Vous êtes ici

Côte d'Ivoire - Projet de routes de désenclavement des zones transfrontalières Phase1 – Section Bondoukou-Soko frontière du Ghana - Rapport d’évaluation

21-mar-2019

Les zones transfrontalières constituent un enjeu central pour la stabilité de l’Afrique de l’Ouest. D’une part, ce sont des zones d’échanges dynamiques entre les communautés frontalières en raison de leurs liens culturels et ethnolinguistiques communs. D’autre part, la porosité des frontières a facilité la prolifération de tous les types de trafics illicites au point que ces zones sont de plus en plus considérées comme un danger pour la sécurité. Le manque de services de base et les difficultés d’accès et de mobilité dans ces zones alimentent cette instabilité et les rendent fragiles. C’est pourquoi le Programme d’Actions Communautaires des Infrastructures de Transport Routier (PACITR) de l’UEMOA qui comporte plusieurs volets dont les routes transfrontalières a identifié un sous-programme de 2 063 km de routes transfrontalières dont 285 km concernent la Côte d’Ivoire. Ces routes, en terre moderne, sont en très mauvais état avec des caractéristiques géométriques et structurelles qui ne sont pas en adéquation avec le trafic et l’environnement pluviométrique et topographique. Le projet vise à améliorer le niveau de service de ces routes. Les résultats attendus de ces travaux sont l’accroissement du trafic et des échanges, la réduction des coûts généralisés du transport et l’amélioration des conditions de vie des populations riveraines de ces routes. Le projet contribuera à la réduction de la pauvreté, de la fragilité et de l’insécurité dans les zones d’influence Directe du projet (ZIDP) en aménageant des infrastructures socio-économiques de base et en renforçant les activités des femmes et autres groupes défavorisés, à travers l’appui à l’association des femmes dans la transformation et commercialisation du manioc et ses dérivés, la construction et l’équipement d’un centre de formation en divers métiers au profit des jeunes filles et le développement des compétences et le renforcement des capacités des filles et femmes, l’autonomisation économique des femmes et des filles à travers l’organisation d’un paquet des formations sur la transformation des produits agricoles, élaboration des projets bancables, accès au financement et accès au marché pour varier des sources de revenus pour des ménages, ainsi que le changement des mentalités et comportements en matière de l’égalité de genre, violences basées sur le genre & harcèlement sexuel, santé de reproduction, mariage précoces et leadership communautaire. Les bénéficiaires directs du projet sont les usagers du transport ainsi que les populations vivant dans la ZIDP. Tel que perçu, le projet rentre dans les objectifs du Plan national de développement (PND) du Gouvernement qui privilégie ka réduction de la pauvreté et l’intégration régionale.

Sections Connexes