Vous êtes ici

Rapport sur le développement en Afrique 2015 - Chapitre 6. Transformation structurelle, agriculture et développement de l’Afrique

20-juin-2016

La théorie néoclassique de la croissance part du principe que les pays pauvres ont un rythme de croissance plus élevé que les pays riches en raison de leur retard économique initial. Les faibles ratios capital/main d’œuvre devraient augmenter le retour sur investissement, toutes choses égales par ailleurs. En outre, les pays pauvres peuvent s’appuyer sur les marchés mondiaux de capitaux pour compléter les insuffisances de leur épargne intérieure. Enfin, ils peuvent accéder aux marchés mondiaux et, donc, augmenter la production de biens échangeables pour lesquels ils disposent d’un avantage comparatif.

Sections Connexes