Les Assemblées annuelles 2019 du Groupe de la Banque africaine de développement se tiendront du 11 au 14 juin 2019 à Malabo, en République de Guinée équatoriale. En savoir plus

La BAD : 50 ans au service de l’Afrique


Fondée en 1964, la Banque africaine de développement est la plus importante institution financière de développement en Afrique aujourd’hui de développement en Afrique

Le 4 novembre 1964, les ministres de 23 États africains indépendants se rencontraient à Lagos, au Nigeria, pour la réunion inaugurale du Conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement (BAD). La jeune institution se voit confier une double mission : transformer l'Afrique aux plans social et économique, et stimuler l'intégration économique du continent.

Ce qui avait commencé comme un partenariat continental réunissant une poignée de pays africains s’est mué en l'un des partenariats internationaux les plus efficaces pour l'Afrique – avec, en prime, l'adhésion de tous les pays du continent. À partir des années 1980, 26 pays non-africains ont également rallié le groupe.

Hommage soit rendu aux pionniers et aux fondateurs de la BAD. Nous saluons tous ceux qui se sont mis au service de la Banque à différents niveaux, et grâce auxquels cette aventure est devenue réalité. Nous nous souvenons de ceux qui nous ont quittés. Et nous remercions les partenaires que la Banque a partout dans le monde, pour leur soutien et leur amitié. 
À l’image de l’évolution de l’Afrique, la Banque a traversé cinquante années riches en événements, un parcours ponctué tout à la fois de moments exaltants et de défis complexes.

Fort modeste à ses débuts, avec un personnel réduit à dix membres seulement et un capital autorisé de 370 millions de dollars EU, la Banque a pris de l’envergure depuis, pour devenir une institution d’envergure mondiale, dotée d’une assise financière solide et d’un bilan opérationnel robuste. Pour exécuter son mandat, la Banque a engagé quelque 100 milliards de dollars EU, et mobilisé davantage de fonds encore grâce au co-financement.
À ce jour, grâce au soutien de ses actionnaires, à ce qu’elle représente et à ses fondations solides, la cote de la Banque est notée AAA. Et celle-ci est dotée d’un capital autorisé de 100 milliards de dollars EU.

La Banque, qui attire en son sein des esprits brillants et engagés, compte aujourd’hui un personnel de près de 1 900 membres, qui mènent des opérations dans les 54 pays du continent.

En ces temps de grands changements en Afrique, ce jubilé d’or de la Banque nous est l'occasion de réaffirmer les rêves des fondateurs de l’institution et les aspirations des populations africaines.

Aujourd’hui, de nouveaux défis viennent s’ajouter aux anciens : trouver de nouvelles solutions pour financer les infrastructures, développer le capital humain, lutter contre le changement climatique et les épidémies. Dans un monde qui a énormément changé – au cours des trois dernières décennies notamment – il nous faut innover. Refaire les mêmes choses en les amplifiant ne suffira pas.

À la création de la Banque, en 1964, l’Afrique comptait quelque 300 millions d’habitants, un chiffre qui a triplé depuis. Et la population du continent avoisinera les 2 milliards d’ici à 2040.
Notre tâche en est d’autant plus ardue : promouvoir une croissance économique qui soit tout à la fois forte, partagée et durable ; investir dans le capital humain ; et rester focalisé sur notre mission fondamentale, à savoir l’intégration économique de l’Afrique.

Dans son combat en faveur de la prospérité des populations de notre grand continent, la Banque africaine de développement peut être fière du chemin parcouru et envisager l’avenir avec une énergie et une détermination renouvelées. Dans de tels moments, résonnent les mots de Madiba, « ce n’est qu’après avoir gravi une haute colline, que l’on découvre qu’il en reste encore beaucoup d’autres à gravir » que Donald Kaberuka, 7e président de la BAD a cités, le 4 novembre 2014.

Donald Kaberuka, 7ème président de la Banque Africaine de Développement (2005 - 2016)

La Banque africaine de développement est un modèle de collaboration entre l’Afrique et le monde développé, une collaboration dans leur intérêt mutuel et avec un respect réciproque.

Paul Kagame, président du Rwanda

Qu’est-ce que la BAD ?

