Perspectives économiques en Ethiopie

Performance économique et perspectives

L’Éthiopie se remet progressivement des sécheresses de 2015/2016 et 201,7 avec l’expansion de l’industrie et des services et la reprise de l’agriculture. Menés par le commerce, les transports et les communications, les services représentent la majeure partie du PIB, malgré une baisse de 47,3 % en 2016/2016 à 39,3 % en 2016/2017. La part de l’industrie (construction, électricité et industrie manufacturière) a grimpé de 16,7 % du PIB en 2015/2016 à 25,6 % en 2016/2017. Une stratégie d’industrialisation orientée vers l’exportation a soutenu la croissance dans l’industrie. Malgré sa stagnation à 36 % du PIB, l’agriculture a augmenté de 2,3 % en 2015/2016 à 6,7 % en 2016/2017 grâce à la hausse des prix des produits de base, notamment du café. La croissance reste tirée par un investissement respectant la stabilité des dépenses publiques et par des investissements directs étrangers accrus. La croissance du PIB réel en 2017/2018 et 2018/2019 sera menée par une augmentation de la productivité agricole et une forte croissance industrielle.

Indicateurs macroéconomiques – Évolution

L’État a poursuivi sa politique de rigueur budgétaire en 2016/2017, privilégiant les dépenses dans les secteurs favorables aux pauvres et à la croissance, tels que l’éducation, la santé, l’agriculture et les routes. Malgré leur contraction de 51 % en 2015/2016 à 46 % en 2016/2017, les dépenses d’investissement représentent une part importante du budget. Le déficit budgétaire 2016/2017 est inférieur de 1 point de pourcentage aux prévisions. Le ratio recette fiscale/PIB reste faible, à 12,9 %. Les mesures d’amélioration des recettes devraient accroître la perception des taxes. La politique de rigueur monétaire de la Banque centrale luttant contre les pressions inflationnistes causées par la hausse des prix alimentaires a respecté l’objectif de maintien d’une inflation inférieure à 8 % en 2016/2017. En 2017, le birr éthiopien a été dévalué de 15 % pour stimuler les exportations, qui ont augmenté de 1,4 % tandis que les importations diminuaient de 5,5 %, réduisant le déficit du compte courant. Les envois de fonds sont restés à 6 % du PIB en 2016/2017, tandis que les IDE augmentaient de 27,6 %.

Facteurs positifs

Grâce à sa stratégie d’industrialisation orientée vers l’exportation et aux perceptions favorables des investisseurs, les perspectives économiques du pays sont encourageantes. L’industrialisation a été privilégiée, notamment par le développement de parcs industriels ou de la ligne ferroviaire Addis Abeba-Djibouti, destiné à alléger le coût des affaires. L’investissement dans des projets énergétiques devrait stimuler les exportations d’énergie. Ces initiatives pourraient réduire le déficit commercial structurel et des pénuries de devises tout en soutenant l’industrialisation et la création d’emploi. Grâce à son vaste marché et à sa main-d’œuvre abordable, l’Éthiopie était, en 2016, la deuxième plus grande économie d’accueil de l’IDE parmi les pays les moins développés.

Facteurs négatifs

Les principaux risques comprennent la faiblesse des exportations, le changement climatique, et le chômage des jeunes. Le faible rapport exportations/importations (20 %) génère des déficits commerciaux permanents et des pénuries de devises. Le risque modéré de surendettement de l’Éthiopie est vulnérable à la performance des exportations. Le développement de parcs industriels et la dévaluation du birr devraient l’atténuer en accroissant l’exportation des produits manufacturés, représentant environ 20 % des exportations totales. Les effets négatifs du changement climatique ont conduit à des interventions visant à renforcer la résilience dans les régions sujettes aux sécheresses. Le chômage des jeunes requiert une attention immédiate : plus de 70 % de la population a moins de 30 ans. Même si en 2013, le chômage était faible chez les 15 à 29 ans (6,8 %), il était plus élevé chez les jeunes urbains (23,3 %) que dans la population urbaine globale (16,5 %). En 2016/2017, l’État a créé un Fonds renouvelable pour soutenir l’entrepreneuriat et la création d’emploi chez les jeunes.

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.