Vous êtes ici

Burundi - Projet d’aménagement des bassins versants et d’amélioration de la résilience climatique (PABVARC) - Rapport d’évaluation de projet

13-déc-2019

Le Projet d’Aménagement des Bassins Versants et d’Amélioration de la Résilience Climatique (PABVARC) du Burundi sera mis en oeuvre sur une période de cinq ans. Il interviendra dans six provinces (Bujumbura rural, Bururi, Gitega, Karusi, Makamba et Rutana) pour les activités d’aménagement des bassins versants et au niveau national pour les actions d’appui au système hydrométéorologique. Le coût total du projet est de 9,07 millions d’UC dont 6,23 millions d’UC sur ressources de la FEF, 3,08 millions d’USD (équivalent à 2,02 millions d’UC) sur ressources LDCF et la contribution du Gouvernement et des bénéficiaires s’élèvera à 0,82 million d’UC.

Les principaux résultats attendus sont les suivants : (i) Aménagement de vingt-six micro-bassins versants de la zone du projet, dont douze en prenant en compte les risques climatiques, pour une superficie totale de 10.000 ha, reboisement de 6.800 ha, entretien de 7.375 ha d’anciennes plantations, construction de 1.000 km de nouvelles tranchées végétalisées et ouverture de 880 km de pare-feu; (ii) Entretien de 150 km de pistes dont 66 km de nouvelles pistes et 30 km de pistes qui auront été latérisées ; (iii) Production d’un guide stratégique pour la prise en compte des changements climatiques dans l’aménagement des bassins versants ; (iv) Réhabilitation de 21 stations météorologiques et de 21 points d’observation hydrologiques et (v) Mise en place d’un système d’information et d’échange de données hydrométéorologiques qui sera utilisé en particulier pour l’adaptation aux changements climatiques.

Le projet en réhabilitant, ou réalisant, de manière participative un certain nombre de travaux d’aménagement et de construction d’infrastructures essentielles, favorisera non seulement la production alimentaire, mais contribuera aussi à l’amélioration des conditions de vie des populations, en particulier au niveau du désenclavement, de la nutrition et de la santé humaine ainsi que de l’organisation sociale. Un total de 1.000 personnes bénéficieront d’actions de formation, 11.000 ménages seront encadrés dans plusieurs domaines, 77.000 emplois temporaires seront créés (55% de femmes) par travaux HIMO ainsi qu’au moins 200 emplois permanents dans les exploitations agricoles. Le projet contribuera aussi au renforcement des capacités d’un total de 187 personnels techniques des différentes institutions concernées.

Sections Connexes