Vous êtes ici

Assurer la résilience de l’Afrique au changement climatique

18-nov-2019

Le projet vise à améliorer la qualité de vie de la population grâce à un meilleur accès à l’eau potable et à l’assainissement dans les zones semi-urbaines et rurales. Il découle de l’initiative du Plan d’action de Kigali adoptée par les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine et visant à aider les pays membres qui n’ont pas réussi à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement. Toutefois, l’atteinte de cet objectif est menacée par le changement climatique. Le Tchad est très vulnérable au changement climatique et les prévisions indiquent une baisse des précipitations de plus de 20 % d’ici à 2030 et de 30 % d’ici à 2050. Au cours de la dernière décennie, les zones saharienne et sahélienne du Tchad se sont étendues sur 150 km au sud. Il en a résulté une réduction des zones agricoles et de pâturage, ce qui a incité les éleveurs et les agriculteurs à se déplacer vers des zones plus propices à leur activité. La supercie du lac Tchad a baissé, passant de 25 000 km2 en 1960 à 2 500 km2 en 2015, affectant la production agricole et halieutique et le déplacement des habitants vers des zones plus humides. La sécheresse et la dégradation des ressources naturelles ont accru la pression sur les infrastructures hydrauliques et les terres destinées au pâturage, d’où la nécessité d’une gestion durable des ressources dans le contexte du changement climatique.

Sections Connexes