Perspectives économiques au Tchad

Performance économique et perspectives

L’activité économique du Tchad a continué à être affectée par les effets négatifs de la baisse des cours mondiaux du pétrole intervenue à la mi-août 2014 et des crises sécuritaires et humanitaires auxquelles le pays est confronté. De 6,2 % en 2014, la croissance du PIB a chuté à 1,8 % en 2015, -6,4 % en 2016, mais pourrait redevenir positive en 2017. Le taux d’inflation, de -1,9 % en 2016, pourrait connaître une augmentation en 2017 et 2018. La baisse des investissements, notamment dans le secteur pétrolier et le bâtiment et les travaux publics, les importantes réductions d’effectif, le niveau élevé des arriérés intérieurs ainsi que la forte diminution des dépenses publiques expliquent en grande partie la contraction de l’économie tchadienne observée au cours des deux dernières années. Les perspectives pour 2017 et 2018 dépendent fortement de la capacité du pays à intensifier ses efforts de consolidation budgétaire dans un environnement économique et financier caractérisé par la baisse des cours du pétrole.

Indicateurs macroéconomiques – Évolution

La baisse du pétrole a continué de peser sur la croissance et la performance macroéconomique du pays. La diminution des recettes pétrolières et des recettes fiscales non pétrolières a conduit les autorités à fortement réduire leurs dépenses tant de fonctionnement que d’investissement, afin de contenir les déficits des comptes publics. Les dépenses d’investissement, qui représentaient 9,6 % du PIB en 2014, sont tombées à 3 % en 2016. Le solde budgétaire pourrait afficher un excédent de 1,7 % du PIB en 2017 contre un déficit de 2 % en 2016. La baisse des cours mondiaux du pétrole a également affecté les réserves de change, qui ne représentaient en 2016, que 0 mois d’importations de biens et services.

Facteurs positifs

Le succès de la conférence internationale des bailleurs de fonds, organisée en septembre 2017 à Paris en vue de mobiliser des ressources pour le financement des programmes du Plan national de développement 2017–2021 dérivé de la Vision 2030 – Le Tchad que nous voulons, constitue un atout pour le pays. Les partenaires au développement ont promis 6 milliards de dollars EU et les opérateurs du secteur privé 13,2 milliards de dollars EU pour accroître la diversification économique du pays.

Facteurs négatifs

En dépit des progrès réalisés, le cadre des affaires doit encore être amélioré, comme le souligne le rapport Doing Business 2018. Cela implique la poursuite de réformes structurelles en vue de renforcer l’attractivité et la compétitivité de l’économie nationale. Pour le succès de la politique d’émergence économique du Tchad, il importe également que le déficit d’infrastructure, notamment énergétique et de transport, qui constitue un véritable frein pour le développement du pays, soit progressivement comblé.

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.