Vous êtes ici

Mettre fin aux conflits et consolider la paix en Afrique : Un appel à l'action

30-jan-2014

Le Groupe spécial de haut niveau sur les États fragiles en Afrique a été créé à l’initiative de M. Donald, Kaberuka, Président de la Banque africaine de développement (BAD ou « la Banque »). Le Groupe a été chargé de passer en revue, sous la direction de Son Excellence Ellen Johnson-Sirleaf, Présidente du Libéria, les sources probables de fragilité en Afrique dans les années à venir et de formuler, à l’intention tant de la Banque que de l’ensemble de la communauté des responsables de l’élaboration des politiques, des recommandations sur la façon de s’y attaquer. L’Afrique évolue à une vitesse extraordinaire. Le présent rapport arrive à un moment crucial si l’on considère les conflits naissants et nouveaux sur le continent. Au cours de la période à venir, les pressions conjuguées de la croissance démographique, des changements environnementaux et d’une croissance économique rapide transformeront, à un rythme sans précédent, la vie et les moyens de subsistance des Africains. Cette évolution est positive à maints égards, car elle stimule le développement continu de l’Afrique. Mais avec le changement vient aussi le risque. L’urbanisation rapide, le chômage des jeunes, les inégalités et l’exclusion sociale, la découverte de nouvelles ressources naturelles et l’évolution du climat sont susceptibles d’exercer des pressions considérables sur les sociétés africaines. Dernier point et non le moindre, il faut accorder, de toute urgence, une attention à la transition des mouvements nationaux vers des processus d’édification des Etats et de consolidation de la paix On parle de situation de fragilité lorsque ces pressions deviennent trop fortes pour être gérées par les institutions nationales et les processus politiques, et créent un risque de violence. Cela se vérifie une fois de plus dans la crise qui se déroule actuellement au Soudan du Sud où il fallait tranformer les institutions nationales en une administration civile inclusive dans les plus brefs délais. À notre avis, la fragilité ne renvoie donc pas à une catégorie d’États, mais à un risque inhérent au processus de développement, lui-même. Au cours de la période à venir, cette fragilité se manifestera à l’échelle de l’Afrique dans différents endroits et sous diverses formes, à l’échelon national ou local - y compris dans des pays qui ne sont actuellement pas classés comme fragiles. Selon nous, le règlement des problèmes de conflit et de fragilité en Afrique comprend deux aspects.

Sections Connexes