Perspectives économiques au Botswana

  • L’économie s’est redressée en 2016, avec une croissance de 2.9 %, stimulée par le rebond du marché mondial du diamant.
  • Les perspectives de croissance restent favorables mais dépendent essentiellement de la poursuite du rebond du marché mondial du diamant, d’une meilleure fiabilité de l’approvisionnement en eau et en électricité, ainsi que de réformes.
  • Pour être moins vulnérable aux chocs, le pays devra accélérer le rythme de ses réformes visant à renforcer sa compétitivité et à améliorer le climat des affaires afin de promouvoir l’industrialisation et l’entrepreneuriat.

Le Botswana a connu plusieurs cycles de prospérité et de récession, dont deux depuis le tournant du siècle. L’économie s’est redressée en 2016, après un nouveau recul de la croissance en 2015 dû à une faible demande d’exportations de diamant et à des pénuries persistantes d’approvisionnement en eau et en électricité. La croissance intérieure a été stimulée en 2016 par l’expansion de l’activité minière, faisant suite à la reprise du secteur du diamant, et par les bonnes performances des secteurs non miniers.

Les perspectives économiques à moyen terme du Botswana restent favorables, avec une prévision de croissance modérée. Le maintien de la reprise dépend avant tout de la poursuite du rebond du marché mondial du diamant, du développement des activités de construction dans le cadre du Programme de relance économique (Economic Stimulus Programme – ESP) lancé par l’État, d’une plus grande fiabilité de l’approvisionnement en eau et en électricité, et des réformes visant à continuer à améliorer l’environnement des affaires. Les risques restent élevés, notamment en raison de la lenteur du redressement de l’économie mondiale et des répercussions de celle-ci sur la demande de diamants.

La situation budgétaire s’est dégradée. Après trois années consécutives d’excédents, le budget est devenu déficitaire au cours de l’exercice 2015/16 et devrait le rester en 2016/17. Cela s’explique par la baisse des recettes minières, le déclin des revenus issus de l’Union douanière de l’Afrique australe (SACU), particulièrement volatiles, ainsi que la poursuite des mesures de relance budgétaire. L’État reste engagé en faveur d’un retour rapide à une situation budgétaire excédentaire.

Les pressions inflationnistes se sont fortement affaiblies. L’inflation annuelle a fini en dessous de la limite inférieure de la fourchette-objectif de 3-6 % à moyen terme fixée par la Banque du Botswana en 2016. Ce recul s’explique principalement par la chute des prix internationaux des carburants et par la volonté des autorités de maintenir une politique monétaire prudente. L’inflation devrait rester conforme à la fourchette-objectif à moyen terme grâce à une faible demande intérieure et à l’évolution modérée des prix étrangers.

Pour diversifier son économie, le Botswana doit promouvoir l’industrialisation en accélérant sa transformation économique afin de passer du secteur primaire aux industries de pointe et aux services. Au cours des quatre dernières décennies, l’État a mis en oeuvre des politiques et initiatives efficaces pour soutenir le développement industriel et l’entrepreneuriat. Il a également intensifié ses efforts pour résoudre les diverses difficultés auxquelles les investisseurs et les entrepreneurs sont confrontés en adoptant des mesures visant à réduire le coût de la pratique des affaires et à accroître la compétitivité, ainsi qu’à renforcer le développement des compétences.