Les Assemblées annuelles 2019 du Groupe de la Banque africaine de développement se tiendront du 11 au 14 juin 2019 à Malabo, en République de Guinée équatoriale. En savoir plus

Nous vivons dans un monde interconnecté et complexe, dans un continent qui connait d’importants défis économiques, sociaux et environnementaux. Au nombre des défis environnementaux les plus importants auxquels fait face l’Afrique, figure en bonne place la question du changement climatique. En Afrique, le changement climatique compromet les importants gains de développement obtenus au cours des dernières décennies. Le changement climatique menace aussi la croissance et le développement futurs du continent.

Cependant, l’espoir n’est pas totalement perdu. D’année en année, notre compréhension du changement climatique s’améliore, nous assistons à une convergence de la gouvernance mondiale de ce défi climatique, et les pays fournissent d’énormes efforts pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter à ce climat qui change.

Ce blog vise à sonner l’alarme sur les menaces et opportunités que présente le changement climatique, ainsi que sur les questions de gouvernance de cet enjeu global.

Avertissement: Les opinions exprimées dans les articles de ce blog sont celles des auteurs et ne devraient en aucun cas être attribuées à la Banque africaine de développement (BAD).

12déc.2018

CLIMAT : Rendre aux forêts leur rôle régulateur en impliquant les acteurs locaux dans leur gestion

Les forêts jouent un rôle de premier plan dans le climat mondial. Les arbres et les sols qui les composent captent le dioxyde de carbone de l’atmosphère et le convertissent, par la photosynthèse, en carbone, qu’ils emmagasinent ensuite sous la forme de bois et de végétation. C’est un processus connu sous le terme de « piégeage du carbone ». Les forêts fixent d’énormes quantités de carbone. Au total, les forêts et les sols forestiers de la planète stockent plus de 1 000 milliards de tonnes de carbone, deux fois plus que le volume présent dans l’atmosphère. Empêcher ces stocks de carbone d’être libérés sous forme de gaz est crucial pour le bilan carbone, vital pour la conservation de l’environnement et utile pour un meilleur contrôle du réchauffement global (www.fao.org).


04juin2018

En Afrique, passer du fléau de la pollution plastique à de la valeur ajoutée et à des moyens de subsistance améliorés

L’édition 2018 de la Journée mondiale de l’environnement a pour thème « Combattre la pollution plastique ». Les effets dévastateurs des déchets plastiques (en particulier le plastique à usage unique) sur le milieu marin, la santé humaine et les changements climatiques font l’objet d’une très grande attention.


09janv.2018

Lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts en Afrique : les financements climatiques concessionnels peuvent encourager le secteur privé à s’investir

Depuis quelques années, je croise souvent des collègues chargés de dossiers d’investissement qui voient dans les financements climatiques concessionnels de simples instruments de cofinancement à même de combler rapidement et efficacement un déficit de financement dans un projet donné. Ils ne comprennent pas que si ces financements sont structurés de façon aussi simple, il n’est pas possible de tirer pleinement parti de la concessionnalité comme moyen de stimuler l’investissement privé dans les secteurs sous-investis.


18déc.2017

La diplomatie climatique tient-elle ses promesses avec l’Accord de Paris, en particulier pour l’Afrique ?

La diplomatie climatique consiste à prôner des actions en réponse au changement climatique, dans le dialogue diplomatique, la diplomatie publique et les instruments politiques, ainsi qu’à sensibiliser davantage le grand public sur les mesures à prendre au plan climatique pour changer les choses. Quel rôle joue la diplomatie climatique pour garantir la mise en œuvre d’actions efficaces en faveur du climat dans le monde entier ?


14nov.2017

L’Accord de Paris est une course de fond, pas un sprint

Le défi de l’Accord de Paris est de « parvenir à un équilibre entre les émissions par les sources anthropiques et les absorptions par les puits de gaz à effet de serre au cours de la deuxième moitié de ce siècle ». Il s’agit d’une course de fond sur 50 ans, faite de sprints successifs de cinq ans, et c’est ainsi que nous devons l’aborder.


You are currently offline. Some pages or content may fail to load.