Le groupe de la Banque africaine de développement a pour vocation de mobiliser les ressources financières destinées à appuyer le développement économique et social de l’Afrique, ainsi qu’à soutenir l’intégration économique. À cette fin, la Banque lève des fonds en Afrique et hors du continent, pour financer des initiatives de développement, comme des routes, des hôpitaux et des écoles, des projets agricoles et des réseaux d’électricité.

La BAD de 1964 à 2014

De 23 à 80 pays membres
De 10 à 2000 employés
4.185 projets, prêts et dons
1.000 milliards de dollars EU de dons cumulés

Voir la vidéo officielle du 50ème anniversaire de la BAD

À mesure que nous grandissons, nos besoins évoluent. Aussi travaillons-nous avec la Banque à la conception d’instruments de financement innovants.

Kweku Ricketts-Hagan, ministre des Finances adjoint, Ghana


La BAD en quelques dates clefs

Africa

Afdb

1962

AfDB

Photo: Romeo Horton (au centre), du Liberia, président du “Comité des neufs”

La Conférence des ministres met en place un comité de 9 pays chargé de préparer la création de la BAD

1963

AfDB

À Khartoum, le 4 août, 23 États signent l’Accord portant création de la BAD

« Les gouvernements au nom desquels est signé le présent Accord, résolus à renforcer la solidarité africaine par la coopération économique entre États africains, sont convenus de créer, par les présentes, la Banque africaine de développement dans l’objectif de contribuer au développement et au progrès social durables des États membres africains ».

1964

Africa

300 millions d’habitants

PIB de 39,2 milliards de dollars EU

AfDB

Membres de la Banque : 26

10 septembre : naissance de la BAD

4-7 novembre : Assemblée inaugurale du Conseil des gouverneurs à Lagos, Nigéria

Mamoun Beheiry (Soudan) élu 1er président

1965

AfDB

Mars : ouverture du siège à Abidjan, Côte d’Ivoire

1966

AfDB

Effectifs de la Banque: 10 personnes

1ère réunion du Conseil des gouverneurs à Abidjan 

Juillet : lancement officiel des activités opérationnelles 

1967

AfDB

Photo: Mamoun Beheiry signant les deux premières opérations de la Banque : une prise de participation dans la National Development Bank of Sierra Leone, et un prêt pour la construction d’une route au Kenya

Prêts/dons de la Banque : 2,3 millions de dollars EU

1968

AfDB

Photo: Un projet dans le secteur de l’agriculture, au Liberia

Premiers projets de la Banque dans l’agriculture et l’alimentation en eau 

1969

AfDB

Prêts/dons de la Banque : 7,9 millions de dollars EU 

Premiers projets de la Banque dans la fourniture d’électricité et la finance

1970

AfDB

PHOTO: Projet d’infrastructure en République Centrafricaine

Abdelwahab Labidi (Tunisie) élu 2e président  

La Banque intensifie sa recherche de partenaires et reçoit de plus en plus de propositions de projets. 

1971

AfDB

La Banque entend poursuivre ses prêts en se concentrant tout particulièrement sur six pays du Sahel : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad. À cette époque, les pays du Sahel, durement frappés par la sécheresse, ont un besoin urgent d’aide humanitaire, mais aussi de financements à long terme pour améliorer leur sécurité alimentaire.

1972

AfDB

Création du Fonds africain de développement (FAD), un guichet concessionnel destiné aux pays à faible revenu. Il participe à la lutte contre la pauvreté et à leur développement social et économique en accordant des prêts à des conditions plus favorables que celles normalement consenties par la BAD. 

1974

AfDB

Prêts/dons de la Banque : 135,5 millions de dollars EU 

1ère augmentation générale du capital (206 millions de dollars EU) 

Début des opérations du FAD

1975

AfDB

PHOTO: Durant la pause de la première pierre du siège de la BAD, à Abidjan. À droite, le second président de la Banque, le tunisien Abdelwahad Labidi.

Le Conseil des gouverneurs approuve la création du Fonds spécial du Nigeria (FSN)

Premiers projets de la Banque dans les secteurs de l’éducation et de la santé

1976

AfDB

Photo: Kwame Donkor Fordwor (Ghana) élu 3e président 

AfDB

PHOTO: Projet dans le secteur des télécommunications au Swaziland

1977

AfDB

Le Conseil des gouverneurs approuve le principe de l’admission de pays non régionaux comme membres de la Banque. Ouverture des négociations avec les pays non régionaux. 

