Vous êtes ici

Afrique australe : Aperçu régional

Aperçu régional

La croissance économique de la région, qui a décliné à 1,1 % (contre 1,9 % en 2015), est restée faible dans la majeure partie des pays qui en font partie. Madagascar et le Mozambique ont été les seules exceptions, affichant des taux de croissance supérieurs à 4 %, malgré un recul (par rapport à 6,6 % en 2015) du taux de croissance mozambicain. Le Botswana s’est remis sur les rails, enregistrant une progression réelle de 2,9 % de son PIB, après un recul de 0,3 % en 2015. La médiocre performance de la région s’explique principalement par le taux de croissance quasi nul (0,4 %) de l’Afrique du Sud et par une baisse (1,1 % contre 3 % en 2015) de la croissance du PIB de l’Angola. Il s’agit de deux grands exportateurs de matières premières qui ont été frappés par des sécheresses, des coupures persistantes de courant électrique et une évolution négative des termes de l’échange.

Le portefeuille en cours de la Banque en Afrique centrale

À la fin de l’année 2016, l’engagement total de la Banque envers l’Afrique australe s’élevait à 7,32 milliards d’UC, soit 22 % du montant global des engagements de la Banque envers les pays membres régionaux. Recueillant 35,2 % du total des approbations, le secteur énergétique domine le portefeuille, suivi des finances (23 %) et des transports (18,7 %).

Pour 2016, les approbations ont totalisé 507,3 millions d’UC, principalement affectés en faveur des secteurs des finances (27,3 %), de l’agriculture (21,6 %) et de l’eau et l’assainissement (20 %). Parmi les plus grandes opérations approuvées, en 2016, figuraient des lignes de crédit accordées à la Banque namibienne de développement (240 millions d’UC) et à la Botswana Development Corporation (55,6 millions d’UC), des prêts du FAD au Programme intégré d’approvisionnement en eau et assainissement dans les petites villes en Zambie (98,5 millions d’UC), la Phase I du projet de construction de route Mueda-Negomano au Mozambique (53,5 millions d’UC) et la Phase II du Projet II d’irrigation des petites exploitations du bassin inférieur de l’Usuthu au Swaziland (42,6 millions d’UC).

L’appui de la Banque aux Communautés économiques régionales a surtout porté sur le renforcement des capacités et sur le soutien aux projets régionaux d’infrastructures mis en œuvre par les Communautés économiques régionales pour le compte des pays membres. En 2016, la Banque a approuvé deux projets régionaux d’appui institutionnel visant à renforcer les capacités en matière de gestion des finances publiques. Dans le domaine des infrastructures régionales à l’intérieur de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), la Banque a apporté un soutien aux institutions régionales de financement du développement, à des projets à caractère social ainsi qu’à des projets dans le secteur des transports, y compris le projet multinational de Nacala lancé par le Malawi, le Mozambique et la Zambie. La Banque a également financé des projets d’eau et d’assainissement dans le cadre de la SADC et, en janvier 2016, elle a fourni au Secrétariat de la SADC un appui financier dans le cadre de la conception du Fonds de développement régional de la SADC.

Au Malawi, un projet de développement économique local, cofinancé par le FAD et visant à contribuer à la croissance en faveur des pauvres et à la réduction de la pauvreté dans quatre districts, s’est achevé en 2016 en produisant des résultats remarquables.