Perspectives économiques en Somalie

Performance économique et perspectives

Au cours des quatre dernières années, la croissance du PIB réel a été modérée, en moyenne à environ 3,4 %. Elle devrait descendre à 2,4 % en 2017, principalement en raison de la sécheresse persistante, et revenir à 3,5 % en 2018 et 2019. En 2017, ses principaux moteurs ont été la construction, les télécommunications et les services financiers. En 2018 et 2019, la remontée de la croissance devrait être stimulée par la reprise du secteur agricole, l’augmentation des investissements du secteur privé et l’amélioration de la sécurité. Contenue par  la dollarisation et la forte baisse des prix pétroliers, l’inflation devrait rester proche de 2,7 % en 2018 et 2019.

Indicateurs macroéconomiques – Évolution

Une meilleure administration de l’impôt et un engagement accru avec le secteur privé ont aidé les recettes intérieures à passer d’environ 0,6 % du PIB en 2012 à 1,8 % en 2016. La petite taille de l’économie formelle et la collecte fiscale limitée par l’insécurité généralisée et des contraintes institutionnelles empêchent l’État de générer des recettes suffisantes et de stabiliser l’environnement macroéconomique. L’État continue de dépendre de l’aide publique au développement, qui représentait 21 % du PIB en 2016 et devrait légèrement diminuer jusqu’en 2018. En continuant d’accumuler des arriérés, la dette extérieure restreint l’accès à l’emprunt extérieur, en particulier concessionnel. Depuis avril 2016, le shilling somalien est resté relativement stable par rapport au dollar EU. La Banque centrale de Somalie n’a émis aucun billet depuis 1991 ; elle n’a aucun contrôle sur le taux de change ni sur l’émission du shilling, qui est imprimé par des acteurs privés.

Facteurs positifs

Les grandes réalisations comprennent les élections pacifiques de février 2017, qui ont désigné un nouveau président et un parlement fédéral où les femmes et les jeunes sont mieux représentés, et la création de plusieurs États fédéraux autonomes. Les principales réalisations économiques comprennent l’élaboration du premier Plan national de développement (PND) 2017–2019, énonçant les priorités pour la reconstruction et le développement économiques. Le secteur privé a affiché une résilience impressionnante dans les télécommunications, les services financiers et la construction. La diaspora a joué un rôle majeur en investissant des fonds étrangers et en revenant avec des compétences essentielles. La stabilité politique, la mise en œuvre du PND et l’intérêt de la diaspora pour les secteurs clés de croissance devraient stimuler la croissance en 2018. Des programmes sont en cours pour relancer l’éducation, avec pour premiers résultats la scolarisation d’un plus grand nombre d’enfants dans l’enseignement primaire formel.

Facteurs négatifs

Malgré des progrès, la croissance sera freinée, en 2018, par de nombreux défis sécuritaires, politiques et économiques. Le terrorisme continue de menacer la paix et la stabilité dans le pays et chez ses voisins. Les efforts visant les questions constitutionnelles doivent être accélérés, et un règlement fédéral doit être accepté pour définir la répartition des pouvoirs et la meilleure façon d’affecter les ressources et les recettes. Les réformes de la sécurité n’ont pas progressé aussi rapidement que prévu ; la menace de piraterie persiste et freinera l’investissement tant direct étranger que de la diaspora en 2018. Des progrès sont indispensables dans la démocratisation, les droits de l’homme et l’État de droit, de même que de vigoureuses initiatives anticorruption. La dépendance vis-à-vis de l’élevage et de l’agriculture en tant que grande source de recettes d’exportation reflète l’étroitesse de la base économique. L’économie demeure très vulnérable aux soubresauts du marché, en particulier les fluctuations des prix des produits de base, et aux chocs écologiques. La crise humanitaire exacerbée par la sécheresse prolongée devrait se poursuivre en 2018 et freiner la reprise économique. Le taux de chômage reste élevé chez les moins de 30 ans, à 67 %.

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.