1979

AfDB

Prêts/dons de la Banque : 519,9 millions de dollars EU

Goodall Gondwe (Malawi) président par interim

Les deux chocs pétroliers (1973 et 1979) fragilisent fortement les économies africaines. Les pays africains se voient contraints de trouver des ressources hors du continent, et la Banque décide finalement d’ouvrir son capital à des membres non africains.

1980

AfDB

Willa Mung’Omba (Zambie) élu 4e président 

1983

AfDB

17 pays non régionaux participent, pour la première fois, aux assemblées annuelles du Groupe de la Banque en qualité de membres à part entière

1984

AfDB

Prêts/dons de la Banque: 879 millions de dollars EU

1985

AfDB

Babacar Ndiaye (Sénégal) élu 5e président

1987

AfDB

4e augmentation générale du capital, de 22,3 milliards de dollars EU (+200 %)

1988

AfDB

Photo: Félix Houphouet-Boigny, président de Côte d’Ivoire, reçoit une délégation de la Banque dans sa résidence privée de Cocody, à Abidjan. Le premier président de Côte d’Ivoire a joué un rôle clef dans la fondation de la Banque et la promotion de l’intégration régionale. 

Approbation d’un programme de prêts de 13 milliards de dollars EU

1989

Africa

612 millions d’habitants

PIB de 495 milliards de dollars EU

AfDB

Membres: 77
Effectifs: 1100 personnes
Nombre d’opérations (depuis 1967): 1291
Prêts/dons de la Banque (1989): US$ 2.8 billion 

Festivités du 25e anniversaire – Rapport du Comité des Dix sur l’avenir de la BAD

1990

AfDB

Réélection de Babacar Ndiaye pour un second mandat

Durant les années 1990, la BAD diversifie ses missions et fait face à de nouveaux défis.

1991

AfDB

Premiers projets de la Banque dans la microfinance

1992

AfDB

Désignation de la première femme vice-présidente : Bodour Abu-Affan (Soudan)

Premiers projets de la Banque dans le domaine de l’environnement

1993

AfDB

Photo: Le président N’diaye (à g) et le président du Bénin Nicéphore Soglo (centre) durant un symposium organisé par la BAD. 

1994

AfDB

Prêts/dons de la Banque : 1,4 milliard de dollars EU

1995

AfDB

Photo: Omar Kabbaj félicité par son prédécesseur, Babacar N’Diay

Omar Kabbaj (Maroc) élu 6e président

Le nouveau président s’emploie à restaurer la crédibilité de la Banque et renforcer sa place sur les marchés financiers internationaux. Il doit également adapter les opérations de la Banque à l’évolution des besoins de ses partenaires, et coller aux grandes évolutions des politiques de développement.

1997

AfDB

L’Afrique du Sud et le Botswana sont les premiers pays africains à contribuer au FAD

L’agriculture, le développement du secteur privé et le développement du capital humain sont identifiés comme les nouveaux secteurs stratégiques pour les prêts de la Banque

1998

AfDB

Photo: Une vue des Assemblées annuelles 1998, à Abidjan

1999

AfDB

Prêts/dons de la Banque : 1,638 milliard de dollars EU

La Banque adopte une nouvelle Vision, programme dans lequel l’équité et la lutte contre la pauvreté deviennent des objectifs centraux. Elle axe ses ressources sur quatre objectifs opérationnels : le développement agricole et rural, le développement des ressources humaines, le développement du secteur privé et la bonne gouvernance.

2000

AfDB

Réélection d’Omar Kabbaj pour un second mandat

Premiers projets de la Banque dans le développement urbain

Les Nations Unies adoptent les objectifs du Millénaire pour le développement

2001

AfDB

Premières assemblées annuelles hors d’Afrique, à Valence, en Espagne

2003

AfDB

PHOTO : Les bureaux temporaires de la Banque, à Tunis

Relocalisation temporaire de la Banque en Tunisie, en raison de l’instabilité politique grandissante en Côte d’Ivoire

2004

AfDB

Prêts/dons de la Banque : 2,7 milliards de dollars EU

2005

AfDB

Donald Kaberuka (Rwanda) élu 7e président

Donald Kaberuka est aussi l’artisan d’une large décentralisation des opérations de la Banque. L’institution consolide ses mécanismes internes de responsabilisation et de transparence, afin d’améliorer son efficacité.

