assurer l’intégration des principes de politique en matière de concurrence dans les programmes et les interventions de la Banque dans le secteur privé en vue de faciliter la pénétration efficace des opérateurs et d’éviter la perturbation de l’équité du marché;

6.  Appuyer et mettre en œuvre les composantes de politique en matière de concurrence dans les projets, avec une attention accrue à l’élimination des obstacles spécifiques aux secteurs en vue de développer la concurrence dans un secteur donné (ex. agrobusiness, infrastructure, finance, etc.) ;

7.  Entreprendre des activités de génération et de diffusion de connaissance sur les bonnes pratiques en matière de politique de la concurrence dans les états et les régions, se basant sur des indicateurs et des données statistiques sur l’état de la concurrence à l’échelle de l’économie et du secteur concerné ;

8.  Etablir des relations avec des partenaires internes et externes et avec des équipes de la Banque impliquées dans la promotion de la concurrence dans les PMR et contribuer à l’élaboration de stratégie cohérente dans l’intérêt des Etats ;

9.  Faciliter le dialogue sur la politique en matière de concurrence entre les parties prenantes nationales (privées et publiques) et avec les autorités locales (les institutions de régulation) en vue de promouvoir la concurrence entre les opérateurs ;

10.  Contribuer à la formulation des indicateurs de suivi et évaluation en vue des interventions liées à la concurrence et également des analyses d’impact de ces interventions. Ces activités incluront les conseils aux experts régionaux et sectoriels en vue de s’assurer que la dimension concurrence est dument prise en compte dans la formulation des indicateurs de suivi et évaluation de leurs interventions spécifiques.

Critères de sélection

1.  Etre titulaire d'au moins un Master 2/DESS/DEA ou diplôme équivalent en économie, en politique et administration publique, en politique du commerce internationale, en économie de régulation et ou en économie de concurrence ou dans un domaine connexe ;

2.  Justifier au minimum de cinq (5) années d’expérience professionnelle pertinente dans le domaine de la politique de la concurrence dans le secteur privé et public, de  son élaboration et sa mise en œuvre dans les pays en développement ;

3.  Avoir de l’expérience pratique dans l’analyse économique des politiques de la concurrence, fournissant de conseils directs aux acteurs du secteur privé, apportant des appuis aux cas spécifiques liés à la concurrence avec de l’expérience dans le secteur privé, l’infrastructure, le commerce, l’industrie et l’agro-business ;

4.  Avoir une connaissance approfondie de la situation socio-économique, du climat des affaires et des réformes visant à améliorer l’environnement des affaires dans les pays africains ;

5.  Avoir une orientation résultats et clients, avec des capacités avérées dans l’analyse et la communication (orale et écrite), des compétences permettant de traiter les sujets avec précision et prêtant attention aux détails ;

6.  Avoir des capacités à nouer des partenariats avec une large catégorie de clients et à obtenir des résultats qui répondent aux besoins à court et à long terme des clients externes et internes;

7.  Etre capable de communiquer de manière efficace à l’oral et à l’écrit en anglais ou en français avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue;

8.  Savoir utiliser les applications Microsoft Office standard (Word, Excel, Access, PowerPoint).

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D'EMPLOI Y AFFÉRENTES.

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG


Postuler en ligne

Postuler

Pour postuler à ce poste, vous devez être ressortissants d'un des pays membres de la BAD.