Vous êtes ici

Finance climatique – Newsletter N° 37 – juillet-octobre 2016

16-mai-2019

A LA VEILLE de la 22e édition de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, dite COP22, 21 pays africains ont déjà ratifié l’Accord de Paris. Cette mobilisation témoigne de leur volonté d’intégrer l’action climatique dans leur processus de développement, dans la droite ligne dudit Accord et des Objectifs de développement durable (ODD). La COP22 est d’ailleurs la quatrième COP à se tenir en terre africaine.

La Banque africaine de développement (BAD) continue de soutenir les efforts de ses pays membres en ce sens et leur offre toute l’assistance financière et technique nécessaire, pour s'assurer que les progrès de développement ne souffrent pas des impacts du changement climatique. La Banque s'est alignée au nouveau programme mondial de développement et d'action climatique à travers un processus de restructuration adapté aux objectifs de développement de l'Afrique. En tant que Banque de développement de l'Afrique, la mobilisation de moyens adéquats pour la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) est une priorité à la COP22. C'est la raison qui amène la Banque à soutenir une position commune pour l'Afrique dans le cadre du processus de négociations sur les changements climatiques.

La Banque a élaboré un solide programme à travers son TOP 5 qui vise à stimuler une croissance inclusive, verte et équitable tout en respectant l'environnement : un accès universel à l'électricité à l'horizon 2025 avec un important portefeuille de solutions énergétiques propres et renouvelables, l'autosuffisance alimentaire et une meilleure nutrition, une diversification économique et une augmentation de la valeur ajouté des produits, une amélioration de la qualité de vie des Africains grâce à la création d'emplois, un meilleur accès à l'eau potable et à l'assainisement, de solides systèmes de santé et une plus grande intégration régionale.

Sections Connexes