2008

AfDB

Face à la crise financière mondiale, le président Kaberuka, en coordination avec les représentants de l’Union Africaine et de la Commission économique pour l’Afrique, s’emploie à alléger les lourdes contraintes de financement et d’investissement qui pénalisent l’activité économique du continent. 

Crise financière internationale

2009

AfDB

Prêts/dons de la Banque : 11,8 milliards de dollars EU

2010

AfDB

6e augmentation générale du capital, de 64 milliards de dollars EU

Donald Kaberuka est réélu pour un second mandat

1 milliard d’Africains

2011

AfDB

En Afrique du Nord, la BAD lance des programmes à court et long terme pour que la croissance se poursuive en dépit des crises traversées.

« Printemps arabe »

2012

AfDB

Mise en place de Centres de ressources régionaux en Afrique du Sud et au Kenya

La Banque remporte deux Development Impact Awards décernés par le Trésor des États-Unis (pour des projets en Ouganda et en Côte d’Ivoire)

2013

AfDB

FAD-13, 13e reconstitution des ressources du FAD, de 7,3 milliards de dollars EU (jusqu’en 2016)

Approbation de la Stratégie décennale (2013-2022) avec pour objectifs la croissance inclusive et la transition vers une croissance verte

2014

Africa

1,136 milliard d’habitants

PIB de 2 476 milliards de dollars EU

AfDB

Membres: 80
Effectifs: 1900 personnes
Nombre d’opérations (depuis 1967): 4185
Prêts/dons de la Banque (2014): 7,3 milliards de dollars EU

La BAD fête son retour à Abidjan, Côte d’Ivoire

Photo: La cérémonie célébrant le retour de la Banque à Abidjan, présidée par Donal Kaberuka (à dr) et Daniel Kablan Duncan, premier ministre de Côte d’Ivoire (à g)

La Banque africaine de développement est un modèle de collaboration entre l’Afrique et le monde développé, une collaboration dans leur intérêt mutuel et avec un respect réciproque

Paul Kagame, président du Rwanda

À mesure que nous grandissons, nos besoins évoluent. Aussi travaillons-nous avec la Banque à la conception d’instruments de financement innovants.

Kweku Ricketts-Hagan, ministre des Finances adjoint, Ghana

Nous sommes profondément reconnaissants envers la Banque pour son intervention au moment où nous étions confrontés à une situation de crise.

Cornelius T. Mwalwanda, ministre des Finances adjoint, Malawi

L’Afrique ne peut pas continuer à dépendre des pays occidentaux pour l’obtention de prêts. En lançant un Fonds propre à l’Afrique, la BAD nous permet de mobiliser nos propres ressources et renforce nos capacités internes.

William A. Mgimwa, ministre des Finances, Tanzanie

En Afrique, en constituant nos propres fonds d’investissement, nous modifions la façon dont nous nous percevons.

Tendai Biti, ministre des Finances, Zimbabwe 

Nous n’oublierons jamais l’aide que nous avons reçue de la Banque durant la crise, à un moment où aucune autre institution de développement n’était prête à nous accorder son aide.

Patrick Achi, ministre des Infrastructures économiques, Côte d’Ivoire

La BAD a su adapter son intervention à notre situation socioéconomique de post-crise, en participant notamment à la rénovation des infrastructures de base.

Nialé Kaba, ministre chargée de l’Économie et des Finances, Côte d’Ivoire

La BAD est devenue une institution forte et moderne. Elle a affiné ses instruments pour les rendre proches de nos préoccupations.

Kerfalla Yansané, ministre d’État, ministre de l’Économie et des Finances, Guinée

Suite à la crise, la BAD a pris le leadership des bailleurs qui se sont mobilisés pour le Mali.

Marimpa Samoura, ministre délégué chargé du Budget, Mali

50 ans, 50 images… un panorama de notre action

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.