Financer le changement structurel de l’Afrique – les obligations pour l’infrastructure et les obligations diaspora

Description de l'évènement

Le plus grand défi de l'Afrique reste le manque d'infrastructures adéquates.  Avec un déficit estimé à 93 milliards de dollars EU par an, il y a une grande urgence à combler ce gap pour soutenir la  transformation structurelle de l’Afrique. En dépit d'une croissance économique soutenue dans la plupart des pays africains, le continent reste confronté à d'énormes problèmes d'infrastructures qui affectent tous les aspects de son économie.  En répondant à ce problème, on estime que la croissance en Afrique peut être augmentée en moyenne d'environ 2% par an.  Cependant les ressources nécessaires pour développer et maintenir des infrastructures modernes (énergie, transports, télécommunications, eau, santé et éducation)  dépassent de loin les fonds disponibles pour les gouvernements africains à travers les impôts, l'aide des partenaires au développement ou les transferts de fonds.  Ceci soulève la question des nouvelles sources de capitaux pouvant être mobilisés et comment les attirer pour les besoins  de l'Afrique.  Le changement structurel dans les modes de financement doit remplacer ou au moins compléter les méthodes de financement traditionnelles qui ont prouvé leurs limites dans la mobilisation des fonds nécessaires pour combler les  besoins énormes d’infrastructures. Les outils de financement innovants tels que les obligations d'infrastructures et de la diaspora fournissent des alternatives de financement.

L'objectif de l'atelier est de sensibiliser toutes les parties prenantes dans le rôle que les obligations d'infrastructures et de la diaspora peuvent jouer dans la mobilisation de financements nécessaires des projets d'infrastructures en Afrique.  L'atelier mettra l'accent sur les aspects pratiques pour réussir des émissions d’obligations d’infrastructures.  Le format de l'événement sera une discussion du style Davos avec la participation du public à travers une séance de questions et réponses et des opportunités de rencontre après l'événement.

Infant and maternal mortality is down by a half. Life expectancy is up from 40 to 60 years. There are more children in school than at any time in recent history. Seven out of 10 Africans own a mobile phone. Absolute poverty is on the decline.

Donald Kaberuka

AfDB President

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.